Tag Archive: Makalu Barun National Park



DSCF3358

Pic 7 et Isuwa la partiellement cachée sur la droite. Photo prise en Octobre 2015 au niveau de shersong

Nous pourrons échanger avec ceux qui sont intéressés par ce projet et, notamment sur les éléments objectifs pour construire et affiner le trajet. 

Objectif:

Joindre la vallée d’Isuwa à partir de Tashigaon et trouver un passage sur sa rive gauche vers le col d’Isuwa. Franchir ce col pour rejoindre le camp de base du Makalu dans  la vallée du Barun.

Mode Opératoire :

Plus de 33 kilomètres à partir de Tashigaon jusqu’au col d’Isuwa et cela sans aucun chemin apparent sur 28 km. Possible, impossible? Je n’en ai aucune idée avant de partir. J’ai vu qu’un trekkeur a laissé des photos géolocalisées sur une petite partie du chemin. En admettant qu’elles soient correctement positionnées, un segment de plus de 10 kilomètres doit être défriché avant de le rejoindre.

situation-tashigaon-isuwa

situation Tashigaon Isuwa MBC

De Tashigaon (2200m) , il faudra remonter avec un sac à dos de 18 à 20kg jusqu’à la crête qui mène à Kongma.

J’avais repéré un embranchement de chemin peu fréquenté en 2013 et 2014 pour s’enfoncer dans la forêt en descente au point bas de la crête (M35 = N 27.6456, E 87.2117, Altitude 3204m). Je ne sais pas si cet embranchement se poursuit vers Isuwa la. C’est mon espoir. Comme c’est mon espoir de rencontrer un terrain à peu près continu, sans trop de failles ou de blocs de roches infranchissables. Les difficultés seront au mieux nombreuses. La pente a été calculée et reste acceptable, en apparence, jusqu’au camp de base.

Je prévois 3 jours pour rejoindre un camp de base que j’établis à N 27.758543, E 87.04710, 4410m. De là et si tout va bien, il me sera possible d’accéder au col d’Isuwa à 5419m soit un dénivelé de 1000m qu’il faudrait monter en deux jours.

Un total de 5 jours est donc nécessaire a minima. Prévoir une semaine.

Un repérage sur Google Earth me fait penser que la rive droite est plus praticable mais nécessite de pouvoir traverser l’Isuwa khola. Des témoignages confirment ce sentiment à Tashigaon. Personne n’est capable de confirmer cependant s’il est possible de rejoindre Isuwa la par Tashigaon. Quel sera le débit d’Isuwa khola? Y-a-t-il des troncs d’arbres couchés en travers du torrent pour le traverser, comme j’ai pu voir sur une photo, mais beaucoup plus en amont? Je touche ici à la vraie aventure: ouvrir un chemin sur plusieurs dizaines de kilomètres. Elle peut conduire à un échec rapide et sans appel car l’entrée classique dans la vallée se fait par l’autre rive beaucoup plus en aval et plus en altitude.

D’après GE, la vue à partir du col d’Isuwa est vraiment extraordinaire et si la tentative réussit, ce serait une grande victoire par le gain d’une expertise importante pour de futurs treks de bons niveaux et originaux dans la région. En effet, de la passe d’Isuwa, tout est permis, en particulier rejoindre le Camp de base du Makalu, l’extraordinaire virée vers le Kamape ri, le Sherpani, West pass et le Khumbu, effectuer une boucle Tashigaon Isuwa la, MBC, Kangle, Tashigaon plutôt que l’antenne traditionnelle par la seule et superbe vallée du Barun.

Bibliographie:

Très pauvre pour l’instant.

Aucune trace n’est enregistrée sur Wikiloc actuellement.

Un forum russe donne beaucoup d’informations précieuses pour le passage du col, dans les 2 sens avec photos à l’appui. Voir Isuwa la.doc. A partir de ces données, les WP pourraient être assez précisément positionnés.

 

 

 

 

 


From 8 to 27 October 2015

Sherpani pass vue de Kamepe ri

Foreword:

For this third exploration of the valleys of Makalu, we had seen large: overhang Shersong to discover simultaneously Everest and Kanchenjunga, go up to the foot of Cho Polu, finally overcome a 6000 m summit for, very close, admiring the Baruntse!

I had recruited a partner on trekkingpartners.com to secure the progress, always risked, in the high mountains. It was a wrong choice because this bad guy abandoned in Kongma, pleading a too heavy bag, painful feet and the bad weather! It will be necessary, in the future, to pay more attention on the selection of the candidates for Adventure!

It was thus necessary to pull down a little my ambitions but the most mattering had been made (my first one 6000 solo!). Furthermore, the extraordinary valley of Barun, for the first time, revealed under a magnificent autumn sun.

Luckily, I will manage to move in spite of the oil crisis which shakes Nepal. Few days after my return, the internal flights will be cancelled because of shortage… After the earthquake of last April 25th, the Nepalese have to be particularly serene to support with so much peace all these misfortunes and all these hardships without flinching!

001Kathmandu

Trekkers will be more numerous than in May, 2014 on the paths to the base camp. Higher, it will be the total solitude, broken by some ravens trying to steal my small pittance. I’ll tend to sympathize more with guides and the Sherpas than with certain very demanding and sometimes quick-tempered tourists. I am increasingly against the package tours sending people effortlessly at high altitudes and leaving in the mountain, the heaps of their garbages as eternal memories of their passages (see in appendix: The trekker and her porters).

Preparation:

The same equipment is used than in May, 2014. I embark this time 4.5 kg of food for 6 days planned in autonomy on the Barun glacier. I am loaded with 20 kg, water and petrol included (it is too much, my back will not forget quickly).

Roads are registered from Google Earth on the GPS as usual. The Barun glacier was turned upside down, probably by the April 25th earthquake, and, in this hell of mass of fallen rocks and gaping cracks, my forecasts will not serve much…

Situation:

situationSituation parcours Glacier Barun effectué

Access et Budget:

I travel again with Air India (620€, good service). It is easy to find cheaper but the stopovers are often very long… On the way back, we’ll arrive with a delay of more than one hour to Delhi but the flight for Paris will wait for us wisely. Yeti Airlines, as the other companies, increased its price rates in 2015 (247€ AR). I used private jeeps for the route Khandbari-Num (600Rs on the way out, but 3000Rs on the way back) by fear of petrol shortage but also for comfort!

On site, in Nepal, the spending, all inclusive and without counting too much, was 500€ (with 4 « free » days of autonomy). With the domestic and international flights, the total spending is 1370€, including visa and access to the park. For such an adventure and when we look at catalogs, it remains really very cheap!

It is necessary to count on average of 15 to 20€ / day during the trek itself, when we do not drink beers (350 in 500Rs the bottle, prefer it the local raksi 😉

Time Table:

Agenda

Stages:

Altitude à l'étape

Altitude = f(Distance):

Altitude f distance

Daily Height Difference:

Dénivelé Jour

The Trek, Day by Day:

Thursday 8th October: From Num to Seduwa –

departure 11:35am – arrival  5:55pm – altitude 1564m

The journey in jeep was very comfortable. On the road, the so desired mountains already appear. It is a call for Adventure!
002 seduwa

I’m not in top shape for this first day that isn’t the easiest. From Num, Seduwa always seems very close, at the same altitude and just separated by the Arun’s valley. Just to remind: you should not forget the 720m descent followed by a 820 m ascent. We don’t hurry up and will arrive at nightfall in Seduwa.

003 seduwa

From 9 to 11th October: Interruption in the region from Seduwa, Robesha to Tashigaon

Here is a three days interruption to bring to a successful conclusion, the necessary audits for the progress of our projects in common with  Friends of Nature. I discover a very pleasant waterfall to have a bath at less than half an hour of the village.

005 seduwa cascade

Monday 12th October: From Seduwa to Tashigaon

Wake up 6:45am, departure 8:40am, arrival 1:15pm, altitude 2200m

The walking is easy today. It’s necessary to be careful to avoid the leeches by walking as much as it is possible on stones of the path. The second rice harvest of the year began and the activity is going full swing in fields.

On the way, I visit the Tashigaon’s school, recently equipped. The welcome is warm. The weather covers in the morning but we avoid the rain. I settle down in the only one lodge open.

006 Tashigaon

Tuesday 13th October: From Tashigaon to Kongma

Wake up 6am, T inside 14°C, departure 8am, arrival 3:30pm,  altitude 3614m

The weather is beautiful at the beginning of the morning and will cover strongly in the ascent to finish with a very violent thunderstorm in the evening with hailstones and snow. The tropical climate brutally gave way to winter.

This day is probably the most difficult of all the trek with an imposed 1450m ascent. The « partner » shows abnormal and alarming signs of fatigue and bad-humored. The only advantage of the situation is that it is reversible. This argument appaises me when I wonder how I’ll manage to drag him up to the Barun glacier…

We lunch at the middle route in a small restaurant (N 27.642, E 87.2152, 2939m) belonging to the elder son of the Kongma lodge’s owner, opened for the occasion. It is a family business on all the road up to the base camp…

I locate the  crossing of the path for the Isuwa (Ishuwa) valley on the crest (N 27.647117 ° E 87.209821 °). It can be a future trek. It is not said that the path continues very far. The descent then the progress in full jungle, if the path disappears, would compromise the project.

It rains a little (I have no translation for « pleuvioter ») when we arrive in Kongma where two new lodges have been built since 2014. I remain faithful by installing in the oldest.

In the evening, while the snow begins to whiten the surroundings, a guide asserts that the bad weather will still last one week because the rain has to clean the earth from the blood of animals sacrificed during the Hindhouist festival of Dashain. Very useful! And as a happiness never arrives alone, the « partner » learns me that he abandons me to my sad fate… (phew!)

DSCF3134

Wednesday 14th October Acclimatization in Kongma

The rain replaced the snow in the morning. I had intended to cross the four passes to arrive to Dobato today, by neglecting the acclimatization, a precaution nevertheless necessary. The bad weather persuades me that it is better to stay in Kongma. I pass a large part of the day in the bed, under 3 layers of blankets.

I meet two young German trekkers who recognize me. They organized their trek with the information of my logbook of May, 2014 and they come back from the base camp. Here is a pleasant surprise proving the rising celebrity and usefulness of my site 🙂 They hoped to go to Sherpani but they abandoned, without any accompaniment… It is a pity we do not met earlier.

Thursday 15th October: Kongma to Dobato

Wake up 6:15am – T inside 7°C – departure 7:20am – arrival 1:30am – altitude 3900m

As I am used to Kongma and above, it is an aldready lost race against the clock with clouds. The sun just rises for extracting the mist from hillsides filled with humidity. As usual, the mist rises to accumulate towards 4000m. I leave with the sun and arrive at the Kongma pass at 8 am. I still perceive the mountain range in the East, dominated by a high altitude layer of clouds. Among them has to hide the Kanchenjunga (8586m and the World’s third summit). It seems that we see it from here by clear weather. Summits combing the Isuwa valley are totally hidden.

DSCF3148

The valley, from Tashigaon to Num, is always under the clear morning sun. It seems to me already very far.

A drizzle joins me towards the 3rd pass (Shipton la, 4230m) which is soon transformed into snow until my arrival to Dobato. The walking is one thousand times easier than last year because the path is free of any snow or freezes. I pay however attention at every step not to slide on wet stones. I catch a light but persisting headache, in spite of the acclimatization of yesterday. A tablet of ibuprofen doesn’t delete it completely. I force to eat on the road by sheltering me under the roof of a recently constructed building.

 

DSCF3163

The snow doubles near Dobato and I am happy to find Pemba Sherpa welcoming me with his good mood. We lunch together on a delicious dalbath with undefined offals, washed down with tea.
DSCF3166DSCF3169

Friday 16th October – Forced Acclimatization in Dobato

At about 5:30 am, the icy snow crackling on the steel sheets roof, wakes me. It is more than a bad omen. I don’t rush for a departure at dawns… It will snow all day long and I begin to despair about the bad weather. Apparently, the blood of the Dashain sacrifices isn’t washed easily. I try to manage my day so that the time doesn’t pass by too slowly. The arrival of trekkeurs, in the afternoon, gives me the opportunity for lively discussions. Six French arrive from Yangle with a porters regiment. One of them shouts out to me brutally because he finds shameful to use the services of 12-year-old children, carrying an heavy backpack (30 kg). I may try to argue that he should pressure his travel agency, that it is none of my doing, whom I am myself simultaneously guide, porter, and trekker, nothing can be done but time passes and it is what matters! See Appendix  » the trekker and her porters « .

Saturday 17th October – from Dobato to Yangle kharka

wake 6am – T inside -1°C – departure 7am – arrival 1:40am – Altitude 3620m

For reassuring me from my doubts of yesterday and/or surprise me, it’s full sun this morning! Enough to punish those who gave up quickly because of the bad weather and to reward my tenacity! I left a few foods to Pemba because I cannot now stay 6 days on the Barun glacier. It is useless to overload.


DSCF3184
DSCF3187DSCF3192

The mist rises from East, pushed by an icy wind. Masses of fallen rocks lining Barun were a little strengthened since May, 2014 and the progress is made a little more easily. To Yangle whom I find under the mist, the young owner re-knows me and I find a couple of Spanish met to Seduwa. They come back from the base camp where they found clear weather. It restores my confidence and courage. Another good evening at the corner of the fire.
DSCF3196

Sunday 18th Octobre – From Yangle to Shersong

wake up 5:45am – T inside +1°C – departure 7am – arrival 3:06pm – Altitude 4698m

This is the third difficult day of the trek with a more than 1000m ascent. I consider that the acclimatization in Kongma and Dobato has to be enough. This year, the Langmale lodge is opened and allows a safety stop for trekkers without tent.

I have the surprise to discover the magnificent valley of Barun under the sun. The landscapes are great, still very green and bordured with ochre, dark and gigantic cliffs. Farther are outlined the snowy high mountains which I have to join in two small days from now.

DSCF3197DSCF3205DSCF3210

 

A light headache accompanies me on all the ascent. The wind remains icy and the sun has difficulty in warming me when I stop to have a break.

I only meet a young mom and her baby in all day. She asks me where are my guide and my porters. When I reply that I am alone, she remains very sceptical. This situation seems for her totally improbable. She leaves me with her doubts.

DSCF3233

I find my camp in Shersong and I put my tent in the same enclosure. The ibuprofen eliminates the headache. A chicken soup mixed with semolina is a delight.

DSCF3236

Camp de Shersong, bordé par les Pics 6 et 7

There is already nobody anymore here. It is the edge of the mineral world.

Monday 19th October – From Shersong to Barun’s Camp

wake up 6:07am – T inside -4°C – departure 8:25am – arrivée 3:24pm – altitude 5122m

The fine weather persists! I can take advantage of the sight on peaks 6 and 7 (6758m) on one side and Makalu (8485m, the World’s fifth summit) of the other one.

DSCF3242

Le Makalu, 5ème sommet du monde – 8485m

Everything is covered with hoarfrost. I need a lot of time to unsettle the camp, dry the sleeping bag and the tent. The sleeping bag dries on a stony low wall. The tent will remain wet at folding.

I thus leave late but I quickly arrive at the base camp, at 10:40 am. The Pasang’s lodge is padlocked. I learn that she got married this year and left living on the Tibet’s border. I take advantage to have lunch with a slosh of rice and potatoes with tea in the last lodge open (700Rs!)

DSCF3248

I go then on Sandy Camp’s path. Everything goes correctly until 5000m. I follow a series of cairns I had not seen last year. As they take me towards a kind of plateau, I don’t worry, thinking that I maybe found a solution to climb the hundred meters separating the glacier from the moraine where is situated Sandy Camp. Unfortunately,the path ends suddenly in a slide of dangerous masses of fallen rocks, totally unstable. It is impossible to progress there, even slowly. A breaking granite block hurts me the shin. The GPS indicates that I am still 1.4 km from Sandy Camp. I don’t recognize anything of the configuration of the last year. The more I move forward, the less I manage to guess where is Sandy Camp

DSCF3255

emplacement du Sandy Camp, avalé par le glacier

At 2:30 pm, I have to face the facts: Sandy Camp disappeared. The moraine, with all the hillside of the mountain slid in the glacier. Itself is unrecognizable. It consists of immense craters, mounts of stone and of gaping cracks.
DSCF3263

I continue to progress in sloping masses of fallen rocks and finally perceive on the glacier a small more or less horizontal headland. I move towards there slowly. This flat plateau of fine sand is crossed by small cracks. The ground is unstable everywhere but it’s there indeed I have to settle down for the night. I have no option.

DSCF3256

Camp sur le Barun

I have to go back to look for the water for dinner and breakfast in a crack. When I go back up, I hunt a crow which began to tear my bag of reserves. It’s about time! It didn’t have time to begin them. My new camp is 80m lower than the missing Sandy Camp. At nightfall, I can perceive the summit of the Everest behind Lhotse.

Tuesday 20 October – From Barun’s Camp to Kamepe Ri Base Camp

Wake up 5:49am T inside -6°C – departure 7:45am – Arrival 12:40am – Altitude 5472m

The progress seems at first sight less difficult than yesterday. That’s not the case. heap of mass of fallen rocks remain little convenient to the walking. I fall by twisting me the right ankle. A small pain will appear then from the slightest twisting. I am reassured to have taken anckle brace and compression wraps.
DSCF3259

DSCF3273

Vers le glacier latéral de Sherpani

I had planned to approach the side glacier of Sherpani through the bottom, meaning from the Barun glacier rather than by the headland formed by the moraine. The destruction of Sandy Camp’s moraine doesn’t leave me the choice: it became the only possible way. I go on in a narrow neck by which flows the water coming from the glacier. Here, nothing holds, whether the stones on the ground or the mud and stones walls dug by the torrent.

I also have difficulties to find the camp of the last year. Everything seems to have been upset, here also. With less violence. I find footprints which confirm that trekkers passed here recently. We had informed me repeatedly that two groups had tried to join Sherpani pass.

I take advantage of the sun to do a small laundry and toileting a little. The water of the small torrent tends to go astray during after noon with its flowrate growing because of the increase of temperature. It comes to invade my camp! I build a small dike with stones and mud so that it stays in its bed. My ankle does not hurt me any more.

DSCF3277

Coucher de soleil sur le Makalu, vu du Camp de Base du Kamepe Ri

The closure of the double roof, which worked already badly, dysfonctions totally. It is maybe because of the fine sand? I curse because it is the worst place where it could occur! I repair by drilling the fabric and by sewing all the opening with my rope which has a too important diameter. The repair will allow me to preserve a little of my heat.

Wednesday 21th October – Kamepe Ri’s Ascent – 6132m

Wake up 5:40am – T inside -9°C – departure 7am – arrival at summit 12am (N 27.864611°, E  87.017533°) back to CB 3:24pm

Ascension Kamepe ri

It is the D-day. All efforts which precede were made to overcome this summit. If the monsters which surround us, Baruntse and Makalu are inaccessible, the ascent, begun last year up to 5850m, seems feasible without particular equipments. The base camp is perfectly placed and the weather, as since several days now, is totally cleared.


DSCF3285DSCF3288

The progress begins with the ascent of a slope composed with more or less coherent granite blocks. This is easier than the way to reach the base camp. The absence of backpack also facilitates the task. The sight gets larger gradually towards Makalu and the Barun glacier, towards the passes of Sherpani, the spotless glaciers and the summits behind, towards Khumbu. The relatively soft slope leads me until 6050m approximately. I believed that it was practically about the highest point, according to the indications of my GPS. However, I am still far from the summit, made up of a double peak forgotten by Google Earth. I begin to perceive the first peak which I by-pass. It hides a second one that I have to join by a delicate crest because it is necessary to by-pass obstacles which give into a void 
DSCF3291
DSCF3293
DSCF3300

DSCF3308

Le Baruntse et ses glaciers

At the summit, I can discover the Baruntse as well as its glaciers and the massifs further to North West: Cho Polu and Lhotse mainly. Everest guesses, hidden for its biggest part by Lhotse.


DSCF3307

I lunch at the summit and decide to descend by a channel composed of dust and gravels in the South side, which seems to me safer than the path for ascent. This descent goes on with bigger and bigger blocks to give onto the Sherpani glacier.

DSCF3305

I install my microspikes for the pleasure to walk on the ice. By progressing, I find footprints in the single file. These tracks go to Sherpani Pass and confirm that a group at least went recently to this pass.

DSCF3326

Glacier de Sherpani

DSCF3330

By coming down, I discover, at the foot of the glacier, the camp called « Swiss Camp ». The place would be magnificent if there were not the heaps of filth left by the organized groups, which respect nothing. Old metallic tables, numerous pairs of disemboweled shoes are friends with stoves, bags and bottles of plastics. Autonomous trekkers, even without consciousness, could not leave such memories because they would not be simply capable of carrying them to there! See Appendix « the trekker and her carriers »

I return bad-tempered to the camp.

Kamepe Ri, in Scherpa means the mountain without snow. Snow is ka in Sherpa by growing longer the A, as in Turk kar (R not pronouncing, cause a natural extension of A). The etymology is probably common. These small details of the History of the Humanity fascinate me.

DSCF3345DSCF3346

It’s now my stove which abandons me during the preparation of the dinner. I may clean the jet and the oil pipe, I do not manage to relight it. It is maybe the pump. The breakdown is rough in any case and I have the dirty hands of soot. This last event incites me to give up staying one day furthermore to try to join Sherpani Pass. I shall content myself with the beautiful victory of today. It is what we have to call the Wisdom!

Thirsday 22th October : From Kamepe Ri Base Camp to Makalu Base Camp

Wake up 6:06am – T inside 0°C outside -7°C – departure 9:05am arrival 6:15pm – Altitude 4844m

More than the material troubles, the return towards MBC annoys me. I know that, what about is the path chosen, it will be dangerous and exhausting. As I went with difficulty by the border of the glacier, I choose to return by a more central route. I begin the return by following a series of cairns on the Sherpani glacier. These disappear in the neck joining the Barun glacier.

DSCF3347DSCF3354

In this battlefield for giants, it is sometimes necessary to lose more than half an hour to avoid a crack appearing at the last moment: there is no global visibility. I slip down on an ice banister of ice to win some time. I also try to avoid the biggest hillocks and the funnels of mass of fallen rocks. Time goes by and I move forward very slowly, approximately 300 m/h reported to a straight line. When I reach finally the limit of the glacier, I continue by following the bank of the rising torrent, hoping to join the base camp without bother. I notice that it is not the good solution because it would be necessary to follow the long bends formed by its meanders. On the other hand, the tempestuous water often prevents the progress on the bank. I thus decide to join the beginning of the path, in overhang, with the GPS.

I have not joined the path yet when the night begins to fall. Fortunately, a half-moon, already raised, is enough to light meagerly the obstacles in my acrobatic progress. I have to walk even more than one hour before finding the base camp.

It is a particular feeling that that to hear voices again far off and to smell the smoke of the wood fire. I rush into the only one lodge open, exhausted by 9 hours of unpredictable walking, strewed with falls. My back will keep a painful memory during several weeks (month?).

I spend the rest of the evening with a couple of French, tenants of a house to Patan. They want to join Khumbu via Sherpani with their guide. Good luck!

Friday 23th October – from MBC to Yangle kharka

Wake up 7am – T inside -5°C – departure 7:45am – arrival 3pm

The weather is wonderful in the base camp. Makalu, majestic, always thrones so near.
DSCF3356

DSCF3358

Pic 7. On distingue probablement Isuwa la sur sa droite.

The path doesn’t present no more difficulty, especially with the bag relieved by 4 kg of food. The weather covers itself gradually in the morning and the snow begins to fall well before the lunchtime. I cannot put any more my gloves because my fingers are hurt and painful by the numerous catching up on the granite blocks of yesterday.

I cross a procession of numerous Japaneses rising towards the base camp. Some are equipped with umbrellas. In the fog and the snow, this show is phantasmagorical.

I force to stop and lunch in an abandonned shelter. There is not a soul around here. The nature covered itself with a white coat. By leaving, I have difficulty in finding the way from time to time. I arrive finally to Yangle kharka which looks like a Christmas card. The lodge is padlocked and I am afraid of having to spend new night under the tent. The owner waves me from the other side of Barun: he gathers his 13 yaks with his companions then he will join me. I can settle down on the first floor, remained open.

Finally, it is me who join him because he waves me again. In a small wooden shed, an improvised party has begun: eleven of the yaks are parked. Two ran away in the jungle but they will be found. Each day has enough trouble of its own…nobody is worry. The herd is now ready to join Tashigaon for winter.

My glass of tchang doesn’t dry up because my host fills it before the level lowers little. I also resume strengths with a delicious mixture of meats and rice. Then the time for dances comes to accompany the traditional Nepalese music. I’ll fall several times when it will be necessary to return in the lodge and I do not remember any more how I crossed the small bridge of wood covered with frozen snow stepping over Barun…

Saturday 24th October – from Yangle to Dobato

wake up 6:15am – T inside -4°C – departure 8:10am – arrival 4:45pm

It’s again under the beautiful sun that I continue the descent on the valley of Barun. The small icy East wind begins again to blow. My back hurts me quickly and I am obliged to stop more often to ease the pain. I don’t meet anybody on the road except two trekkers going up towards the base camp.

DSCF3373

In the big and endless ascent to reach Dobato, the weather quickly covers and, finally, the lodge appears in an icy fog. A lively hubbub escapes from it. It is filled with and overflows carriers, guides and some rare trekkeurs. Some aldready settled tents. A couple of German settled down in the dormitory. I try to invest a bed which seems free. The man goes out of his sleeping bag as a compressed spring which relaxes brutally. He has serial killer eyes. I ask him if it is some problem. He doesn’t even deign to address me! His guide, very embrassed, arrives at his rescue.  » You cannot stay in this place, it is necessary to install somewhere else  »  » are all the beds occupied?  » No answer.  » Please, settle down with the carriers « . It is not because it doesn’t please me but I refuse as a matter of principle. I empty my bag on the bed to show that I’ll not capitulate at such an arrogance on behalf of these tourists and such a submission on behalf of the Nepalese. Finally, the Nepaleses are not dissatisfied with my decision and we’ll spend a very good evening together. I’ll learn the next day that this harmful persons will not even pay their beds and will let their guide paying their bill from his own salary…

Sunday 25th October – From Dobato to Kongma

Wake up 6h30 – T inside -1°C – departure 8am – arrival 2:25pm

The weather is mixed this morning, with some bits of blue sky which will quickly disappear. When I arrive at the first of the four passes, the fog wrap me. The local gods protect me from the rain and from the snow. I have never gone through these passes under a clement weather! A nice team of Italian settled down in Kongma with their own cooking. It will limit our exchanges.

The owner of the lodge phones to Num (Japanese Sherpa Lodge) to book for me a place in a private jeep for return to Khandbari. Indeed, the shortage of gas would make the return impredictable in public jeeps (?).

Monday 26th October – from Kongma to Seduwa

Wake up 6:06am – Departure 7:25am – Arrival in Tashigaon 11:15 – Arrival in Seduwa 4:45am

It is a long day of descent with a climate becoming again soft. My place in jeep is confirmed in the evening for the next day at about 1 pm.

Tuesday 27th Octobre  – from Seduwa to Num

Wake up 5:40 – departure 6:45 – arrival 11:45

End of the trek.

Appendix : The Trekker and his Porters

It belonged in Dobato and it had rained all day long. This kind of days, time goes by very slowly and it’s necessary to learn patience. There is nothing to make that to read, as slowly as possible, the only embarked book or to empty the spirit by trying to warm ourselves closely to the woodfire.

What will the weather be tomorrow?  » More the rain falls, less there remains in the sky  » said the optimist.  » A big depression invaded the country. It is hung on the Himalaya chain » said the pessimist. If it continues, passes will soon be closed!…

A femal trekker arriving of Yangle Kharka extracts me from my torpor . The afternoon is half moved forward, as stuck between a gloomy morning and one evening which doesn’t arrive. I examine her in detail: she is dipped, drawn features and seems angry. The ascent towards Dobato is a torture under normal circumstances and the rain had to transform every stone into formidable trap for ankles. I show that I feel sorry by a smile. My mimic is an invitation to the conversation.

Having drained more or less, she gets closer to me of a warior step.

Lire la suite


Du 8 au 27 octobre 2015

Sherpani pass vue de Kamepe ri

Avant-Propos:

Pour cette troisième exploration des vallées du Makalu, nous avions vu gros: Surplomber Shersong pour découvrir simultanément l’Everest et le Kanchenjunga, aller jusqu’au pied du Cho Polu, enfin vaincre un sommet de plus de 6000m pour admirer (de très près) le Barun Tse!

J’avais recruté un partenaire sur trekkingpartners.com  pour sécuriser la progression, toujours risquée en haute montagne. Mal m’en a pris puisque l’individu m’abandonna à Kongma, prétextant un sac trop lourd, des pieds endoloris et le mauvais temps! Il me faudra, à l’avenir, prêter plus d’attention à la sélection des candidats à l’aventure!

Il a donc fallu rabattre un peu mes ambitions mais le plus important a été effectué (mon premier 6000 en solitaire!). De  plus, l’extraordinaire vallée du Barun, pour la première fois, s’est découverte sous un superbe soleil d’automne.

Par chance, j’arriverai à me déplacer malgré la crise du pétrole qui secoue le Népal. Peu de jours après mon retour, les vols intérieurs seront annulés pour cause de pénurie… Après le tremblement de terre du 25 avril dernier, il faut que les népalais soient particulièrement sereins pour supporter avec autant de calme tous ces malheurs et toutes ces privations sans broncher!

001Kathmandu

Les trekkeurs seront plus nombreux qu’en Mai 2014 sur les chemins du camp de base.  Après, ce sera la grande solitude, rompue par quelques corbeaux tentant de me voler ma maigre pitance. J’aurai tendance à sympathiser davantage avec les guides et les Sherpas qu’avec certains touristes fort exigeants et parfois même irascibles. Je suis de plus en plus opposé aux voyages organisés expédiant des gens sans effort en altitude et laissant dans la montagne des tas d’ordures comme souvenirs éternels de leurs passages (voir en annexe : La trekkeuse et ses porteurs).

Préparation:

Le même matériel est utilisé qu’en mai 2014. J’embarque cette fois-ci 4.5 kg de nourriture pour 6 jours prévus d’autonomie sur le glacier du Barun. Je suis chargé de 20 kg avec l’eau et l’essence (c’est trop, mon dos s’en ressentira).

Les routes sont inscrites à partir de Google Earth sur le GPS comme d’habitude. Le glacier du Barun a été mis sens dessus dessous, probablement par le tremblement de terre du 25 Avril, et, dans cet enfer d’éboulis et de crevasses béantes, mes prévisions de routes ne serviront pas à grand chose…

Situation:

situationSituation parcours Glacier Barun effectué

Accès et Budget:

Je voyage de nouveau avec Air India (620€, bon service). Il est facile de trouver moins cher mais les escales sont souvent fort longues… Au retour, nous arriverons avec plus d’une heure de retard à Delhi mais l’avion pour Paris nous attendra sagement. Yeti Airlines, comme les autres compagnies, a augmenté ses tarifs en 2015 (247€ AR). J’ai utilisé des jeeps privées pour le trajet Khandbari – Num (600Rs à l’aller, mais 3000Rs au retour) par crainte de pénurie de pétrole mais aussi pour le confort!

Sur place, au Népal, la dépense, tout compris et sans trop compter, a été de 500€ (avec 4 jours d’autonomie « gratuits »). Avec les vols domestiques et internationaux, la dépense totale s’élève à 1370€, incluant visa et accès au parc. Pour une telle aventure et lorsque l’on regarde les catalogues, cela reste vraiment très bon marché!

Il faut compter en moyenne 15 à 20€/jour pendant le trek lui-même, quand on ne consomme pas de bière (350 à 500Rs la bouteille, lui préférer le raksi local 😉

Agenda:

Agenda

Altitude à l’étape:

Altitude à l'étape

 

Altitude = f(Distance):

Altitude f distance

Dénivelé Total Quotidien:

Dénivelé Jour

Le Trek au Jour le Jour:

Jeudi 8 Octobre: de Num à Seduwa –

départ 11h35 – arrivée à 17h55 – altitude 1564m

Le voyage en jeep a été très confortable. Sur la route, les montagnes convoitées se découvrent déjà au loin. C’est un appel à l’aventure!002 seduwa

Ce n’est pas vraiment la grande forme pour ce premier jour qui n’est pas le plus facile. De Num, Seduwa paraît toujours fort proche, à la même altitude et juste séparée par la vallée de l’Arun. Juste: il ne faut pas oublier la descente de 750 m puis la montée de 820 m. Nous ne nous pressons pas et nous arriverons à la tombée de la nuit à Seduwa.

003 seduwa

Du 9 au 11 Octobre: Interruption dans la région de Seduwa, Robesha, Tashigaon

Voilà trois jours d’interruption pour mener à bien les audits nécessaires à l’avancement des projets en commun avec Friends of Nature. Grâce à Dawa, je découvre une cascade bien agréable pour prendre un bain à une petite demi-heure du village.

005 seduwa cascade

 

Lundi 12 Octobre: de Seduwa à Tashigaon

Lever 6h45, départ 8h40, arrivée 13h15, altitude 2200m

La marche est facile aujourd’hui. Il faut prendre garde de ne pas accrocher de sangsues, en marchant autant qu’il est possible sur les pierres du chemin. La seconde moisson de riz de l’année a commencé et l’activité bat son plein dans les champs.

J’en profite pour visiter l’école de Tashigaon, récemment équipée. L’accueil est chaleureux. Le temps s’est couvert dans la matinée mais nous évitons la pluie. Je m’installe dans le seul lodge ouvert.

006 Tashigaon

Mardi 13 Octobre: de Tashigaon à Kongma

Lever 6h, T intérieure 14°C, départ vers 8h, arrivée 15h30,  altitude 3614m

Le temps est beau en début de matinée et se couvrira fortement dans la montée pour terminer par un orage très violent en soirée avec grêlons et neige. Le climat tropical a brutalement laissé place à l’hiver.

Ce jour est probablement le plus difficile de tout le parcours avec l’ascension de 1450m qu’il impose. Le « partenaire » montre des signes de fatigue et de mauvaise humeur anormaux et alarmants. Le seul avantage de la situation est qu’elle est réversible. C’est comme cela que je me réconforte en me demandant comment j’arriverai à le traîner jusqu’au glacier du Barun…

Nous déjeunons à mi parcours dans un petit restaurant (N 27.642,  E 87.2152, 2939m) appartenant au fils aîné de la propriétaire du lodge de Kongma et ouvert pour la circonstance. C’est une affaire de famille sur toute la route jusqu’au camp de base…

Je repère l’embranchement probable du chemin pour la vallée d’Isuwa (Ishuwa)  sur la crête (N 27.647117° E  87.209821°). Ce peut être un futur trek. Il n’est pas dit que le chemin se poursuive très loin. La descente puis la progression en pleine jungle, si le chemin disparaît, me paraît compromettante.

Il pleuviote quand nous arrivons à Kongma où deux nouveaux lodges se sont construits depuis 2014. Je reste fidèle en m’installant dans le plus ancien.

Dans la soirée, alors que la neige commence à blanchir les alentours, un guide m’affirme que le mauvais temps durera une semaine encore car la pluie doit nettoyer la terre du sang des animaux sacrifiés pendant la fête hindoue du Dashain. C’est pratique. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, le « partenaire » m’apprend qu’il m’abandonne à mon triste sort…

DSCF3134

Mercredi 14 Octobre Acclimatation à Kongma

La pluie a remplacé la neige dés le matin. J’avais envisagé de franchir les quatre cols pour arriver à Dobato dés aujourd’hui, en négligeant l’acclimatation, précaution pourtant nécessaire. Le mauvais temps me persuade qu’il vaut mieux rester à Kongma. Je passe une bonne partie de la journée au lit, sous 3 couches de blanquettes pour ne pas me refroidir.

Je rencontre deux jeunes trekkeurs allemands qui me reconnaissent. Ils ont organisé leur trek avec les renseignements de mon livre de bord de mai 2014 et reviennent du camp de base. Voilà une agréable surprise liée à la célébrité naissante de mon site! Ils espéraient aller jusqu’à Sherpani mais ils ont abandonné, sans accompagnement… Dommage que nous ne nous soyons pas croisés plus tôt.

Jeudi 15 Octobre: les quatre cols jusque Dobato

levé 6h15 – T intérieure 7°C – départ 7h20 – arrivée 13h30 – altitude 3900m

Comme j’ai l’habitude à Kongma et au-dessus, c’est une course perdue à l’avance avec les nuages. Le soleil commence à peine à donner que des brumes s’arrachent déjà des coteaux gorgés d’humidité. Celles-ci montent pour s’accumuler vers 4000m. Je pars avec le soleil et arrive à Kongma la à 8h. J’aperçois encore la chaîne de montagnes à l’Est, dominée par une couche de nuages de haute altitude. Parmi elles doit se cacher le Kanchenjunga (8586m et troisième sommet du monde). Il paraît qu’on le voit d’ici par temps dégagé. Les sommets coiffant la vallée d’Isuwa, sont quant à eux, totalement cachés.

DSCF3148

La vallée de Tashigaon à Num est toujours sous le clair soleil du matin. Elle me semble déjà bien loin.

Une pluie fine me rejoint vers le 3ème col (Shipton la, 4230m) qui se transforme bientôt en neige jusqu’à mon arrivée à Dobato. La marche est mille fois plus facile que l’année dernière car le chemin est libre de toute neige ou glace. Je fais cependant attention à chaque pas de ne pas glisser sur les pierres humides. J’attrape un léger mais persistant mal de tête, malgré l’acclimatation d’hier. Un cachet d’ibuprofène ne le supprime pas complètement. Je me force à manger sur la route en m’abritant sous le toit d’un bâtiment nouvellement construit.DSCF3163

La neige redouble à proximité de Dobato et je suis heureux de retrouver Pemba Sherpa qui m’accueille avec sa bonne humeur habituelle. Nous déjeunons ensemble d’un délicieux dalbath aux abats, arrosé de thé.DSCF3166DSCF3169

Vendredi 16 Octobre – Acclimatation forcée à Dobato

Vers 5h30 du matin, le crépitement sur le toit de tôles de la neige glacée me réveille. C’est plus qu’un mauvais présage. Je ne me précipite pas pour un départ aux aurores… Il neigera toute la journée et je commence à désespérer de la météo. Apparemment, le sang des sacrifices de Dashain ne se lave pas facilement. J’essaie de gérer ma journée pour que le temps ne s’écoule pas trop lentement. L’arrivée de trekkeurs, dans l’après-midi, me donne l’occasion de discussions animées. Six français arrivent de Yangle avec une armée de porteurs. Une trekkeuse m’apostrophe brutalement car elle trouve honteux d’utiliser les services d’enfants de 12 ans et portant des charges élevées (30 kg). J’ai beau essayer d’argumenter en lui disant qu’elle devrait faire pression sur son agence de voyage, que je n’y suis pour rien, que je suis moi-même simultanément guide, porteur, et trekkeur, rien n’y fait mais le temps passe et c’est le principal. Voir annexe « la Trekkeuse et ses Porteurs ».

Samedi 17 Octobre – de Dobato à Yangle kharka

levé 6h – T intérieure -1°C – départ 7h – arrivée 13h40 – Altitude 3620m

Comme pour me rassurer des doutes d’hier et me surprendre, il fait plein soleil ce matin! De quoi punir ceux qui ont renoncé trop rapidement à cause du mauvais temps et récompenser ma ténacité! J’ai laissé un peu de vivres à Pemba car je ne pourrai d’ores et déjà pas rester 6 jours sur le glacier du Barun. Il est inutile de me surcharger inutilement.


DSCF3184
DSCF3187DSCF3192

La brume monte de l’Est, poussée par un vent glacial. Les éboulis bordant le Barun ont été un peu consolidés depuis mai 2014 et la progression se fait un peu plus aisément. A Yangle que je retrouve sous la brume, le jeune propriétaire me reconnait et je retrouve un couple d’espagnol rencontré à Seduwa. Ils reviennent du camp de base où ils ont eu beau temps. Cela me redonne confiance et courage. Encore une bonne soirée au coin du feu.DSCF3196

Dimanche 18 Octobre – de Yangle à Shersong

levé 5h45 – T intérieure +1°C – départ 7h – arrivée 15h06 – Altitude 4698m

C’est la troisième journée difficile du trek avec un dénivelé de plus de 1000m. J’estime que l’acclimatation double à Kongma et Dobato doit suffire.  Cette année, le lodge de Langmale est ouvert et permet un arrêt de sécurité pour les trekkeurs sans tente.

J’ai la surprise de découvrir la magnifique vallée du Barun sous le soleil. Les paysages sont grandioses, en même temps encore très verts mais bordés de falaises ocres et sombres, gigantesques. Plus loin se profilent les hautes montagnes enneigées que je dois rejoindre en deux petits jours maintenant.

DSCF3197 DSCF3205 DSCF3210

Un léger mal de tête m’accompagne sur toute la montée. Le vent d’Est reste glacial et le soleil peine à me réchauffer dés que je m’arrête pour souffler un peu.

Je n’ai croisé qu’une jeune maman et son bébé de toute la journée. Elle me demande où se trouve mon guide et mes porteurs. Quand je lui réponds que je suis seul, elle reste très dubitative. Cette situation lui semble totalement improbable. Elle me quitte avec ses doutes.DSCF3233

Je retrouve mon camp à Shersong et je plante ma tente dans le même enclos. L’ibuprofène supprime la migraine. La soupe au poulet mélangée aux grains de semoule est un régal.

DSCF3236

Camp de Shersong, bordé par les Pics 6 et 7

Il n’y a déjà plus personne ici. C’est l’orée du monde minéral.

Lundi 19 Octobre – de Shersong au Camp du Barun

levé 6h07 – T intérieure -4°C – départ 8h25 – arrivée 15h24 – altitude 5122m

Le grand beau temps persiste! Je peux profiter de la vue sur les pics 6 et 7  (6758m) d’un côté et le Makalu (8485m, cinquième sommet du monde) de l’autre.

DSCF3242

Le Makalu, 5ème sommet du monde – 8485m

Tout est couvert de givre. Il me faut beaucoup de temps pour démonter le campement, sécher le duvet et la tente. Le duvet sèche sur un muret de pierre. La tente restera mouillée au pliage.

Je pars donc fort tard mais j’arrive rapidement au camp de base, à 10h40. Le lodge de Pasang est cadenassé. J’apprends qu’elle s’est mariée cette année et est partie vivre à la frontière du Tibet. Je profite de la halte pour déjeuner d’une plâtrée de riz et de patates arrosée de thé dans le dernier lodge ouvert (700Rs!)DSCF3248

DSCF3255

emplacement du Sandy Camp, avalé par le glacier

Je m’engage ensuite sur le chemin de Sandy Camp. Tout va bien jusque 5000m. Je suis ensuite des cairns que je n’avais pas vus l’année dernière. Comme ils m’emmènent vers une sorte de plateau, je ne m’inquiète pas en pensant que j’ai peut-être trouvé une solution pour gravir la centaine de mètres séparant le glacier de la moraine où se situe Sandy Camp. Malheureusement, je dois constater que le chemin se termine sur des éboulis dangereux car totalement instables. Il est impossible d’y progresser, même lentement. Un bloc de granit qui lâche me blesse le tibia. Le GPS m’indique que je suis encore à 1.4 km de Sandy Camp. Je ne reconnais rien de la configuration de l’année dernière. Plus j’avance, moins j’arrive à deviner où se trouve Sandy Camp. A 14h30, il faut que j’accepte l’évidence: Sandy Camp a disparu. La moraine, avec tout le versant de la montagne a glissé dans le glacier. Lui même est méconnaissable. Il se compose d’immenses cratères, de monts de caillasses et de crevasses béantes.DSCF3263

Je continue de progresser dans les éboulis en pente et finis par apercevoir sur le glacier un petit promontoire à peu près horizontal. Je m’y achemine lentement. Cette plate forme de sable fin est craquelée de petites crevasses. Le sol est instable partout mais c’est bien là qu’il faut que je m’installe pour la nuit. Je n’ai pas d’autre option.

DSCF3256

Camp sur le Barun

 

 

Je dois retourner sur mes pas pour chercher  l’eau du dîner et du petit-déjeuner dans une crevasse. Quand je remonte, je chasse un corbeau qui a commencé à déchirer mon sac de provisions. Il était temps!  Il n’a pas eu le temps de les entamer. Mon nouveau campement est plus bas de 80m par rapport à Sandy Camp disparu. A la nuit tombante, je peux quand même apercevoir le sommet de l’Everest derrière le Lhotse.

Mardi 20 Octobre – Du camp du Barun au Camp de Base du Kamepe Ri

Levé 5h49 * T intérieure -6°C – départ 7h45 – Arrivée 12h40 – Altitude 5472m

La progression semble à première vue moins difficile que la veille. Il n’en est rien. Les amas d’éboulis restent très peu propices à la marche. Je tombe en me tordant la cheville droite. Une petite douleur apparaîtra ensuite dès la moindre torsion. Je suis rassuré d’avoir emporté une chevillère et des bandes de compression.DSCF3259

 

DSCF3273

Vers le glacier latéral de Sherpani

J’avais prévu d’aborder le glacier latéral de Sherpani par le bas, c’est à dire par le glacier du Barun plutôt que par le promontoire formé par la moraine. La destruction de la moraine de Sandy Camp  ne me laisse pas le choix: c’est devenu la seule voie possible. Je m’engage dans un goulot assez étroit par lequel s’écoule l’eau de fonte du glacier. Ici, rien ne tient, que ce soit les pierres au sol ou les parois de terre et de pierres creusées par le torrent.

J’ai aussi des difficultés pour reconnaître le camp de l’année dernière. Tout semble avoir été chamboulé, ici aussi. Avec moins de violence. Je trouve des empruntes de pas qui me confirment que des trekkeurs sont passés par ici récemment. On m’avait averti à plusieurs reprises que deux groupes avaient tenté de rejoindre Sherpani pass.

Je profite du soleil pour faire une petite lessive et me laver un peu. L’eau du petit torrent a tendance à dévier pendant l’après midi avec son débit croissant du fait de la hausse de température. Il vient envahir mon campement! Je construis une petite digue avec des pierres et de la terre pour qu’il reste dans son lit d’origine.  Ma cheville ne me fait plus mal.

DSCF3277

Coucher de soleil sur le Makalu, vu du Camp de Base du Kamepe Ri

La fermeture du double toit, qui fonctionnait déjà mal, dysfonctionne totalement. C’est peut-être du au sable fin? Je peste car c’est le pire endroit où cela pouvait se produire! Je répare en perçant le tissu et en cousant tout au long, une fermeture plus ou moins étanche avec ma corde au diamètre trop important. La réparation me permettra de conserver un peu de ma chaleur.

Mercredi 21 Octobre – Ascension du Kamepe Ri – 6132m

Levé 5h40 – T intérieure -9°C – départ 7h – arrivée au sommet 12h (N 27.864611°, E  87.017533°) retour CB 15h24

Ascension Kamepe ri

C’est le jour J. Tout les efforts qui précèdent ont été effectués pour vaincre ce sommet. Si les monstres qui nous entourent, Baruntse et Makalu sont inaccessibles, l’ascension, entamée l’année dernière jusque 5850m, semble, elle, faisable sans matériel particulier. Le camp de base est parfaitement placé et le temps, comme depuis plusieurs jours maintenant, est totalement dégagé.


DSCF3285DSCF3288

La progression commence par l’ascension d’une pente composée de blocs de granit plus ou moins cohérents. Elle est plus facile que le chemin pour accéder au camp de base. L’absence de sac à dos facilite aussi la tâche. La vue se dégage progressivement tout autour vers le Makalu et le glacier du Barun, vers les cols de Sherpani, les glaciers immaculés et les sommets qui se découvrent par derrière vers le Khumbu. La pente relativement douce me conduit jusqu’à 6050m environ. Je croyais qu’il s’agissait pratiquement de l’altitude sommitale, selon les indications de mon GPS. Cependant, je suis encore loin du sommet, composé d’un double pic oublié par Google Earth! Je commence à apercevoir la première pointe que je dépasse en la contournant. Elle en cache une seconde que je dois rejoindre par une crête délicate car il faut contourner des obstacles qui donnent dans le vide. 
DSCF3291
DSCF3293
DSCF3300

DSCF3308

Le Baruntse et ses glaciers

Au sommet, je peux découvrir le Baruntse ainsi que ses glaciers et les massifs plus au Nord Ouest: le Cho Polu et le Lhotse principalement. L’Everest se devine, caché pour sa plus grande part par le Lhotse.
DSCF3307

Je déjeune au sommet et décide d’entamer la descente par un canal d’éboulis au Sud, qui me semble plus sûr que le chemin de la montée. Cette descente, composée de poussières et de graviers se poursuit par des blocs de plus en plus gros pour donner sur le glacier de Sherpani.

DSCF3305

J’installe mes crampons pour le plaisir de marcher sur la glace. En progressant, je trouve des traces de pas à la file indienne. Ces traces se dirigent vers Sherpani Pass et confirment qu’un groupe au moins s’est dirigé récemment vers ce col.

DSCF3326

Glacier de Sherpani

DSCF3330

En descendant, je découvre, au pied du glacier, un camp appelé « Swiss Camp ». L’endroit serait superbe s’il n’était les tas d’immondices laissés par les groupes organisés, qui ne respectent rien. Des vieilles tables métalliques, de nombreuses paires de chaussures éventrées copinent avec des réchauds, des sacs et des bouteilles de plastiques. Des trekkeurs autonomes, même sans conscience, ne pourraient pas laisser de tels souvenirs puisqu’ils ne seraient simplement pas capables de les porter jusque là! Voir Annexe « la trekkeuse et ses porteurs »

Je rentre de mauvaise humeur au camp.

Kamepe ri, en Scherpa signifie la montagne sans neige. Neige se dit ka en Sherpa en allongeant le A, comme en Turc kar (le R ne se prononçant pas, provoque un allongement naturel du A). L’étymologie est probablement commune. Ces petits détails de l’Histoire de l’Humanité me passionnent.

DSCF3345 DSCF3346

C’est au tour du réchaud de me lâcher au cours de la préparation du dîner. J’ai beau nettoyer le gicleur et la canalisation d’arriver de pétrole, je n’arrive pas à le rallumer. C’est peut-être la pompe. La panne est brutale en tous cas et j’ai les mains noires de suie. Il n’y a pas même moyen de me laver: tout cour d’eau est gelé depuis longtemps. Ce dernier événement m’incite à renoncer à rester un jour de plus pour tenter de rejoindre Sherpani Pass. Je me contenterai de la belle victoire d’aujourd’hui. C’est ce qu’on doit appeler la Sagesse!

Jeudi 22 Octobre : du Camp de Base du Kamepe Ri au Camp de Base du Makalu

levé 6h06 – T intérieure 0°C extérieure -7°C – départ 9h05 arrivée 18h15 – Altitude 4844m

Plus que les ennuis matériels, le retour vers MBC me contrarie. Je sais que, quelque soit le chemin, il sera dangereux et épuisant. Comme je suis arrivé avec difficulté par la lisière du glacier, je choisis de revenir par un trajet plus central. Je commence le retour en suivant une série de cairns sur le glacier de Sherpani. Ceux-ci disparaissent dans le goulot rejoignant le glacier du Barun.

DSCF3347 DSCF3354

Dans ce champ de bataille pour géants, il me faut parfois perdre plus d’une demi-heure pour éviter une crevasse se découvrant au dernier moment: il n’y a aucune visibilité d’ensemble. Je descends sur une rampe de glace pour gagner un peu de temps. Je tente aussi d’éviter les plus gros monticules et entonnoirs d’éboulis. Le temps passe et j’avance très lentement, environ 300 m/h rapportés à une ligne droite. Lorsque je parviens enfin à la limite aval du glacier, je continue en longeant la berge du torrent naissant en espérant ainsi rejoindre le camp de base sans tracas. Je m’aperçois que ce n’est pas la bonne solution car il faudrait suivre les longs détours formés par ses méandres. D’autre part, l’eau tumultueuse empêche souvent la progression sur la berge. Je décide donc de rejoindre le début du chemin, en surplomb, à l’aide du GPS.

Je n’ai pas encore rejoint le chemin quand la nuit commence à tomber. Heureusement, une demi-lune, déjà levée, suffit à éclairer chichement les obstacles à mon acrobatique progression. Je dois marcher encore plus d’une heure avant de retrouver le camp de base.

C’est un sentiment particulier que celui d’entendre de nouveau des voix au loin et de sentir la fumée du feu de bois. Je m’engouffre dans le seul lodge ouvert, épuisé par 9 heures de marches aléatoires et parsemées de chutes. Mon dos en gardera un souvenir douloureux pendant plusieurs semaines.

Je passe le reste de la soirée avec un couple de français, locataires d’une maison à Patan. Ils veulent rejoindre le Khumbu en passant par Sherpani avec leur guide. Bon courage!

Vendredi 23 Octobre – de MBC à Yangle kharka

Levé 7h – T intérieure -5°C – départ 7h45 – arrivée 15h

Il fait un temps superbe au camp de base. Le Makalu, majestueux, trône toujours si près de nous.DSCF3356

DSCF3358

Pic 7. On distingue probablement Isuwa la sur sa droite.

Le chemin ne présente plus aucune difficulté, surtout avec le sac allégé de 4 kg de nourriture. Le temps se couvre progressivement dans la matinée et la neige commence à tomber bien avant l’heure du déjeuner. Je ne peux plus mettre mes gants car mes doigts sont blessés et endoloris par les nombreux rattrapages sur les blocs de granit d’hier.

Je croise un cortège nombreux de japonnais montant vers le camp de base. Certains sont équipés de parapluies. Dans le brouillard et la neige, ce spectacle est fantasmagorique.

Je me force à m’arrêter et m’installe dans une baraque abandonnée pour me mettre à l’abris du vent et de la neige. Il n’y a pas âme qui vive ici. La nature s’est couverte d’un manteau blanc. En repartant, je peine à trouver le chemin de temps en temps. J’arrive enfin à Yangle kharka qui ressemble à une carte de Noël. Le lodge est cadenassé et je crains de devoir passer une nouvelle nuit sous la tente. Le propriétaire me fait signe de l’autre côté du Barun: il regroupe ses 13 yacks avec ses compagnons puis il me rejoindra. Je peux m’installer à l’étage, resté ouvert.

C’est moi qui le rejoins pour finir car il me refait signe. Dans une petite baraque en bois, une fête improvisée a commencé: Onze des yacks sont parqués. Deux se sont enfuis dans la jungle mais ils seront retrouvés. A chaque jour sa peine… Cela n’inquiète personne. Le troupeau est maintenant prêt à rejoindre Tashigaon pour l’hiver.

Mon verre de tchang ne tarit pas car mon hôte le remplit dés que le niveau baisse un peu. Je reprends aussi des forces avec un délicieux mélange de viandes et de riz. Puis vient le temps des danses pour accompagner la musique népalaise traditionnelle. Je m’écroulerai plusieurs fois lorsqu’il faudra rentrer au lodge et je ne me souviens plus comment j’ai franchi le petit pont de bois recouvert de neige glacée enjambant le Barun…

Samedi 24 Octobre – de Yangle à Dobato

Levé 6h15 – T intérieure -4°C – départ 8h10 – arrivée 16h45

C’est de nouveau sous un beau soleil que je continue la descente de la vallée du Barun. Le petit vent d’Est glacé recommence à souffler. Mon dos, quant à lui, me fait mal assez rapidement et je suis obligé de m’arrêter plus souvent pour le soulager. Je ne rencontre personne sur la route sauf deux trekkeurs montant vers le camp de base.

DSCF3373

Dans la grande et interminable montée pour atteindre Dobato, le temps se couvre rapidement et le lodge m’apparaît finalement dans un brouillard glacé. Un brouhaha animé s’en échappe. Il est rempli et déborde de porteurs, de guides et de quelques rares trekkeurs. Certains ont installé des tentes. Un couple d’allemands s’est installé dans le dortoir. Je tente d’investir un lit qui semble libre. L’homme sort de son duvet comme un ressort bandé qui se détend brutalement. Il me jette un regard assassin. Je lui demande s’il a un problème. Il ne daigne même pas m’adresser la parole! Son guide, fort gêné, arrive à sa rescousse. « Vous ne pouvez pas rester à cet endroit, il faut vous installer ailleurs » « tous les lits sont-ils occupés? » Pas de réponse. « S’il vous plait, installez-vous avec les porteurs ». Ce n’est pas que cela ne me plaise pas mais je refuse par principe. Je vide mon sac sur le lit pour bien montrer que je ne capitulerai pas devant une telle arrogance de la part de ces touristes et une telle soumission de la part des Népalais. Pour finir, ces derniers n’en sont pas mécontents et nous passerons une très bonne soirée ensemble. J’apprendrai le lendemain que ce couple déplaisant ne paiera même pas ses lits et laissera leur guide régler leur addition sur son propre salaire…

Dimanche 25 Octobre – De Dobato à Kongma

Levé 6h30 – T intérieure -1°C – départ 8h – arrivée 14h25

Le temps est mitigé ce matin, avec quelques coins de ciel bleu qui disparaîtront rapidement. Dés que j’arrive au premier des quatre cols, le brouillard m’enveloppe. Les dieux locaux me préservent de la pluie et de la neige. Je n’aurai jamais parcouru ces passages sous un temps clément. Une équipe d’italiens sympa s’est installée à Kongma avec sa propre cuisine. Cela limitera nos échanges.

La propriétaire du lodge téléphone à Num (Japanese Sherpa Lodge) pour me réserver une place en jeep privée pour le retour à Khandbari. En effet, la pénurie d’essence rendrait le trajet aléatoire en jeeps publiques.

Lundi 26 Octobre – de Kongma à Seduwa

Levé 6h06 – Départ 7h25 – Arrivée à Tashigaon 11h15 – Arrivée à Seduwa 16h45

C’est une longue journée de marche en descente dans un climat redevenu doux. Ma place de jeep est confirmée le soir pour le lendemain vers 13 heures.

Mardi 27 Octobre  – de Seduwa à Num

Levé 5h40 – départ 6h45 – arrivée 11h45

Fin du trek.

Annexe : La Trekkeuse et ses Porteurs

C’était à Dobato et il avait plu toute la journée. Ce genre de jours, le temps passe très lentement et il faut prendre son mal en patience. Il n’y a rien à faire que de grignoter le moins vite possible le seul bouquin embarqué… ou de se vider l’esprit en essayant de se réchauffer au plus près du foyer.

Quel temps fera-t-il demain? « Plus la pluie tombe, moins il en reste dans le ciel » dit l’optimiste. « Une grosse dépression a envahi le pays. Elle est bien accrochée à la chaîne de l’Himalaya » dit le pessimiste.  Si cela continue, les cols seront bientôt fermés! …

C’est de ce genre de torpeur que m’extrait une trekkeuse arrivant de Yangle Kharka. L’après-midi est à moitié avancée, comme coincée entre une matinée maussade et une soirée qui ne veut pas arriver. Je l’examine en détail: elle est trempée, les traits tirés et semble en colère. La montée vers Dobato est un supplice en temps normal et la pluie a du transformer chaque pierre en piège redoutable pour les chevilles. Je compatis par une petit sourire solidaire. Ma mimique est une invitation à la conversation.

Après s’être à peu près égouttée, elle se rapproche de moi d’un pas guerrier.

Lire la suite


De Num au Belvédère d’East Pass

Du 7 au 26 Mai 2014

DSCF1634

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir – points GPS en annexe de l’article. 

Objectifs :

Après l’arrêt forcé à Kongma en avril 2013, du fait des chutes de neige tardives ayant bloqué l’accès à la Shipton la, j’organise une nouvelle virée vers le Makalu, 5ème sommet du monde trônant à 8434m.

L’objectif initial est de le contourner jusqu’à la « East Pass » 6150m, point final du projet, pour l’avoir bien en face, juste 2300m en dessous.

En marge de la rencontre de nos amis de Khandbari, Seduwa et Chyaksa danda, il s’agit d’une ballade en 17 jours sur un dénivelé total de 5400m, sur une distance de 130km aller retour

 

Résumé et Introduction:

Les vallées et crêtes menant aux monstres de hautes montagnes du massif du Makalu ne démentent pas leur réputation : le ciel sera fort encombré jusqu’au Camp de Base du Makalu (MBC). La pluie sera de la partie parfois dés la fin de matinée. En montant, le temps s’éclaircit pour laisser place à un ciel parfaitement limpide pendant mes quatre jours et trois nuits d’isolement après MBC. Ce répit  inespéré m’est laissé pour me fondre dans un univers fabuleux, qui marquera  mes rêves autant que mes tibias : la virée est dangereuse sur une grande partie du parcours, sans chemin, dans les éboulis de roches de parfois plusieurs centaines de kilos en équilibre instable.

Je n’irai pas jusque East Pass, objectif ultime de ce trek car l’énorme et incontournable glacier le précédant ne porte aucune trace de passage. Les risques sont trop grands. Je la contemplerai de mon belvédère improvisé et point culminant à 5850m, joli lot de consolation…

Avec trois marcheurs étrangers croisés en trois semaines, on peut dire que le parcours est confidentiel. Cette région Sherpa vaudrait pourtant d’être mieux connue, tellement chaleureuse qu’il n’est pas besoin de savoir parler leur langue pour échanger et passer des soirées longues et inoubliables en partageant sans modération rocksi (arak en Sherpa : alcool de millet distillé une fois), sucuti (viande de yak séchée recuite au feu de bois) et l’immuable dalbath.

Il est précieux de découvrir leur culture mélée de jovialité, de candeur et de franchise.  En espérant qu’elle reste longtemps accrochée  aux versants sublimes de leurs montagnes sacrées.

 

 

Préparation :

Le trajet et les étapes sont positionnés à l’aide de Google Earth (GE) et les points entrés dans le GPS Garmin.

5  Jours d’autonomie sont prévus (2.6kg de nourriture + tente).

Le poids total emporté s’élève à 18kg, inclus, l’eau, l’essence et le sac photo. Sacs à dos : Gregory Wander 70 ; Tente : Vaudé Power Lizard SUL 2 places ; Réchaud :  MSR XGK EX avec 400ml (100ml  suffiront) d’essence achetée à une station service de Kathmandu ; matelas: Thermarest Néoair XLIT

Sacs de couchage: Valandré Bloody Mary

Voyage accompagné de mes amis de Friends of Nature jusque Tashigaon puis solitaire jusqu’au belvédère d’East Pass.

 

Situation et parcours:

DSCF1373 situation


DSCF1373 trajet

Accés :

Turkish Airlines, « meilleure compagnie européenne »,  ne démentira pas sa récente réputation. Très bon voyage pour 584€, c’est l’accés le plus direct à KTM. Pourvu que ça dure… Les billets KTM Tumlingtar ont été achetés par internet, c’est une nouveauté appréciable. De Tumlingtar à Num, les jeeps partent lorsqu’elles sont pleines (14 passagers : 150Rs jusque Khandbari (une petite heure) puis 600Rs jusque Num (4-5 heures)

Une route est en construction pour continuer, dit-on jusque Tashigaon (pas trop vite !)

 

Budget :

Vols international : 584€ , vol KTM Tumlingtar : 184€, visa, droit d’entrée dans le parc, hébergements et repas KTM et trek : 420€, soit au total moins de 1200€

 

Agenda :

agenda

Altitude à l’étape :

Altitude à l'étape

altitude distance

dénivelé jour

Le trek au jour le jour

Mercredi 07-mai de Num à Seduwa

Dénivelé 49m     6km en 4 h30 ; altitude le soir 1572m

DSCF1406a Num Seduwa

 

Après 3 heures d’attente, nous préférons payer la dernière place qui restait désespérément vide pour pouvoir enfin partir. 4 heures de jeep enfin entre Khandbari et Num sur une piste chaotique ouverte il y a cinq ans. Nous avons de la chance cette fois-ci car la pluie ne tombe pas.
DSCF1406DSCF1406b

   

La marche ne commence que vers 13heures après l’incontournable dalbath à Num, sensé donner des forces pour le parcours. Il faut s’habituer au sac, bien lourd, qui me déséquilibre à chaque faux pas.

La descente de Num est vertigineuse. Elle évite une véritable falaise qui tombe dans le lit du Barun.

J’ai beaucoup de mal à suivre Sanjaya, habitué au chemin. Nous arrivons peu avant la tombée de la nuit à Seduwa. Nos amis nous y attendent et les retrouvailles se fêteront à la Tomba locale (bière de millet qui continue de fermenter avec les ajouts successifs d’eau chaude dans le mélange. Une tourista se dessine en perspective. C’est malheureusement une bonne idée d’éviter la tomba et le tchang sauf si l’eau servant aux breuvages a suffisamment bouilli ou a été traitée préalablement.

 

Jeudi 08- et  vendredi 09-mai. Interruption du trek. Séjour à la Ferme de Friends Of Nature entre Chyaksa Tashigaon


                   

C’est une occasion idéale pour entrer dans les maisons Sherpa et partager leur vie quotidienne. Mes amis traduisent mais pas besoin de mots pour apprécier le tchang préparé par la maîtresse de maison devant nous. Le principe est de ne pas laisser les verres se vider. Il faut qu’ils soient toujours pleins. Nous assistons aussi à la distillation de ce breuvage qui prendra le nom de Rocksi au Arack ou encore Local. La source froide se situe dans la marmite supérieure et doit être changée régulièrement pour permettre la condensation du distillat.

A l’inverse du tchang et de la tomba, cette boisson est tout à fait sûre pour le système digestif. A consommer cependant avec modération.

A la ferme de Friends of Nature, nous tuerons aussi le poulet qui améliorera considérablement  le dalbath. Sur ces terres, l’expérimentation de la culture du kiwi a débuté au printemps. Ce sera bientôt une source de vitamines pour toutes les populations de la vallée (environ 4000 personnes)

DSCF1410DSCF1446DSCF1447

samedi 10-mai  jusqu’à Tashigaon, 

DSCF1407 Seduwa Tashigaon

Dénivelé 628m en 8.45km à partir de Seduwa. altitude le soir :2200m

Nous continuons à marcher dans les rizières et je découvre mes premières sangsues. Elles s’accrochent aux semelles ou aux vêtements lorsqu’on les frôle. Elles s’infiltrent ensuite sous les vêtements pour boire le sang en toute tranquillité. Elles sont nombreuses entre Seduwa et Tashigaon mais je n’en verrai plus par la suite. Pour les éviter, il faut marcher au maximum sur les pierres et éviter les bords des chemins.

La campagne reste paisible et chaude. Le temps couvert ne permet pas de distinguer les montagnes environnantes.

A Tashigaon, nous fêtons mon départ en solo le lendemain avec force bières. Le manager du parc me met en garde sur les difficultés du parcours et me fait comprendre qu’il peut être sage de ne pas aller jusqu’au Camp de Base. J’en prends acte sagement mais je brûle d’impatience de me coltiner enfin aux vraies difficultés du parcours. Il sera moins sage que moi en s’enfilant 14 bières de 66cl dans la soirée.

DSCF1487

DSCF1470

Dimanche 11-mai : de Tashigaon à Kongma      

DSCF1495 Tashigaon Kongma

 

Dénivelé : 1429m en 6.45km, altitude à l’arrivée : 3629m

Lever à 5 :20, départ à 6 :20. Arrivée à 13 :45

La montée de Tashigaon à Kongma est pratiquement continue dans la forêt. Je profite de cette dernière journée en ambiance tropicale. Les oiseaux se répondent à l’infini. Les derniers rhododendrons illuminent d’éclats rouges le chemin. La montée est un obstacle. Il ne faut pas chercher à aller plus vite que de raison. L’air ne manque pas encore mais le chemin se dilue déjà en volées d’escaliers disjoints sur lesquels les pieds cherchent encore, maladroits, un appui souvent incertain. La montée est longue. Il faut être patient. C’est le prix à payer pour échapper, peut-être, à la brume qui entoure toute chose dés que le soleil commence à donner.

Il y a peu d’habitations sur le chemin, quelques fermes dont une permet le ravitaillement et même un déjeuner lorsqu’elle est ouverte WP342.

Un sherpa que je croise dégage une haleine fortement alcoolisée. J’apprendrai par la suite qu’ils y trouvent l’énergie pour porter leurs lourdes charges avec moindre peine.

Je retrouve Kongma sans l’écrin de neige que nous avions laissé, il y a un peu plus d’un an. Les murs presque verticaux que je franchis aujourd’hui étaient alors couverts de neige. Je suis plus à l’aise.

DSCF1497DSCF1509DSCF1511DSCF1518 

 

Lundi 12-mai      à Kongma, journée d’acclimatation

J’hésite à rester mais je veux être raisonnable. Le beau temps m’invite pourtant à partir. J’ai rencontré la veille mon premier trekkeur. Il redescend du Makalu et m’indique une belle antenne à partir de Shersong : une arrête à prendre en restant sur la gauche pour surplomber le camp de base à 5300m voire plus en direction du peak 3 . En s’installant là haut on peut découvrir simultanément le Makalu, l’Everest, le Lhotse et le Kanchenjunga par temps clair.  Je n’irais pas cette fois-ci si je peux aller vers l’East Pass qui reste mon projet.

La journée est longue à Kongma. J’en profite pour faire ma première lessive et une toilette un peu moins superficielle. Il faut reconnaître que ce n’est pas facile de rester un peu propre sur ce parcours. A partir de Tashigaon, il n’existe pas de point d’eau un peu isolé sauf les éventuels WC…

Je commande des chapatis pour le petit déjeuner. Mauvaise idée car la propriétaire comprend chiapati. Elle commence à me préparer du thé tibétain. Je ne confondrai plus « chiapati » thé tibétain et « tchapati ». D’ailleurs tout le monde sait faire des pancakes, ici, bien plus nourrissants…

DSCF1524

Mardi 13-mai    De Kongma à Dobaté

DSCF1525 Kongma Dobaté

 

dénivelé: 290m en 7.53km     altitude à l’arrivée :3900m

Lever à 5 :30, 4°C dans la chambre. Départ à 6 :40 Arrivée à 14 :00. WP405

S’il n’y avait que les quatre cols (Kongma, …, Shipton, Keke) pour arriver à Dobaté avec le Shipton la culminant à 4234m, l’épreuve serait  presque une formalité. Mais la neige est toujours au rendez-vous avec plus d’un mètre d’épaisseur à certains endroits. Elle se répand sur la plus grande partie du parcours. Le chemin reste souvent bien indiqué mais s’enfoncer jusqu’aux cuisses sans fin est épuisant.

Le temps se couvre rapidement et le brouillard remplit tout l’espace. Un court instant, irréel, les peaks 6 et 7 se découvrent . Je me rapproche de la haute montagne !

Je croise trois yacks seuls redescendant en direction de Kongma. Lorsqu’il faudra suivre leur chemin, chacune de leurs traces formant une colonne de vide dans la neige jusqu’au sol seront autant de  pièges ralentissant encore ma progression.

DSCF1534  DSCF1538

DSCF1540  DSCF1545

De vrais murs aux parois glacées doivent être franchis, parfois avec l’aide des mains pour atteindre le troisième col. Le chemin a disparu sous la neige et le trek s’apparente à de l’escalade. Je comprends mieux les paroles peu engageantes du directeur du parc à Tashigaon.

Le lac précédant la Keke la est partiellement recouvert de neige et de glace. Je dois le frôler de trop prés car j’y enfonce mon pied. La chaussure gauche se remplit d’eau. Je me dépêche de la défaire pour la vider mais le mal est fait.

La descente vers Dobate où m’attend le mari de la propriétaire du lodge de Kongma, Pemba Sherpa, est plus sereine : la neige a presque disparu et les rhododendrons rouges et jaunes alternent joyeusement.

J’y passerai une bonne soirée. Son anglais nous permet d’échanger sur sa vie et sur mon projet. J’ai du mal à comprendre qu’il puisse vivre aussi isolé et loin de sa famille. Visiblement, sa situation lui convient très bien. Beaucoup de familles sont ainsi séparées pendant les saisons de printemps et d’automne entre Tashigaon et la vallée de hauts alpages conduisant à MBC.

DSCF1556  DSCF1562DSCF1564

Je sèche mes chaussures et mon pantalon au plus prés du feu en buvant du thé sans compter.

 

Mercredi 14-mai de Dobaté à Yangle kharka

 DSCF1567 Dobaté Yangle Kharka           

dénivelé -256m en 9.6km   Altitude à l’arrivée 3644m

Lever à 6 :05 0°C dans la chambre ; départ à 7:20 arrivée 14 :15 sous la pluie.

Il fait beau au petit matin et les montagnes se découvrent un peu, pour peu de temps… Pendant le petit déjeuner copieux composé de pancakes et de thé, Pemba me prévient que des éboulements ont emporté une partie de la piste qui mène à Yangle Kharka, seul lieu ouvert avant MBC et donc arrêt obligé.  Il me prépare deux pancakes supplémentaires qui composeront mon repas de midi.

Je trouve une chute d’eau peu après Dobaté et je profite d’un rayon de soleil bienfaiteur pour faire une toilette complète.

Je change mon premier jeu de pile pour le GPS.

La descente vers la vallée du Barun se complique et je crois me trouver dans les éboulements décrits par Pemba car j’empreinte un canal parfois presque vertical qui doit être le lit d’un torrent quand il pleut.  Il n’en est rien et ce n’est qu’une promenade apéritive comparée au bon kilomètre de roches instables qui m’attend le long du Barun.

A partir de midi, la pluie commence à tomber., d’abord insignifiante puis prenant de l’ampleur. Après la forêt, les pâtures apparaissent et le chemin devient plus praticable. J’arrive à Yangle Kharka au bon moment car la pluie redouble d’intensité et je ne serais pas resté au sec bien longtemps dans ces conditions.

DSCF1570  DSCF1573DSCF1574

Yangle Kharka me paraît bien rustre pour un hameau à basse altitude. Je suis tellement loin des Annapurna !

Triste et long après midi à tenter de me réchauffer prés du feu où sera préparé mon dalbath du soir. Cette simple pensée me coupe l’appétit. Tout est sale et sympathique ici mais la pluie empêche toute vision sereine de l’avenir immédiat.

DSCF1578

 

Jeudi 15-mai     de Yangle Kharka à Shersong

DSCF1586 Yangle Kharka Shersong         

dénivelé : 1071m  en 12.91km   Altitude à l’arrivée :4715m

Lever 5 :08 3°C dans la chambre

Départ 6 :10 arrivée 14 :46

Départ après un petit déjeuner de pancakes et thé. Je m’abonne aux pancakes car c’est une spécialité de la région apparemment. J’en commande pour mon repas de midi pour économiser mes provisions. Et c’est tellement fameux après les sempiternels dalbaths…

Le prochain hébergement se situe à MBC et nécessite un dénivelé de 1200m. Tous les autres lodges sont fermés entre deux. Il y a un risque réel de mal des montagnes. On sait comment ça commence avec une bonne migraine et des nausées. On ne sait jamais comment ça finit. A ma descente, mes amis me diront qu’ils étaient très inquiet car ils avaient entendu, de source sûre, qu’un français était décédé à MBC pendant son sommeil. Ils pensaient que c’était moi…

Grâce à mon équipement, je prévois de m’arrêter à Shershong (aucun abris couvert). Je n’y ferai pas ma seconde journée d’acclimatation comme prévu car elle sera faite à MBC à deux heures  et 200m de dénivelé de là.

La vallée doit être superbe quand le temps est dégagé. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le soleil reste caché très souvent et d’épaisses couches de brouillard s’accrochent aux arbres de la vallée et des versants abrupts des montagnes. Dommage. Normalement, le temps devrait s’améliorer avec l’altitude.

DSCF1585  DSCF1581

DSCF1587  DSCF1588

DSCF1593

A Yak Kharka comme à Langmale, les bâtisses sont effectivement fermées au cadenas. Il est possible cependant possible de s’y réfugier dans un abris couvert attenant en cas de besoin.

Un gamin silencieux me suit pendant plusieurs dizaines de minutes. Je vais pourtant très lentement pour lui. Il sera rejoint par son père, porteur, et ses frères. Ils se rendent au camp de base avancé où, paraît-il, plus de 200 personnes préparent des expéditions pour vaincre le sommet du Makalu. Pauvre Makalu! J’imagine, dans ma longue marche solitaire, les genres d’embouteillages qui doivent y régner. Je n’ai jamais compris ce paradoxe : tant d’effort personnel pour se retrouver finalement en totale promiscuité dans des lieux aussi vides, minéraux et majestueux. A chacun sa tasse de thé !

DSCF1602   DSCF1606

DSCF1610

L’air commence à manquer et il me faut gérer les battements du cœur qui s’emballe maintenant au moindre effort. Les arrêts se font de plus en plus rapprochés. Peu importe car j’ai du temps.

J’arrive sous la neige à Shershong et je trouve un point d’eau à 150m du camp. Je monte pour la première fois et sans problème la tente. Le temps s’éclaircit dans l’après-midi, assez pour que les peaks  6 et 7 se découvrent dans un environnement d’autant plus surnaturel qu’inattendu. Ces énormes falaises, si proches, donnent le ton de ce que sera mon environnement dorénavant.

Ma première soirée autonome dans ces conditions me procure un bonheur compensateur des efforts passés et une forte motivation pour continuer vers le glacier du Barun…

J’ai quand même du faire passer une grosse migraine avec de l’ibuprofène et j’ai l’impression que mon cœur va s’arrêter tant il bat lentement. Ces presque 1100m de dénivelé à cette altitude sont trop importants. La nuit sera difficile  et longue  avec de nombreux réveils à cause de ma difficulté à respirer : je suis monté trop vite.

DSCF1613  DSCF1618

DSCF1623

 

Vendredi 16-mai             de Shershong au Camp de Base du Makalu       

DSCF1625 Shersong MBC

Dénivelé 126m en 3.57km

T intérieure 0°C ; T extérieure -7°C

Lever 5 :10

Départ 8 :07 arrivée 10 :00

altitude à l’arrivée 4841m WP412

C’est l’anniversaire de Sylvie qui me manque.Je lui souhaite un Bon Anniversaire par la pensée.

Je repère,  à  la sortie de Shershong, l’arrête qui conduit aux hauts pâturages au dessus de MBC, décrite par Philippe à Kongma. Si je n’arrive pas à progresser vers l’East Pass après MBC, je monterai pour y découvrir toute la chaîne de l’Everest au Kanchenjunga…

Je me prépare doucement car la route sera courte aujourd’hui.

Le temps se découvre un peu sur la route . C’est de bon augure. Pour la première fois le Makalu, majestueux et panaché d’une volute de nuages, se présente à moi. On ne se quittera plus pendant 5 jours.

DSCF1632  DSCF1634DSCF1636

Je profite du soleil bienfaiteur pour faire une toilette un peu moins sommaire que d’habitude et une lessive sous l’œil attentif de Pasang, la propriétaire de mon lodge. Je sèche aussi tente et duvet humides après la nuit à Shershong.

Je pars en reconnaissance du chemin longeant le Barun dans l’après midi. Il est exceptionnellement bien tracé dans les kilomètres que je parcours (point final WP413). Je franchis en pleine forme mes premiers 5000m au cours de cette exploration.

Le lodge est fort sommaire mais l’ambiance y est amicale.. Des porteurs viennent y passer la nuit et nous y partageons notre diner. Il y a fait déjà -1°C vers 16 heures et je m’inquiète un peu des températures à supporter plus haut, quand je serai seul.

DSCF1758DSCF1640

 

samedi 17-mai  de MBC à  Sandy camp  

DSCF1641 MBC Sandy Camp

dénivelé 359m  5.16km ; altitude à l’arrivée : 5200m

Levé 5 :08

Départ 6 :08 arrivée 12 :20

Je m’arrête à 7 :30 pour me protéger avec de la crème solaire : le soleil est de la partie et brûle dés qu’il donne à ces altitudes. Le temps restera totalement clair pendant mon séjour au dessus de MBC. Ce répit est une grande chance qui me permettra de bénéficier pleinement des spectacles extraordinaires et toujours renouvelés.

DSCF1644

DSCF1649pan1

 

DSCF1658

Il faut que je quitte le chemin qui mène au second camp de base car je dois me diriger vers la gauche pour rejoindre Sandy Camp. Ce camp hypothétique ne se situe sur aucune carte et a été repéré sur GE. Je quitte le chemin principal quand il oblique vers la droite et devient de plus en plus chaotique, sur le dos du glacier (WP416).

DSCF1652  DSCF1654

DSCF1656

Je progresse maintenant dans les rochers instables et je rejoins la ligne de rupture entre le glacier et le versant de la rive droite du glacier. Ce n’est pas la meilleure solution car c’est une zone d’éboulis où la progression est difficile et dangereuse. Je pense continuellement qu’une jambe cassée signifie la mort maintenant. Rien de bien réjouissant. Je reconnais enfin l’emplacement de Sandy Camp en surplomb d’une petite centaine de mètres. Je savais qu’y monter ne serait pas simple et j’avais prévu d’accéder à cette sorte de plate forme en formant des zig-zags sur la pente. Ce n’est pas aussi simple car les rochers, quelques soient leurs tailles se décrochent et glissent en entraînant d’autres avec eux. Rien ne tient. Je choisis de me hisser par le lit d’une cascade en pensant que les pierres formeront un ensemble plus cohérent  grâce à l’écoulement de l’eau. Rien n’y change. Au contraire, le simple fait de poser mon pied sur une pierre dévie parfois le courant vers moi.

Je ne suis pas fier lorsque j’arrive, trempé au faîte de la cascade. L’expérience n’est pas à renouveler !

Il y a autant d’éboulements ici qu’il y a d’avalanches dans la vallée encerclant le Dhaulagiri. Il faut s’habituer à ces nouveaux chants de la montagne.

DSCF1669  DSCF1671

Sandy Camp est une superbe terrasse de sable fin et blanc, un vrai paradis pour un bain de soleil dans un environnement de pics enneigés, au son cristallin du torrent qui s’écoule à côté et face à l’immuable Makalu. L’après midi s’écoule ainsi à jouir de la douceur apparente  du soleil et de la vue imprenable sur le Lhotse (8516m), le Lhotse Shar (8393m), l’Everest à 18 km (8848m), le Shar Tse (7591m), le Sha Tse 2 (7457m) 

DSCF1678partDSCF1673

 

 

Mon cœur bat maintenant trop vite sans effectuer aucun effort. Tout rentrera dans l’ordre dans la soirée et  la migraine n’est pas au rendez-vous.

Il fait 15°C dans la tente à 17heures. Ma hantise des basses températures à haute altitude n’était pas fondée.

DSCF1681

Dimanche 18-mai           De Sandy Camp au Camp du Col 


DSCF1677 Sandy Camp Camp du Col

Dénivelé 273m  pour     2.99km  Altitude à l’arrivée : 5473m

Lever à  4 :56

T=2°C intérieur -5°C extérieur

Départ 6 :55; arrivée à 14 :30

DSCF1685

Le temps de préparation est maintenant bien plus important qu’en lodge car il me faut démonter et ranger tout l’équipement et préparer le petit déjeuner (muesli + lait 100g et cappuccino avec palets bretons

Le temps est au beau fixe et j’emprunte la route prévue dans mon GPS en m’élevant tout en restant sur la plate forme qui longe le Glacier du Barun.  J’ai vu des dizaines de fois le profil de cette montagne que j’ai l’impression de connaître par cœur. Je retrouve des cairns parfois. Il doit réellement s’agir d’un chemin emprunté autrefois. L’état ancien des détritus du Sandy Camp (boîtes de conserve vides) me fait penser qu’il n’a pas été utilisé depuis plusieurs années.

La première partie se fait sans trop de difficulté. La descente vers le glacier et la moraine des glaciers conduisant vers l’East pass est beaucoup moins aisée car la pente est trop importante pour tenter une descente directe. Essayer de rejoindre le glacier en restant sur une ligne à peu prés horizontale n’est pas davantage possible car la paroi du versant devient de plus en plus verticale. Je tombe une fois, emporté par le poids du sac à dos. Arrivé sur la moraine, je continue à suivre mes points GPS mais le sol est toujours aussi instable.

Après une tentative infructueuse de progression vers le pied du glacier dévalant d’East Pass, Je décide de m’arrêter sur un emplacement sableux qui fut un campement, autrefois, et que je baptise Camp du Col, faute de mieux. L’emplacement est idéal pour planter la tente, toujours face au Makalu, mais de plus en plus haut par rapport à lui.

DSCF1697   DSCF1698

DSCF1701

Je sature des repas au saucisson et au couscous sans saveur. Il faudra varier les menus la prochaine fois.  Je rêve d’une soupe à la tomate…

C’est quand même le record de ma nuit terrestre la plus haute, à 5473m… Et tout va bien.

DSCF1703

DSCF1706   DSCF1708

 

DSCF1709

lundi     19-mai  du Camp du Col au Belvédère d’East pass

 

altitude finale 5850m

dénivelé 377m en 1.8km

Levé 5 :08

Départ vers 8 heures. Arrivée à 10 :00

T=-1°C intérieur

T= -10°C extérieur

Ce n’est qu’après avoir démonté et rangé mon barda que mon regard est attiré par la pente qui fait face à mon campement dans la direction d’East pass. Il me semble évident que de cette hauteur, j’aurai un bon point de vue me permettant de décider de la voie à suivre. J’ai un choix à faire : soit redescendre vers le MBC pour rejoindre les hauteurs au dessus de Shersong, antenne conseillée par Philippe à Kongma, soit pousser aujourd’hui vers East pass  si je trouve un passage à peu près sûr.

Une demi-heure doit suffire. Je ne prends même pas d’eau.

DSCF1711   DSCF1712

DSCF1714

Sans sac, la montée me paraît une douce escapade. Une crête en cache une autre qu’il faut grimper pour espérer avoir une vue enfin dégagée.  Il me faut 2 heures pour voir enfin apparaître le cirque de montagnes encadrant East pass. Le glacier est énorme, incontournable et immaculé. Le franchir seul et sans équipement approprié me paraît totalement irréaliste.  La cloche du retour vient de sonner. Je suis à 5855m. Un hélicoptère me sort brutalement de mes contemplations. C’est le premier contact depuis trois jours. Il se rendait au camp de base avancé du Makalu lorsqu’il m’a vu au milieu de nulle part. Il vient vers moi et je lui fait signe que tout va bien. Tout va très bien même car je goûte au succès de mon entreprise comme un gourmet aux différents petits plats aux saveurs exquises.

DSCF1726pan

Sherpani pass, au fond à gauche, paraît être un mur de glace infranchissable. East pass, au fond à droite, paraît plus praticable…après la longue remontée du glacier!

DSCF1730  DSCF1731

DSCF1734

Ce que je ne sais pas encore, c’est que je suis juste à mi distance entre mon camp et un sommet s’élevant  à 6072m, facilement accessible et à partir duquel le Baruntse est pleinement visible. Très dommage. Ce sera pour une prochaine fois…

Je replante ma tente sur le même emplacement… Ca manque un peu d’anticipation. On fera mieux aussi la prochaine fois.

Le temps se couvre un peu en fin d’après midi, suffisamment pour m’inquiéter un peu.

mardi    20-mai  Retour au Camp de Base du Makalu

dénivelé :-632m en 7.28km        Altitude à l’arrivée 4841m

lever 4 :48

T=-1°C intérieur -10°C extérieur.

Je m’enfile mon quatrième petit déjeuner extraordinaire. La route sera longue et difficile aujourd’hui pour rejoindre MBC.

Départ 7 :25. Arrivée 17 :45

Il y a deux difficultés importantes à surmonter car je ne veux pas essayer la voie basse par le point de rencontre du glacier latéral où je me trouve avec celui du Barun. A la réflexion, c’est pourtant peut-être la meilleure voie. Je remonte donc sur le plateau qui conduit à Sandy Camp sans retrouver exactement mon chemin de l’aller. Le GPS me rend un fier service. La marche sur le plateau est par contre beaucoup plus aisée. Je descends du plateau vers le glacier du Barun en préférant  glisser sur un glacis de gravillons et de sable. Tout part avec moi mais l’avantage est d’avoir une vitesse à peu prés égale à celle de tout ce qui dévale. Cela permet de prévoir et d’éviter les plus gros cailloux.

DSCF1742pan3

DSCF1745

Je préfère cette fois éviter les éboulis de l’aller en progressant sur une ligne incertaine sur le dos du glacier en direction  du chemin du camp avancé du Makalu. J’évite, autant que je peux, les creux et les bosses formés au cours des siècles par la lente avancée du glacier.

DSCF1750  DSCF1752

DSCF1751  DSCF1755

Mon jean ne s’en sortira pas entier, déchiré aux jambes et aux fesses. Les doigts de ma main gauche seront superficiellement coupés à force de frotter sur les rochers de granit.

J’arrive vraiment épuisé mais heureux de revoir des humains à MBC après plus de 10 heures de marche. Excellente soirée où je fête ma victoire à la vodka locale.

 

Mercredi 21-mai de MBC à Yangle kharka         

Dénivelé -1197m  en 16.43km

Altitude à l’arrivée : 3644m

Départ 7 :20 arrivée 15 :15.

A midi, la bruine s’est mise de la partie. Le retour aux basses altitudes est synonyme de temps couvert apparemment. Mais rien ne pourra plus entamer mon moral.

Mes étapes sont trop longues. L’idéal est bien de marcher 7 heures dans la journée. Mais les Sherpa font en une journée ce que je parcours en trois. Difficile dans ces conditions de trouver des lieux d’étapes coordonnés. Ils vont de MBC à Tashigaon en deux seules journées…

J’ai quand même vu un berger installé à Shershong sous un toit de bâches récemment installé. La ferme de Langmale était aussi ouverte et il aurait probablement été possible d’y prendre un repas ou au moins du thé.

Je croise mon seul groupe de porteurs de la journée. Vu leur état d’ébriété, je ne dois plus être loin de Yangle Kharka…

DSCF1759  DSCF1763

DSCF1765

Ce n’est pas non plus en la descendant que j’ai pu admirer cette magnifique vallée.  Je passe une excellente soirée avec mes nouveaux amis. Ici les mots ne sont pas nécessaires pour se sentir intégré dans la famille en partageant le repas ensemble. Quelques mots comme lasso (merci)  ou salti (ami) provoquent des rires francs et la convivialité est bien là.

 

Jeudi 22-mai de Yangle Kharka à Dobaté           

Dénivelé 256m en 9.9 km ; Alttude à l’arrivée : 3900m

Lever 5 :45 départ 7 :20 arrivée 15 :00

Le temps est, comme hier et à l’aller, couvert. La montée vers Dobaté est terrible bien que mon sac ait perdu plus de 2 kilos.

DSCF1773  DSCF1782

DSCF1787

La soirée avec Pemba et des porteurs sera une bonne récompense des efforts de la journée. J’y découvre le sucutti traditionnel, viande séchée  de yak,  attendrie à la flamme du feu de bois que je déguste et partage sans modération avec l’arak local. La vie sociale, dans son sens primitif et dont je raffole, est là. C’est un tissu ourdi jour après jour par la tradition.  Chacun y prend sa place au chaud après les efforts de la journée. J’y suis inclus pendant ces quelques instants précieux. On ne se pose pas de question, on jouit simplement de l’instant présent, ensemble.

DSCF1793   DSCF1795

 

Vendredi 23-mai de Dobaté à Kongma

Dénivelé -271m en 8.73km altitude à l’arrivée : 3629m

Lever 5 :35 départ 7 :12 après passage en revue de mon « exploit » en regardant les photos avec Pemba. Il m’avait bien dit, à l’aller, en analysant les dessins de cuisson sur mes pancakes que mon trek serait un succès. Son grand-père lui a appris à lire l’avenir de cette manière.

Arrivée 14 :45

C’est la journée des quatre cols. On m’a bien dit que la neige a fondu depuis mon premier passage. Il est vrai que le chemin est un peu plus visible. Il faudra quand même lutter pas après pas pour avancer dans la neige molle et épaisse sur plusieurs kilomètres, dans la bruine et le brouillard parfois.

Je recherche le crampon perdu à l’aller sans le retrouver.

DSCF1801  DSCF1804

DSCF1814

Je retrouve l’ambiance chaleureuse de Kongma où je passerai une nouvelle soirée exceptionnelle. Un convive me montre son précieux butin : il a dans sa poche trois yarsagumba, récoltés dans la région de Yangle Kharka. Il s’agit de chenilles infectées par un champignon qui finit par les tuer. Cet ensemble mi plante mi insecte est un médicament aux vertus nombreuses notamment l’augmentation des  capacités sexuelles, que les riches chinois s’arrachent à prix d’or, jusqu’à 5000€/kg.

DSCF1820

 

 samedi 24-mai  de Kongma à Tashigaon              

dénivelé -1429m en 5.7km         Altitude à l’arrivée : 2200m

lever 5 :15 départ à 7 :30 arrivée 13:30

Je pars rasé à l’eau chaude mais toujours aussi sale. J’attendrai de trouver une cascade pour prendre une douche bienfaitrice sur le chemin alors que la température a sensiblement remonté. Des porteurs surpris par le spectacle feront mine de ne pas trop me regarder en passant. Toute trace de pudeur a vécu quand il est question d’un bonheur aussi primitif que complet.

 

A Tashigaon, le guesthouse de l’aller est malheureusement fermé car sa propriétaire est partie en hélicoptère à Kathmandu. Je suis déçu et je me replis sur la guesthouse où nous avions séjourné en mars 2013.  l’ambiance est plus guindée et les échanges plus limités bien que cordiaux. Tans pis, je sirote seul mon Arak avec le dalbath.

DSCF1838  DSCF1836DSCF1844

Dimanche 25-mai    deTashigaon à  Seduwa              

Dénivelé : -628 en 8.7km altitude à l’arrivée : 1572m

Je ne trouve plus de sangsues sur le chemin. Je retrouve Dawa dans son école de Chyaksa danda où il a pris la place de Principal pendant mon abscence. C’est une excellente nouvelle que nous fêterons en famille le soir même en coupant le cou d’un de ses poulets à Seduwa.

DSCF1873  DSCF1875

DSCF1879  DSCF1882

 

lundi     26-mai  de Seduwa à Num

dénivelé :  -49m en 4.8km           Altitude à l’arrivée : 1523m

lever : 6 :55 ! départ 7 :45 arrivée : 12 :30

On ne dira jamais assez que ce précipice à franchir entre Seduwa et Num est un supplice car on croit déjà l’épreuve achevée qu’il faut finir par une montée abrupte de plus de 700m, dans la torpeur tropicale.

DSCF1904  DSCF1906

DSCF1920

J’arrive alors qu’une jeep s’en va pour Khandbari… Il me faudra attendre patiemment qu’une autre se remplisse, pendant trois longues heures. J’aurais préféré les passer en compagnie de mes amis à Khandbari. Nous avons tant de choses à nous dire…

 

DSCF1959pan4

DSCF1975  DSCF1968DSCF1986

 Annexe : points GPS

gps blog p1 gps blog p2

 

DSCF1678

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :