Tag Archive: langtang


The Valley of Langtang


NEPAL 2010 04 216

From 18 till 27 April 2010

1. Intro and preparation :

It’s 8 years after my last trek, in the valley of Khumbu, that we prepare this new one, in Langtang, third journey in Nepal, but the first one for Sylvie. With those of the Annapurna and Khumbu, objects of the first two treks, it is the most considered by Nepal, and thus one of the most run. The risks are big to be disappointed. Especially as mountains are not very high surroundings, with Langtang Lirung peaking at 7246m.The eruption of Eyjafjöll will begin to block the international flights the day of our arrival to Kathmandu, on April 15th. We thus had the double luck not to be stuck in France and to avoid the traffic jams of walkers on the main path. Nevertheless, Air India will reserve us a surprise: our bags stayed in Delhi and will arrive the next day to KTM. The phenomenon was frequent in 2010. It is to bet that with the new airport, these small inconveniences are now avoided. The experience will be made in March, 2013 … (made also in November, 2014, seems OK nowIt is our first experience of an autonomous ballad in mountain, with tent and food for some meals, and partly off the beaten track.Autonomous because we hope to get off the beaten track to go at the end of the valley and also to try the ascent of Yala Peak (5500m) requiring a base camp isolated between Kianjin gompa and the summit.The preparation is made with Google Earth. It will be difficult to detect the precise position of Yala Peak and impossible to find sure information for its access before being on site.Weight of bags 13 and 14.8kg with two days of autonomy.

2. Localisation

The valley of Langtang is situated at about fifty kilometers as a crow flies in the North of Kathmandu. From Siabrubesi, in a vegetation of tropical type at 1450m, it ends near the border with the Tibet in a glacier at approximately 4500m (place called Sarwa Kharka) after a progress of about fifty kilometers.

NEPAL 2010 04 000

3. Access

Because of its closeness of Kathmandu, the route can be made easily by foot via Laurebina ( Gosain Kund) or, a little less easily by Sandgrouse most easterly. We chose to reach it by the bus until Syabrubesi to win a little of this time which is always sorely lacking.

So cruel is the route by bus from Kathmandu to Syabrubesi. Departure at 6:30 am. 11 hours to travel for 110 small km.

Attention: the bus doesn’t leave from the station (in 2010 in any case) but  from a very confidential location a few hundred meters away from there (the best solution is to ask at the station)

 

18-avr

Lama

2500

19-avr

Langtang

3450

20-avr

Kianjin gompa

3870

21-avr

Kianjin gompa Kimshung glacier  28°14’9.30″N  85°34’47.50″E

4518

22-avr

Langshisha kharka

4100

23-avr

Kianjin gompa

24-avr

Kianjin gompa Tsergo ri  28°12’46.39″N  85°36’2.38″E

4960

25-avr

Kianjin gompa Langshisha kharka  28°12’44.86″N  85°40’7.20″E

4100

26-avr

Lama

27-avr

Syabrubesi

1450

4. Timetable & stages

The statements of the GPS were lost (first awkward use!). It remains that the use of a GPS is totally unnecessary as long as we stay on the main path and to Langshisha kharka. A comfortable base camp will be situated in Kianjin gompa from which will be made three explorations in the day (Kimshung glacier, Tsergo ri, Langshisha kharka)


5. Map of the main route

NEPAL 2010 04 102b

6. Logbook

April, 18th :

After a good night in the Tibet Guest House in the main street of Siabrubesi, rustic and nice, we leave for a big day of walking with a 1000m ascent. The very dense forest protects us from a strong sun. We are sometimes accompanied by very turbulent monkeys. It seems that these scamps are a little drugged at this time of year with the herbs they select. After Bamboo, the weather covers and we take our first rainy drops 1 km before Lama.

NEPAL 2010 04 106       NEPAL 2010 04 113

In Lama, we settle down in the first lodge. About ten walkers already arrived. The place is not lacking.

April 19th:

We go on the ascent with the always noisy torrent nearby. The forest clears up little by little and we realize that we cannot reach Kianjin gompa as expected. We cross then pastures on which the Tibetan families live. The headache settles down with the altitude. A stormy rain begins to fall long before the night. The lodge is spartan and the welcome always so nice. The prices rise with the altitude.

NEPAL 2010 04 133         NEPAL 2010 04 143

April 20th:

The sky is blue in the early hours and we are surrounded by the first snowy massifs. We start a little later that usually at 8:10am and we are disappointed to see the horizon blocked by clouds, to the East. But the sky gets free on the road and the severe beauty of the mineral world in which we enter amazes us. Kianjin gompa is nested at the foot of the Lirung’s glacier. Our overnight stop is also our base camp to visit the region. The numerous lodges give us a very wide choice. The prices of rooms and meals are fixed by a common rule.

NEPAL 2010 04 152 NEPAL 2010 04 163 NEPAL 2010 04 173

The cheese diary, installed in the village will provide us in invaluable local « Comté ».

April 21st:

NEPAL 2010 04 178     NEPAL 2010 04 179

Awaked a little late at 6:15, we discover the massifs and the glaciers under a totally pure sky. A breakfast of milk çay with Tibetan bread and omelet has to be a sufficient fuel for going to the foot of the Kimshun Glacier. The approximate route was established with the help of Google Earth and entered on the GPS. It’s our first real test as we leave beaten track!

 

NEPAL 2010 04 179b

NEPAL 2010 04 182       NEPAL 2010 04 189

It is often necessary to interpret our way between two points and the advance becomes harder and harder in moraines and bushy shrubs. We cross the bed of a dead glacier and a small torrent. We follow finally the moraine of the Kimshun glacier which we climb by following more or less clear paths made by yaks. We disturb them while they are grazing. We arrive at 4500m on the side of the glacier towards 11:30, a little out of breath! On the crest, we take a frugal lunch of some figs and cereal. We admire the  » falls of ice « . The glacier is silent. There are not the almost continuous crackles which we heard in the Karakoram where the descents are even more lively.

NEPAL 2010 04 198     NEPAL 2010 04 199 NEPAL 2010 04 193

The return is more direct, most of the time in balance on rocks or through bushes before joining a real path. At our return in Kianjin towards 14 30, we take a very hot shower. The heating of the water is solar. The snow begins to fall in the middle of afternoon. We wonder if we will be able to walk tomorrow towards Langshisha kharka. The preparation of bags is nevertheless made to travel light.

April 22nd:

Sylvie wakes me while the day didn’t get up yet. She caught a food poisoning by gulping down some bad bacterium. She decides to leave in spite of her fatigue but she gives up after the breakfast. I’ll leave alone for Langshisha for 2 days.

NEPAL 2010 04 201

  NEPAL 2010 04 206     NEPAL 2010 04 207

Outside, all is carpeted with few centimeters of snow. Departure at 7:30. Fortunately, the GPS points allow me to walk at dawn without seeing the way. I find myself on a small landing runway. There aren’t certainely often planes here! I step over rusty barbed wires. I know that the path is not far.

I exceed the point corresponding to a possible ascent towards Yala Peak. The slope seems rough but possible without an heavy backpack. The path towards Langshisha is finally found. It’s sloping very soft in the hollow of the valley. The weather is clear as usual in the morning. I lunch towards 1:30pm at the top of a pass opening on magnificent massifs eastward and the pastures of Langshisha.

NEPAL 2010 04 210        NEPAL 2010 04 216

I arrive to Langshisha at 2:30. I exceed the pastures but it’s not very serious to continue when the path is not clearly defined any more. I return on Langshisha to establish the camp. The place is of a great beauty. As usual, it’s unfortunately polluted of rest that groups let for several years. Taxes paid to enter the park do not serve to organize spring-cleanings, apparently!

There is not a soul around except some yaks grazing casually. I settle down among them without attracting the slightest interest. It’s not a bad things! I do not find any spring around. It will be necessary to go to the torrent to draw the turbid water which shines with thousand glitter of mica.

NEPAL 2010 04 223    NEPAL 2010 04 224NEPAL 2010 04 229

There are some ruined huts of shepherds near flags of prayers. They are a possible refuge in case of storm. One of them is covered.

I see  five horses crossing which seem abandoned. How make the owner to find them there? The place is apparently several kilometers away from the first house.

The wind blows hard from the West and it’s very difficult to start the fire. Maybe because of the altitude? Here, oxygen is 60 – 65 % of sea level.

Having more or less filtered the water of the torrent, I look for some wood to make a fire. It is not lacking. Fortunately, it does not snow this evening. When the sun sets, the temperature falls drastically.

After a meal of soup and pastas, I do not delay going to bed. The bag is not of sufficient quality for protecting me correctly from the cold. The sleep is interrupted with awakenings due to my too slow breath. I am certainly not correctly acclimatized  to the altitude nevertheless still limited.

April 23rd :

NEPAL 2010 04 233        NEPAL 2010 04 252

At about 4 am, a brutal rumbling suddenly wakes me. I go out of the tent covered inside with a thick ice sheet. It is an avalanche but I do not distinguish it in the night. At about 5 am I get up to light the fire to warm up. A match is enough this time for lighting it: the wind fell. Breakfast of pastas, cappuccino and cereal bars. I do not have food supply anymore …

I begin then the ascent of the small mountain giving onto pastures. I stop at 4700m at 8:30, the deadline that I set for myself. It allows me to discover the surronding glaciers and their retreats probably due to the Global Warming. They illustrate, in life-size, the studies on the speed of the retreats I had read concerning the region of Langtang. At 9:30, I am down again.

NEPAL 2010 04 266        NEPAL 2010 04 267NEPAL 2010 04 268

A yak grazes near the tent and I find that its arrogance is worth a photo. It takes very badly my intrusion in its territory and decides to charge at me without notice. It is in the viewfinder that I see it too close! I jump on the side. This reflex makes me press on the shutter button. It was a close call! A horn in the stomach in this place is equivalent to a certain death after a long agony. Retrospective shivers …

I fold the tent, dried by the sun, and take the way back at 10. On the way, I regret that Sylvie did not come because this place is magic, incomparable in all that we saw before. The place is at the same time limited, domesticated by pastures, at the same time savage by its isolation and gigantic by the closeness of peaks and glaciers who surround it.

I reach Kianjin at 14. Visit of the monastery and the cheese fabric with Sylvie who was waiting patiently for me. She tells me that a French, arrived  the day before, decided to cross alone the Ganga la. I am amazed because the pass is apparently covered with snow. We’ll never know if he succeeded …

April 24st

NEPAL 2010 04 303b

Today, this is Tsergo ri ! 5000m, 1200m of ascent.

This is also the first stage to estimate the possibility of going to Yala Peak (5500m) because there is not more than a large plateau to be crossed to join its base. In fact, after the frosty night in Langshisha kharka, I see the feasibility of the expedition from a different perspective. It would be necessary to sleep at  5100m, almost 1000m higher, meaning approximately with 7°c less …

NEPAL 2010 04 305       NEPAL 2010 04 308NEPAL 2010 04 315

We leave towards 7:20am. I have lost the waypoints prepared with Google Earth by trying to save memory! I haven’t more than the point of the summit. We don’t find the entry of the path by going out of Kianjin. We decide to attack the ascent, going directly in the direction of the summit which we don’t see. It is a little bit precarious. The slope seems correct at the moment but we do not know which type of ground we’ll meet. We hope to find the path by gaining altitude. We’ll find it only at arrival, having crossed some passages of unstable rocky plates.

NEPAL 2010 04 317        NEPAL 2010 04 320NEPAL 2010 04 349

Arrived at 12:45 after a windy lunch. It is cold top there. Clouds have already begun to accumulate on the crests.

The Yala Peak defies us. We see it now very well. Its access seems incredibly easy. The possibilities of camps are multiple on the plateau. Furthermore, when I saw on the satellite photo, numerous points of water … It will be for a next time with adapted sleeping bags!

pano1

We find easily the way to come back on the crest of a neighbouring hill (fine red line on the 1st photo). We are afterward stunned by looking at our path of ascent ( blue line): it attacks directly the mountain. We opened a new way 😉
We have dinner in the evening with a couple of Czech volunteers  established to KTM.
Having given up the ascent of Yala peak, we decide to return to Langshisha Kharka to make me forgive for having been alone there. This time, it will be for the day.

April 25th:

NEPAL 2010 04 373      NEPAL 2010 04 381      NEPAL 2010 04 393

We leave at 6:30 to avoid to be short in time, because the round trip will be made on the day. We arrive at 10:45. The weather already gets covered but the panorama remains extraordinary. We feel tired of the previous excursions and of today and  exhausted, ice-cold but delighted,we return to Kianjin towards 15:30.

April 26st:

NEPAL 2010 04 429   NEPAL 2010 04 464         NEPAL 2010 04 473

We begin the big descent at 7:30 after warm goodbyes to our hosts. We’ll never forget the kindness of their welcome.

The Tsergo ri’s silhouette we know well now, accompanies us a big part of the morning. We eat our first Tibetan yoghurt. Extraordinary!

We stop at Lama Guest House this time, first building on arrival in the descent, a large hotel where we are the only customers; we spend the evening with the owner, very nice.

April 27th :

NEPAL 2010 04 495      NEPAL 2010 04 460

We thought having made more than half the way yesterday but the descent  seems to never finish towards Syabrubesi. Left at 8:30, we give up the lunch having wait ¾h unsuccessfully. We buy our bus ticket to be sure to have 2 seats the next day. We notice that the Yeti Guest House in KTM charged us our one-way ticket the double!

An  office with a Chinese sign is settled in the main street. Big public works machines are parked. The road towards the Chinese border is being prepared.

april 28th:

NEPAL 2010 04 508      NEPAL 2010 04 510

The bus takes us in 7:00 am, as expected. 10 hours of road this time to join KTM. But we shall have time to rest there!

7 Conclusion :

We didn’t make all what was planned. It has been necessary to postpone our ballad in Yala peak for example. We had the opportunity to meet inhabitants of the valley in optimal conditions. The landscapes are magnificent and have not to envy treks at higher altitudes. The fact of having managed to get off the beaten track gives us the desire to go farther towards the freedom and longer conquests by looking for the improvement of our autonomy.

 

8 Annex

Poverty of money vs poverty of time – (21/4)

We often say with compassion that the Nepalese are poor. Many western organizations are delighted to organize development projects in Nepal, as this cheese diary in Kianjin by a Swiss association. A million thanks to them for their work when these projects lead to long-lasting and independent exploitations, what is the case here.

; pour lire la suite, cliquez ici

Vallée de Langtang



NEPAL 2010 04 216

Du 18 au 27 avril 2010

1. Intro & préparation :

C’est 8 ans après le dernier trek dans la vallée du Khumbu que nous préparons celui du Langtang, troisième voyage au Népal, mais le premier pour Sylvie.

Avec ceux des annapurna et du Khumbu, objets des deux premiers voyages, c’est le plus réputé du Népal, un des plus couru donc. Les risques sont grands d’être déçus. D’autant plus que les montagnes ne sont pas très hautes alentours, avec le Langtang Lirung culminant à 7246m.

L’éruption de l’ Eyjafjöll commencera de bloquer les vols internationaux le jour même de notre arrivée à Kathmandu, le 15 avril. Nous avons donc eu la double chance de ne pas être coincés en France et d’éviter les embouteillages de marcheurs sur le sentier principal.

Air India nous réservera quand même une surprise : les sacs sont restés à Delhi et n’arriveront  que le lendemain à KTM. Le phénomène était fréquent en 2010. Il est à parier qu’avec le nouvel aéroport, ces petits désagréments sont maintenant évités. L’expérience sera faite en mars 2013…

C’est avant tout une première expérience de la ballade en montagne à deux car nous partirons autonomes, avec tente et nourriture pour quelques repas hors des sentiers battus.

Car nous comptons bien sortir des sentiers battus pour aller d’une part tout au bout de la vallée et aussi de tenter l’ascension du Yala Peak (5500m) nécessitant un camp de base isolé entre Kianjin gompa et le sommet.

La préparation s’effectue sur Google Earth. Il sera très difficile de détecter a priori la position précise du Yala Peak et impossible de trouver des informations sûres pour son accès avant d’être sur place.

Poids des sacs au départ :13 et 14.8kg  avec deux jours d’autonomie.

2. Localisation

La vallée du Langtang se situe à une cinquantaine de kilomètres d’oiseau au nord de Kathmandu. A partir de Siabrubesi, dans une végétation de type tropical à 1450m, elle se termine à proximité de  la frontière avec le Tibet sur son glacier à environ 4500m (lieu dit Sarwa Kharka) après un cheminement d’une cinquantaine de kilomètres.

NEPAL 2010 04 000

3. Accès

Du fait de sa proximité de Kathmandu, le trajet peut aisément se faire à pied en passant par la Laurebina la (Gosain Kund)  ou, un peu moins aisément par la Ganga la plus à l’est. Nous avons choisi d’y accéder par le bus jusqu’à Syabrubesi pour gagner un peu de ce temps qui manque toujours cruellement.

Tout aussi cruel est le trajet en bus de Kathmandu à Syabrubesi. Départ à 6:30. 11 heures pour parcourir 110 petits km.

Attention : le bus ne part pas (en 2010 en tous cas) de la gare mais d’un emplacement très confidentiel à quelques centaines de mètres de là (la meilleure solution est de demander à la gare)

 

18-avr

Lama

2500

19-avr

Langtang

3450

20-avr

Kianjin gompa

3870

21-avr

Kianjin gompa Kimshung glacier  28°14’9.30″N  85°34’47.50″E

4518

22-avr

Langshisha kharka

4100

23-avr

Kianjin gompa

24-avr

Kianjin gompa Tsergo ri  28°12’46.39″N  85°36’2.38″E

4960

25-avr

Kianjin gompa Langshisha kharka  28°12’44.86″N  85°40’7.20″E

4100

26-avr

Lama

27-avr

Syabrubesi

1450

4. agenda & relevés d’étapes

Les relevés du GPS ont été perdus (première utilisation maladroite !). Il reste que l’usage d’un GPS est totalement superflu tant que l’on reste sur le chemin principal et jusque Langshisha kharka. Le vrai et confortable camp de base se situera à Kianjin gompa à partir duquel seront effectuées trois explorations en journée (Kimshung, Tsergo ri, Langshisha)


5. Carte du parcours principal
 

NEPAL 2010 04 102b

6. Journal de bord

18 avril :

Après une bonne nuit au Tibet Guest House dans la rue principale de Siabrubesi, rustique et sympa, nous partons pour une grosse journée de marche avec un dénivelé de 1000m. La forêt très dense nous protège d’un soleil assez dur. Nous sommes parfois accompagnés par des singes très turbulents. Il paraît que ces coquins sont un peu drogués en cette saison avec les herbes qu’ils sélectionnent. Après Bambou, le temps se couvre et nous prenons nos premières gouttes de pluie 1 km avant Lama.

NEPAL 2010 04 106       NEPAL 2010 04 113

A Lama nous nous installons dans le premier lodge. Une dizaine de marcheurs sont déjà arrivés. La place ne manque pas.

19 avril :

Nous reprenons la montée avec le torrent toujours bruyant à proximité. La forêt s’éclaircit peu à peu et nous réalisons que nous ne pourrons pas atteindre Kianjin gompa comme prévu. Nous traversons ensuite des pâturages sur lesquels des familles de tibétains se sont installées. La migraine s’installe avec l’altitude. Une pluie orageuse commence à tomber bien avant la nuit. Le lodge est spartiate et l’accueil toujours aussi sympa. Les prix montent avec l’altitude.

NEPAL 2010 04 133         NEPAL 2010 04 143

20 avril :

Le ciel est bleu au petit matin et nous sommes entourés des premiers massifs enneigés. Nous partons un peu plus tard que d’habitude à 8 :10 et nous sommes déçus de voir l’horizon à l’est obstrué par les nuages. Mais le ciel se dégage sur la route et la beauté sévère du monde minéral dans lequel nous entrons nous émerveille. Kianjin gompa est niché au pied du glacier du Lirung. Notre halte de ce soir est aussi notre camp de base pour visiter la région. Les nombreux lodges nous donnent l’embarras du choix. Les prix des chambres et des repas sont fixes comme c’est la règle.

NEPAL 2010 04 152 NEPAL 2010 04 163 NEPAL 2010 04 173

La fromagerie installée dans le village nous pourvoira en précieux comté local.

21 avril :

NEPAL 2010 04 178     NEPAL 2010 04 179

Levé encore un peu tard à 6 :15, nous découvrons les massifs et glaciers sous un ciel totalement pur. Un petit déjeuner de milkçay pain tibétain et omelette doit nous tenir assez au corps pour nous rendre au pied du Kimshun Glacier. L’itinéraire approximatif a été établi à partir de Google Earth et entré sur le GPS. C’est le premier vrai test de son usage car nous quittons les sentiers battus !

NEPAL 2010 04 179b

NEPAL 2010 04 182       NEPAL 2010 04 189

Il nous faut souvent interpréter le chemin entre deux points et l’avance devient de plus en plus difficile dans les moraines et les arbustes broussailleux. Nous traversons le lit d’un glacier mort et un petit torrent. Nous longeons enfin la moraine du glacier Kimshun que nous gravissons en suivant des chemins de yaks plus ou moins prononcés. Nous les dérangeons alors qu’ils sont en train de brouter. Nous arrivons à 4500m sur le côté du glacier vers 11 :30, un peu essoufflés ! Sur la crête, le déjeuner frugal de quelques figues et barres de céréales est bien mérité. Nous admirons les « chutes de glace » en mangeant .Le glacier est silencieux. Il n’y a pas ces craquement quasi continus que l’on entend dans la Karakoram où les descentes sont encore plus vives.

NEPAL 2010 04 198     NEPAL 2010 04 199 NEPAL 2010 04 193

Le retour est plus direct, la plupart du temps en équilibre sur les rochers ou à travers les broussailles avant de rejoindre un chemin digne de ce nom. De retour à Kianjin vers 14 :30, nous prenons une douche bien chaude. Le chauffage de l’eau est solaire. La neige commence à tomber en milieu d’après midi, remettant en cause la sortie du lendemain vers Langshisha kharka. La préparation des sacs est malgré tout faite pour voyager léger demain.

22 avril :

Sylvie me réveille alors que le jour ne s’est pas encore levé. Elle a attrapé la tourista en ingurgitant quelque mauvaise bactérie. Elle décide de partir malgré sa fatigue et son mal mais elle renonce après le petit déjeuner au coin du feu de la cuisine. Je partirai seul pour Langshisha pour 2 jours.

NEPAL 2010 04 201

  NEPAL 2010 04 206     NEPAL 2010 04 207

Dehors tout est tapissé de neige. Peu de centimètres. Départ à 7:30. Heureusement les points GPS me permettent de m’orienter dans le jour naissant sans voir de chemin. Je me retrouve sur une petite piste d’atterrissage. Il n’y a pas souvent d’avions par ici ! j’emjambe des fils de fer barbelés rouillés. Je sais que le chemin n’est pas loin.

Je dépasse le point correspondant à une montée possible vers le Yala Peak (photo ci-dessus). La pente semble rude mais possible sans sac à dos trop lourd. Le chemin vers Langshisha est trouvé. Il est en pente très douce dans le creux de la vallée. Il fait beau comme d’habitude le matin. Je déjeune vers 13 :30 au sommet d’un col ouvrant sur des massifs splendides vers l’est et les pâturages de Langshisha.

NEPAL 2010 04 210        NEPAL 2010 04 216

J’arrive à Langshisha à 14 :30. Je dépasse les pâturages mais ce n’est pas très sérieux de continuer seul alors que le chemin n’est plus clairement défini. Je reviens sur Langshisha pour établir le campement. Le lieu est d’une grande beauté. Comme d’habitude, il est malheureusement pollué des reste de groupes passés depuis plusieurs années. Les taxes payées pour entrer dans le parc ne servent pas à organiser des nettoyages de printemps, visiblement.

Il n’y a pas âme qui vive sauf quelques yaks broutant nonchalamment. Je m’installe parmi eux sans attirer le moindre intérêt. Ce n’est pas plus mal. Je ne trouve pas de source dans les environs. Il me faudra aller puiser l’eau grisée par le mica dans le torrent.

NEPAL 2010 04 223    NEPAL 2010 04 224NEPAL 2010 04 229

Il y a quelques huttes de bergers délabrées à proximité des drapeaux de prières. C’est un refuge possible en cas de tempête. L’une d’entre elles est couverte.

Je vois passer cinq chevaux qui semblent abandonnés. Comment font les propriétaires pour s’y retrouver ? Le lieu est visiblement à plusieurs kilomètres de la première habitation.

Le vent souffle fort d’ouest et le feu est très difficile à démarrer. Peut-être à cause de l’altitude ? Ici on doit avoir 60 – 65% de l’oxygène du niveau de la mer.

Après avoir plus ou moins filtré l’eau du torrent, je cherche du bois pour faire un feu. Il ne manque pas. Heureusement il ne neige pas ce soir. Dés que le soleil se couche, la température tombe drastiquement.

Après un repas de soupe et de pâtes, je ne tarde pas à me coucher. Le sac n’est pas de qualité suffisante pour bien me protéger du froid. Le sommeil est entrecoupé de réveils dus à ma respiration trop lente. Je ne suis sûrement pas encore bien acclimaté à l’altitude pourtant encore limitée.

Le 23 avril :

NEPAL 2010 04 233        NEPAL 2010 04 252

Vers 4 heures, un grondement soutenu me réveille cette fois en sursaut. Je sors de la tente tapissée à l’intérieur d’une bonne couche de glace. C’est une avalanche mais je ne la distingue pas dans la nuit. Vers 5 heures je me relève pour faire du feu afin de me réchauffer. Une allumette suffit cette fois pour l’allumer : le vent est tombé. Petit déjeuner de pâtes, capuccino et barres de céréales. Je n’ai déjà plus de provisions…

J’entreprends ensuite l’ascension de la petite montagne donnant sur les pâturages. Je m’arrête à 4700m à 8 :30, heure limite que je me suis donnée. Cela me permet de découvrir les glaciers alentour et leurs retraits dus au probable réchauffement climatique. Ils illustrent en grandeur nature les études sur la vitesse du retrait que j’avais lues concernant la région du Langtang. A 9 :30, je suis redescendu.

NEPAL 2010 04 266        NEPAL 2010 04 267NEPAL 2010 04 268

Un yak broute à proximité de la tente et je trouve que son insolence vaut une photo. Il prend très mal mon intrusion est décide de me charger sans que je m’en aperçoive. C’est dans le viseur que je m’en aperçois. Je saute sur le côté. Ce réflexe me fait appuyer sur le déclencheur.  Je l’ai échappé belle. Une corne dans le ventre à cet endroit doit équivaloir à une mort certaine après une longue agonie. Frissons rétrospectifs…

Je démonte la tente séchée par le soleil et prends le chemin du retour à 10 :00. Sur le chemin du retour, je regrette que Sylvie ne soit pas venue car ce lieu est magique, incomparable à tout ce que nous avons vu jusque là, en même temps limité, domestiqué par les pâturages, en même temps sauvage par son isolement et gigantesque  par la proximité des pics et des glaciers qui l’entourent.

J’atteins Kianjin à 14 :00. Visite du monastère et de la fromagerie avec Sylvie qui m’attendait sagement. Elle me raconte qu’un trekkeur français arrivé la veille a décidé de franchir seul la Ganga la. Je suis étonné car elle est visiblement enneigée. Nous ne saurons jamais s’il l’a bien franchie…

Le 24 avril :

NEPAL 2010 04 303b

Aujourd’hui, c’est Tsergo ri ! 5000m, 1200m de dénivelé.

Première étape pour estimer la possibilité d’aller jusqu’au Yala Peak (5500m) puisqu’il n’y a plus qu’un plateau à traverser pour rejoindre ses contreforts. En fait, après la nuit glaciale à Langshisha kharka, je vois la faisabilité de l’expédition sous un autre œil. Il faudrait dormir 1000m plus haut vers 5100m, soit approximativement avec 7°c de moins encore…

NEPAL 2010 04 305       NEPAL 2010 04 308NEPAL 2010 04 315

Nous partons vers 7 :20. J’ai perdu le tracé préparé avec l’aide de Google Earth en essayant de gagner de la place mémoire!  Il ne me reste plus que le point du sommet. Nous ne trouvons pas l’amorce du chemin en sortant de Kianjin. Nous décidons d’attaquer la montée en visant la direction du sommet que nous ne voyons pas. C’est un peu périlleux. La pente semble correcte pour l’instant mais nous ne savons pas quel type de terrain nous rencontrerons. Nous espérons trouver le chemin en prenant de l’altitude. Nous ne le trouverons qu’à l’arrivée, après avoir franchi quelques passages de plaques rocheuses instables.

NEPAL 2010 04 317        NEPAL 2010 04 320NEPAL 2010 04 349

Arrivée à 12 :45 après un déjeuner venteux. Il fait froid là haut. Symboliquement c’est 5000m pour les 50 ans de Sylvie puisque c’est son premier 5000. Les nuages ont déjà bien commencé à s’amonceler sur les crêtes.

Le Yala Peak nous nargue. Nous le voyons très bien maintenant et son accès semble d’une facilité déconcertante. Les possibilités de campements sont multiples sur le plateau. De plus, j’ai vu sur la photo satellite de nombreuses retenues d’eau… Ce sera pour une prochaine fois avec des sacs de couchage adaptés !

pano1

Nous trouvons facilement le chemin d’accés au Tsergo ri sur la crête d’une colline avoisinante chemin rouge fin sur 1ère photo). Nous sommes rétrospectivement stupéfaits en regardant notre chemin d’ascension (chemin bleu) : il attaque directement la montagne. Nous avons ouvert une nouvelle voie  😉

Nous dinons le soir avec un couple de tchèques volontaires établis à KTM.

Ayant renoncé à l’ascension du Yala peak, nous décidons de retourner à Langshisha Kharka pour me faire pardonner d’y avoir été seul. Cette fois, ce sera pour la journée.

Le 25 avril :

NEPAL 2010 04 373      NEPAL 2010 04 381      NEPAL 2010 04 393

nous partons à 6 :30 pour ne pas se faire prendre par le temps car l’aller retour se fera sur la journée cette fois. Nous arrivons à 10 :45. Le temps se couvre déjà mais le panorama reste extraordinaire. La fatigue des excursions précédentes et du jour se fait sentir et nous rentrons épuisés, gelés mais ravis à Kianjin vers 15 :30.

Le 26 avril :

NEPAL 2010 04 429   NEPAL 2010 04 464         NEPAL 2010 04 473

Nous entamons la grande descente à 7 :30 après des adieux affectueux à nos hôtes. Nous n’oublierons jamais la gentillesse de leur accueil.

La silhouette du Tsergo ri que nous connaissons bien maintenant nous accompagne une grosse partie de la matinée. Nous mangeons notre premier yaourt tibétain. Extraordinaire !

Nous nous retrouvons à Lama Guest House cette fois-ci, premier bâtiment à l’arrivée dans la descente, un grand hôtel où nous sommes les seuls clients ; nous passons la soirée avec le propriétaire, fort sympathique.

27 avril :

NEPAL 2010 04 495      NEPAL 2010 04 460

Nous pensions avoir fait plus de la moitié du chemin hier mais la descente nous semble ne jamais finir vers Syabrubesi. Partis à 8 :30, nous renonçons au repas du midi après avoir attendu ¾ d’heure que l’on nous serve en vain. Nous achetons notre billet de bus pour être sûr d’avoir de la place le lendemain. Nous nous apercevons que le Yeti Guest House à KTM nous a fait payer notre billet aller deux fois plus cher !

Un bureau a été installé dans la rue principale à une enseigne chinoise. Des gros engins de travaux publics sont garés. La route vers la frontière chinoise est en cours de préparation.

28 avril :

NEPAL 2010 04 508      NEPAL 2010 04 510

Le bus nous prend à 7 :00 comme prévu. 10 heures de route cette fois-ci pour rejoindre KTM. Mais nous aurons du temps pour nous y reposer !

7 Conclusion :

Nous n’avons pas fait tout ce qui était prévu. Il faudra remettre à plus tard notre ballade au Yala peak par exemple. Nous avons eu la chance d’aller à la rencontre des habitants de la vallée dans des conditions optimales. Les paysages sont magnifiques et n’ont rien à envier aux treks plus en altitude. Le fait d’avoir réussi à sortir des sentiers battus nous donne l’envie d’aller plus loin vers la liberté de plus longues conquêtes en recherchant l’amélioration de notre autonomie.

 

8 Annexe

Pauvreté d’argent vs pauvreté de temps – (21/4)

On dit souvent avec commisération satisfaite que les népalais sont pauvres. Beaucoup d’organisations occidentales sont ravies de lancer des projets de développement au Népal, comme cette fromagerie de Kianjin par une association suisse. Qu’elles soient louées pour le travail effectué lorsqu’il conduit à des exploitations pérennes et indépendantes, ce qui est bien le cas ici.

; pour lire la suite, cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :