Tag Archive: Ladakh


Markha Valley


From 27 june to 8 july 2011

DSCF6325comp

This family trip on the high plateau of Ladakh is a way to discover two paradoxical aspects of India: the new middle class bottling in passes above Manali to access the ski resorts and the families living away from all common consumer goods, in a world still preserved from asphalt and mechanical noise. At three, often united in effort, it is a challenge: go through two passes of 5000 and 5200 m with the food and the roof on the back … Thus freed, we will plunge into sometimes minerals, sometimes heavenly universes and always in the pure and stunning beauty.

Location :


carte situationcarte détail

A few kilometers south of Leh, Jammu and Kashmir.

Some objectives:

performing a first partial autonomy trek requiring food and sleeping, being in the original atmosphere of a mountain valley. Testing organisms at high altitude and if possible beat the record (5545m;-). See the possibility of an ascent of Mount Hemis (5650m) from records of levels on Google Earth.

preparations:

For hardware: bags loaded 14, 12 and 8kg. Old Jamet tent  for Alexia and Sylvie, a tent canvas helding with two walking sticks for me. Sleeping Bags deemed to held at -19 ° C … Dried fruits, cappuccinos, sausages, soups, noodles and paté for 4 days of autonomy.

The route  is saved without too much difficulty from Google Earth to the Garmin GPS. Exchanges on Lonely Planet Forum to find out the stops with and without refueling. The journey before and after the Kongmaru la at Nimaling seems to be a problem. In fact, it will not happen. Nimaling offers lodging and covered, at least this season.

Some practical points:

2011 data and values

To reach Leh, passing through Delhi is practically inevitable. Flying is the most simple and fastest way. This solution provides the possibility to access well before the opening of the passes, a bit random,on around June 20. The bus or better, a mixed train + bus allows full contact with the population, acclimatization and through spectacular scenery. The road passes over 5000m and is the second highest road in the world. This is a challenge for many. A big headache can be at the menu.

It is possible to trek solo without special equipment, in 7-8 days. A permit is not required. Admission to the park has to be paid at the entrance for an estimated number of days: 20Rs/j. person.

Using a GPS is a luxury because the path is well marked, even on the passes. There may be some hesitation at the junction of one or two valleys but just follow the main course of the stream and the largest trail.

Particular attention has to be made to the water for the passage of the Kongmaru la. It takes 2 hours walk downhill to find the first point of water (see agenda Camp Col)

Three possibilities:

1 – Fully supported with horses, porters, tents, guide, food. The choice can be made in Leh. There is there a strength competition. Count 55 € / j.personne for two 50 € / j.person for three for example (values ​​2011)

2 – Independent in homestays with stops along the way. Be sure to check their openings at strategic points (especially Nimaling) out of tourist season. The tourist office in Leh is very competent. If the Nimaling camp is closed , this is a big step between  Hankar and Chogdo and a very big step to Sumdo. In homestays, the welcome is warm most of the time. Costs are normalized: 400Rs/personne for dinner, a bed, a decent breakfast and a picnic lunch honest. Attention, it may be difficult having lunch in the villages without the picnic. Hygiene is limited: the only running water is outside is often the torrent!

3 – Independent with tent and food for plain freedoom and for stopping from time to time in great places while enjoying homestays for socializing. (quite a few people speak  English). Count 100RS for one tent.

Warning: few people, trekkers and villagers, is on the roads.

agenda, records steps and route map

Altitudes are those of Google Earth.

arrived at km j km cum alt
27-juin Jingchang  34° 6’5.85″N  77°24’39.22″E 14,62 14,62 3378
28-juin Yurutse  34° 2’37.19″N  77°24’24.39″E 9,05 23,67 4091
29-juin cb Ganda la  34° 2’45.99″N  77°22’35.42″E 3,03 26,7 4530
30-juin Shingo  34° 1’29.79″N  77°17’55.74″E 8,30 35 4055
01-juil Skiu  33°58’45.16″N  77°15’45.26″E 7,10 42,1 3346
02-juil Sara  33°55’40.35″N  77°21’16.15″E 11,64 53,74 3571
03-juil Markha  33°53’7.80″N  77°25’25.16″E 9,05 62,79 3767
04-juil Hankar  33°50’19.48″N  77°30’2.81″E 10,00 72,79 3976
05-juil camp du lac  33°48’24.23″N  77°33’33.95″E 7,87 80,66 4662
06-juil camp du col  33°48’26.10″N  77°37’45.63″E 9,95 90,61 4864
07-juil Sumdo  33°51’14.77″N  77°42’29.32″E 10,51 101,12 3672

 carte parcours

Logbook

On 27 Jun Spitok – Jingchang 3378m

DSCF6227comp

The road to reach the entrance in Spitok village bypasses the airport. We took a taxi which dropped us at the bridge. At this point we payed taxes for entering to the park. We declare a 7 days stay. The cab offers to take us to Jingchang because a good track is now open until this hamlet. His rates are prohibitive and no comparison with those applied in the region. We prefer to start on our own rather than getting ripped: we have time and we remain in line with our project.

DSCF6228comp DSCF6233comp

The beginning is difficult because the track is dusty and totally exposed to the sun. We are doubled by a dynamic team before to engage in the first valley.

The rest of the day is also tiring because we have to get used to the new rhythm. The altitude is already higher than most treks to their beginnings. We had time to acclimate to Leh and we do not suffer, at least in appearance.

While I’m sitting, waiting for the two girls a little behind, an old lady come up to me and I understand that we can accompany her on the other side of the river to Jinchang. We must recognize that we would not have found our Jingchang halt without her. It’s a beautiful Ladakhi building  to regain strength. Dinner is hearty, the sleeping room is correct. The toilets are dry. There is no water inside the house. The torrent is needed to bath in the evening! The kitchen and living room are wonderful with gleaming brass battery. We will find this model of lodge all along the way.

DSCF6237compDSCF6235comp

Le 28 juin Jingchang – Yurutse 4091m

DSCF6239comp

Our host let us on the road after breakfast (eggs toast, tea with milk and sugar). The weight of our bags requires a slow progression. The ascent will be tough today. The gorge in which we penetrate today offers more shade than yesterday.

.

DSCF6244comp DSCF6245comp

We have lunch at Rumbak (34 ° 3’32 .83 « N, 77 ° 25’21 .35 » E) in a small restaurant located under a parachute! These shelters are also standardized like the prices. White circular tasks on GE satellite photos are no longer a mystery now! The lunches will be mostly light in these shelters: small  packets of Chinese pasta and  milktchai or coca. There are also cookies and chocolate for Alexia!

DSCF6250comp DSCF6253comp

The climb continues  in the afternoon and we stopped on a bench beside the road 1 km from Yurutse to test the camping equipment. Conditions are spartan, this is the price of freedom.

June 29  Yurutse – second Base Camp to Ganda la 4530m

Small step today to acclimatize slowly to the altitude. The rarefaction of the air begins to be felt.

DSCF6254comp DSCF6259comp

Yurutse consists of a large house converted into a homestay (34 ° 2’35 .59 « N, 77 ° 24’5 .96 » E). Small fields in terraces give it an almost fluorescent green setting. This is an unexpected paradise nestled in the arid mountains. We supplement with breakfast with chapatis and tea.

We find the first snow-capped peaks in the clouds and our first marmots.  We lunch at the first base camp (34 ° 2’47 .29 « N, 77 ° 23’16 .02 » E?). It is possible to sleep there apparently.

DSCF6262comp DSCF6268comp DSCF6270comp

The weather is gray today and a few drops of rain are coming to cool us from time to time in the afternoon. The almost continuous rise goes on until the second base camp.

June 30  Ganda la Base Camp – Shingo 4055m

The climb never seems to end. The weather is mostly gray and we feel the cold as soon as we stop. View discovers on dry and  sawtooth peaks .

DSCF6280comp DSCF6283comp DSCF6285comp

We do not stay long on the pass (34 ° 2’29 .29 « N, 77 ° 21’44 .71 » E, 4975m) as the wind ice. Weather gets up in the descent. Shingo is the first village after the pass and we will settle there for the night. We camp again  although homestay could open its doors.

DSCF6287comp DSCF6294comp

 July 1st Shingo – Skiu 3346m

DSCF6303comp DSCF6307comp DSCF6309comp

The valley narrows to open on the Markha valley. At the intersection is Skiu. We feel that a road will come soon from Chilling on the right. An excavator was landed by helicopter surely? these big machines are still a mystery  in the middle of nowhere. The uncertain electricity is already there to open up the valley.

The physical condition of the troops is not very bright and girls would consider good to turn right, precisely to prevent future climbs. I must make them believe that the steepest climbs are still on this side and result in a cul de sac so they change their minds. A white lie to restore their some courage …

We stay in a homestay at the entrance of Skiu where we receive a very warm welcome for lunch. The brightness is special here with alternating gray clouds and white sun. We walk in the surrounding gardens.

DSCF6325comp DSCF6327comp

July 2 Skiu – Sara 3571m

DSCF6339comp DSCF6345comp DSCF6349comp

This is yet another small step to avoid causing the two girls quickly inclined to grumble.

The Markha valley is very wide. The road become less steep and we enjoy warmer weather from Skiu. Valley offers spectacular scenery between green fields and gray rocks composing the mountain slopes. People here live simply, with basic comfort that does not affect their happiness to live, at least in appearance. It is true that we are in summer.

DSCF6352comp DSCF6360comp

In Sara, we set the tent on the property of a homestay. The owners took the opportunity to get rid of them very curious and rambunctious kid. He joins us to pull up the stakes of the tent. We curl diplomatic incident with parents. Cool.

Complete toilet in the Markha torrent.

July 3 Sara- Markha 3767m

DSCF6367comp DSCF6370comp DSCF6374comp

The path continues to climb slowly towards the largest village in the valley (it has given its name to the river). We conduct our first fords. Nothing but happiness for your feet.

Since we took our rhythm, our steps are almost half of the steps in the guides. We take full time to be with people or simply admire the sceneries. Definitely clear weather  puts us in a good mood.

DSCF6384comp DSCF6391comp DSCF6394comp

We go through the first two homestays at the edge of the village to seek the center of the village. But there is none. We find no more at the output. We are obliged to retrace our steps. We plant the tents again.

We make a rare meeting with trekkers. They are Swiss, Austrian and Australian and we are happy to talk with them and spend a very nice evening.

July 4 Markha – Hankar 3976m

DSCF6399comp DSCF6402comp DSCF6415comp

We start with an overcast weather but it clears in the day. Damage for photos in Markha. We spend twice fords. Mountain slopes meet increasingly the torrent. We are in front of a  majestic 6000 cone . We arrive to Hankar for lunch (rice and vegetables for 60Rs).

Laundry and toilet in the Markha afternoon. We leave the valley tomorrow. This will be the last night in a tent in a comfortable temperature.

DSCF6427comp

July 5 Hankar – Camp du lac 4662m

DSCF6435compDSCF6425comp

We left late this morning at 9: 30 because I realized that my diary had disappeared .We search for it in the garden. I finally found hidden under a grove by the kid (5 years!) … We must definitely watch these brats that looks so nice at first glance.

The mood changes today with the slope of the path increasing. No more  quiet walks. We must address the foothills that will lead us to the Kongmaru. The real test begins …

DSCF6442comp DSCF6445comp DSCF6466comp

We stop for lunch along the torrent. A Gorals herd tumbles of the mountain. We count fifty heads. I badly located Nimaling in GE and my hypothetical point proves false. Whenever we meet a shepherd, we ask if we are still far away. They respond consistently « at 2 to 3 hours ». But time passes and we exhaust ourselves in the climb. At 16: 30, we realize it will be very difficult to achieve this last stop before the pass.

DSCF6454comp DSCF6472comp DSCF6475comp

We find a great place to spend the night at the edge of a small lake, protected from the wind by the walls of a shepherd hut, probably. There is enough wood to cook and warm up a bit. I found a source upstream of the lake. We are witnessing the sunset on the Yang Yatse 6401m. It seems very close to us.

It was not possible to find a better location to spend the night. We operate all of our equipment without really premeditation. The effort of kilos carried up to here was not vain. It is a double pleasure.

Great dinner of pasta soup and pâté.

DSCF6490comp DSCF6495comp DSCF6497comp

July 6 Camp du lac – Camps du col 4864m

DSCF6511comp DSCF6512comp DSCF6514comp

We were still far from Nimaling (33 ° 47’11 .45 « N, 77 ° 35’38 .80 » E is obvious when you went!). This large area of ​​grassland is nice to relax before the big climb in zigzag leading to the Kangmaru la. It is possible to have a lunch there and to sleep under tents, at least for the summer. The shepherds seem to be installed by a large part of the year.

You must be patient in the climb, avoid looking further than your feet to avoid depressing. Breathing is difficult. A slow rhythm must be necessarily found not to get out of breath. The two girls become grumbling turtles. They stop more frequently. Time remains beautiful but I fear that clouds come to spoil the view at the top. I go back to unload Alexia from her backpack.

DSCF6519comp DSCF6528comp DSCF6532comp

The victory is not small when we finally pass prayer flags. Alexia pitched a big headache which disappears in the descent.

We descend rapidly on the other side because the wind pierces. You have to go a long time before finding to camp with some water. This is another great place to spend the evening and night. Firewood is not missing.We are not the first ones to stop there. It is unfortunate that the entrance fees to the park are not used for a spring cleaning even soft. The quantity of garbage, here as somewhere else, is not very important, but apparently there for a long time!

DSCF6541comp

July 7 Camp du Col – Sumdo 3672m

DSCF6552comp DSCF6561comp DSCF6562comp

The weather is always correct. The two girls consider already arrived at the end of the trip. They are excited to sleep between four walls tonight, on a mattress. Tired, Sylvie slides on a stone across a ford, pulled by her backpack. Her shoulder is hurt.

After Chodgo, it is not possible to go on the left  and attempt the ascent of Mount Hemis. We have no food and we are too tired. Such a venture could be conceived independently of A long preliminary walk.

The walls of the mountain are sometimes cut in toothed tongues forming multiple parallel saws. We unnecessarily cross the village of Chodgo . It does not seem to have homestay or tea stall to have a lunch.

DSCF6555comp DSCF6557comp

In Sumdo, we come back to the mechanical civilization after 10 days of a benefit withdrawal. A bus takes us next day at 9:00. Towards Leh, almost non-stop.

Annexes  Traveller’s memories

Going Out of Town.

DSCF6105comp DSCF6109comp

Delhi – In the early morning, docks are already crowded. We step over bodies maybe sleepy. Really sleepy? We seek our way in this imbroglio and we are slowed by our bags. Nothing is displayed and people do not really understand what we ask them. They tell us numbers with non existing platforms .

One dock seems more likely than others. Here are pestilential odors because people defecate on the tracks. This is the Call of the Earth: Everyone at the same time, without shame. I’ve seen these rituals during a previous trip but people were out in their slums tumbling onto the tracks.

We invite us into this world curious about our presence. It is not possible to put our bags down because the mud would mess them inexorably. We look at the crowd. The day is now well risen. A train pulls into the station slowly and people congregate against cars still running. They are trying to go through the windows when they have no bars. When they can not get in, they put their affairs on seats to reserve their places.

Our bags are our enemies. They prevent us from being quite fluid in the human alternately refluantes tides . Finally, a door opens, where all those who have not gone through the windows rush. This is because some have mercy on us that we find finally a place to sit down.

And then things and people settle in an appearance of order, calmly, resignedly. Everything seems immovable, as in a precarious and tense balance. The life has become again almost livable, not that the stench has disappeared, nor moreover than this wet heat which sticks clothes and skins on the skin.

The train moves on. This jolt gives a sense to our efforts. We are finally going to go out of the city.

 

Mac Leod Ganj’s imposture

DSCF6124compDSCF6124comp détail

We had dreamed about it to the point that it was not possible to organize our entry in the Himalaya without passing there: Dharamsala alias Mac Leod Ganj, the city refuge of Tibetans, cella of the Buddhism, center of the world of the wisdom, harbour of the peace of mind …

By way of imposture, everything began when our bus stuck in an inextricable traffic jam of cars rising, downward and parked at the approach of Dharamsala. Only horns were working, as if they were going to be able to, to them only, arrange the situation. At the end, our driver found an original  solution  by making us all come down to make half tour. We finished our road by foot, excellent training for the future treks after all. Welcome to Dharamsala!

But it is only a beginning, a front taste of our stay in this imaginary paradise. In the bustle and the metallic messes, we move forward to a guest house. The rain meanwhile enters itself in the party. The hotel is also full as the street. It remains a last bedroom giving onto the street. It is clean, the staff friendly , the menu tempting. (this is one place where we will eat the best of the trip). We decide to stay and go to lunch.

It is entering the bedroom for a well-deserved nap that we understand our misfortune: street  is decongested : a cacophony in major Tut  awaits us until very late night.

The Middle Class in India

DSCF6150compDSCF6152comp

At the moment, when we speak in France about India , it is often under a purely economic angle. India frightens! « It is about one of these famous emerging countries which could soon have say in our international authorities ». « They steal us our jobs ». « They work for one wrist of rice » . « And Tata with his new 2000USD car  which dared to acquire our beautiful Jaguar ». « And Mittal, the Big Miserable Boss without humanity which plays with our beautiful factories as the Monopoly. We are going to fire him from France, right? » And so on.

When we try to join Manali, at the foot of the true mountains of Himalaya, we are in confrontation with the economic emergence of India by much more prosaic aspects. 300 million Indians have quickly entered the middle class. Meaning that these people do not work any more only to eat, find accommodation and get dressed, survive in a word! They accumulate enough money to reach the leisure activities and the not vital needs more generally. To begin with the holidays and with the automobile. They make as us from now on. They make as us fifty years ago and as we even today. But on one hand they are much more than us and on the other hand infrastructures did not evolve at the same speed.

Thus they go out of megalopoles in their own cars and make enormous rows to go to holidays. It looks like they all were made an appointment in Manali. It is clear that the air is there much cooler than in the Big Plain. Imagine the snow in Delhi! Imagine one large field of asparaguses on Mars! …To see the snow, slide on the snow for the first time!

Waiting for it, the rows stand still on numerous tens of kilometers, in both directions. Indeed, the road is too narrow to cross and there is always someone to try to double and pass at all costs. It is not specially Indian. Indians are on the other hand more fatalists than the Westerners. The Hinduism wants it. We can thus see a continuous row and segments of rows just as much blocked, in against direction. People remain always smiling. They will drive on empty highways in their next karma… In the meantime, they photograph us with their babies to constitute their albums. New hobby.

It is in this way that we beat our record of slowness by bus to reach(affect) Ladakh: 115 km in 12 hours, up, the 9.58km / hour.

The plane? It is just 100 times as fast!

 DSCF6160compDSCF6163comp

vallée de Markha


Trek de la vallée de Markha

Du 27 juin au 8 juillet 2011

DSCF6325comp

Ce voyage en famille sur le haut plateau du Ladakh est une manière de découvrir deux  aspects paradoxaux de l’Inde, celle de la nouvelle classe moyenne s’embouteillant dans les cols au dessus de Manali pour accéder aux stations de ski, puis celle des familles vivant loin de tous les biens communs de consommation, dans un univers encore préservé de l’asphalte et des bruits mécaniques.   A trois, unis dans l’effort bien souvent, il s’agit de relever un défi : monter deux cols de 5000 et 5200 m avec la nourriture et le toit sur le dos…  Ainsi affranchis,  nous allons plonger dans des univers tantôt minéraux tantôt paradisiaques et toujours stupéfiants de beauté.

Localisation :


carte situationcarte détail

A peu de kilomètres au sud de Leh, Etat du Jammu et Cachemire.

Quelques objectifs :

effectuer un premier trek nécessitant une autonomie partielle en nourriture et couchage, se retrouver dans l’ambiance originelle d’une vallée de montagne. Tester les organismes en haute altitude et si possible battre le record (5545m ;-). Voir sur place la possibilité d’une ascension du mont Hemis (5650m) à partir des relevés  de niveaux sur Google Earth.

Préparatifs :

côté matériel, sacs chargé à 14, 12 et 8kg. La tente Jamet vieillissante pour Alexia et  Sylvie, une toile de tente qui tiendra avec les 2 bâtons de marche pour moi. Sacs de couchage réputés tenir à -19°C… Fruits secs, cappuccinos, saucissons, soupes, nouilles et paté pour 4 jours d’autonomie.

Le tracé du chemin est enregistré sans trop de difficulté sur Google Earth et rentré dans le GPS Garmin. Echanges sur Lonely Planet pour connaître les haltes avec et sans ravitaillement possibles. Seul Le trajet avant et après  Kongmaru la , la halte à Nimaling semblent poser problème. En fait, il n’en sera rien. Nimaling offre gite et couverts, au moins à cette saison.

Quelques points pratiques:

données et valeurs 2011

Pour arriver à Leh, le passage par Delhi est pratiquement incontournable. Prendre l’avion est la solution la plus simple et la plus rapide. Cette solution offre la possibilité d’y accéder bien avant l’ouverture des cols, un peu aléatoire, vers le 20 juin. Le bus ou mieux, un mixte train + bus permet le plein contact avec la population, l’acclimatation à l’altitude et la traversée de paysages spectaculaires. Le passage des cols à plus de 5000m sur la deuxième route la plus haute du monde est une épreuve pour beaucoup. Une grosse migraine est au menu.

Il est bien possible d’effectuer le trek en solo sans équipement spécial, en 7-8 jours. Il n’est pas requis de permis. Un seul droit d’entrée à l’entrée du parc doit être acquitté sur un forfait estimé de jours : 20Rs/j.personne.

L’usage d’un GPS est un luxe car le chemin est bien marqué, même dans les cols. Il pourrait y avoir une courte hésitation à l’embranchement d’une ou deux vallées mais il suffit de suivre le cours du torrent principal et le plus gros sentier.

Attention à l’eau notamment pour le passage du Kongmaru la. Il faut compter 2 heures de marche en descente pour trouver le premier point d’eau (voir agenda  Camp du Col)

Trois possibilités :

1-      Totalement pris en charge avec chevaux, porteurs, tentes, guide, nourriture. Le marché peut se faire dans Leh. Il y a force concurrence. Compter 55€/j.personne à deux 50€/j.personne  à trois par exemple (valeurs 2011)

2-      Indépendant avec arrêts dans les homestays sur le parcours. Bien vérifier leurs ouvertures aux points stratégiques (Nimaling en particulier) hors saison. L’office du tourisme à Leh est très compétent. Si le camp de Nimaling est fermé, cela fait une grosse étape une très  grosse étape entre  Hankar et Chogdo voir Sumdo. L’accueil dans les homestays est chaleureux la plupart du temps. Les coûts sont normalisés : 400Rs/personne pour le diner, un lit, un petit déjeuner correct et un piquenique honnête pour le midi. Attention, il est peut être difficile de déjeuner le midi dans les villages. Hygiène assez limite : la seule eau courante est à l’extérieur et bien souvent le torrent !

3-      Indépendant avec tente et nourriture pour le confort et s’arrêter de temps en temps dans des lieux surnaturels tout en profitant des homestays pour faire des rencontres. (assez peu de pratique de l’anglais). Compter 100Rs par tente.

Attention : peu à très peu de monde, trekkeurs ou villageois, croisés sur les chemins.

Les altitudes indiquées sont celles de Google Earth.

 agenda, relevés d’étapes et carte du parcours

arrivé à km j km cum alt
27-juin Jingchang  34° 6’5.85″N  77°24’39.22″E 14,62 14,62 3378
28-juin Yurutse  34° 2’37.19″N  77°24’24.39″E 9,05 23,67 4091
29-juin cb Ganda la  34° 2’45.99″N  77°22’35.42″E 3,03 26,7 4530
30-juin Shingo  34° 1’29.79″N  77°17’55.74″E 8,30 35 4055
01-juil Skiu  33°58’45.16″N  77°15’45.26″E 7,10 42,1 3346
02-juil Sara  33°55’40.35″N  77°21’16.15″E 11,64 53,74 3571
03-juil Markha  33°53’7.80″N  77°25’25.16″E 9,05 62,79 3767
04-juil Hankar  33°50’19.48″N  77°30’2.81″E 10,00 72,79 3976
05-juil camp du lac  33°48’24.23″N  77°33’33.95″E 7,87 80,66 4662
06-juil camp du col  33°48’26.10″N  77°37’45.63″E 9,95 90,61 4864
07-juil Sumdo  33°51’14.77″N  77°42’29.32″E 10,51 101,12 3672

 carte parcours

Journal de bord

Le 27 juin Spitok – Jingchang 3378m

DSCF6227comp

La route pour rejoindre l’entrée du chemin à Spitok contourne l’aéroport. Nous avons pris un taxi qui nous dépose au pont. C’est à cet endroit que l’on s’acquitte des taxes d’entrée dans le parc. Il faut déclarer un nombre de jours prévus. Le taxi nous propose de nous emmener vers Jingchang car une bonne piste est maintenant ouverte jusqu’à ce hameau. Ses tarifs sont prohibitifs et sans comparaison avec ceux qui sont appliqués dans la région. Nous préférons commencer par nos propres moyens plutôt que de nous faire arnaquer : nous avons le temps et nous restons conformes à notre projet.

DSCF6228comp DSCF6233comp

Le début est difficile parce que la piste est poussiéreuse et totalement exposée au soleil.  Nous nous faisons doubler par une petite équipe plus dynamique en traversant le plateau pour nous engager dans la première vallée.

Le reste de la journée est tout autant fatiguant parce qu’il faut nous habituer au nouveau rythme. L’altitude est déjà bien supérieure à celle de la plupart des treks à leurs commencements. Nous avons eu le temps de nous acclimater à Leh et nous n’en souffrons pas, au moins en apparence.

Alors que je suis assis en attendant les deux filles un peu à la traîne, une vieille dame vient vers moi et me fait comprendre que nous pouvons l’accompagner chez elle de l’autre côté du torrent. Il faut reconnaître que nous n’aurions pas déniché notre halte de Jingchang sans elle. Une belle bâtisse ladakhi pour reprendre des forces. Le diner est copieux, la chambre correcte. Les toilettes sont sèches. Il n’y a pas d’eau à l’intérieur de la maison. Le torrent s’impose pour la douche du soir! La cuisine et le séjour sont splendides avec une batterie de cuivres étincelants. Nous retrouverons ce modèle tout au long du chemin.

DSCF6237compDSCF6235comp

Le 28 juin Jingchang – Yurutse 4091m

DSCF6239comp

Notre hôte nous remet sur le chemin après le petit déjeuner (toast œufs, thé au lait sucré). Le poids de nos sacs impose une progression lente. Le dénivelé sera rude aujourd’hui. La gorge dans laquelle nous nous enfonçons  nous offre plus d’ombre qu’hier.

DSCF6244comp DSCF6245comp

Nous déjeunons au niveau de Rumbak (34° 3’32.83″N ; 77°25’21.35″E) dans un petit restau installé sous une toile de parachute. Ces abris sont aussi normalisés que les prix. Les tâches circulaires blanches sur les photos satellites de Google Earth ne sont plus une énigme maintenant ! Les déjeuners seront la plupart du temps légers dans ces abris: petits paquets de pâtes chinoises et milktchai ou coca. Il y a aussi des biscuits et du chocolat pour Alexia !

DSCF6250comp DSCF6253comp

La montée continue se poursuit l’après midi et nous nous arrêtons sur un replats à côté du chemin  à 1 km de Yurutse pour tester le matériel de campement.

Les conditions sont spartiates, c’est le prix de la liberté.

Le 29 juin  Yurutse – second Camp de base de la Ganda la 4530m

Petite étape aujourd’hui pour s’acclimater tranquillement à l’altitude. La raréfaction de l’air commence à se fait sentir.

DSCF6254comp DSCF6259comp

Yurutse se compose d’une grande bâtisse convertie en homestay (34° 2’35.59″N ; 77°24’5.96″E). Les petits champs ordonnés en terrasses et la couleur verte presque fluorescente des plantes la mettent en valeur. C’est un paradis inattendu niché dans les montagnes arides. Nous y complétons le petit déjeuner avec des chapatis et du thé.

Nous déjeunons au premier camp de base (34° 2’47.29″N, 77°23’16.02″E ?). Il est possible d’y dormir apparemment.

DSCF6262comp DSCF6268comp DSCF6270comp

Le temps est gris aujourd’hui et quelques gouttes de pluies viennent nous refroidir de temps en temps dans l’après midi. La montée pratiquement continue se poursuit jusqu’au second camp de base. Nous découvrons les premiers pics enneigés dans les nuages et rencontrons nos premières marmottes. Le camp de base est composé de quelques tentes. Il doit être possible d’y dormir à la mode des homestays.  Dans l’une d’entre elles, nous nous restaurons. Nous nous installons sur une terrasse, un bon kilomètre au dessus du premier camp.

Le 30 juin  Camp de base de la Ganda la – Shingo 4055m

La montée semble ne jamais vouloir finir. Le temps reste majoritairement gris et nous ressentons le froid dés que nous nous arrêtons. La vue se découvre sur des pics secs et en dents de scie.

DSCF6280comp DSCF6283comp DSCF6285comp

Nous ne restons pas longtemps au col (34° 2’29.29″N ;77°21’44.71″E ;4975m) car le vent nous glace.

Le temps se découvre dans la descente. Shingo est le premier village après le col et nous nous y installons pour la nuit. Nous campons encore une fois bien qu’un homestay aurait pu nous ouvrir ses portes.

DSCF6287comp DSCF6294comp

 Le 1er juillet Shingo – Skiu 3346m

DSCF6303comp DSCF6307comp DSCF6309comp

La vallée se rétrécit pour donner sur la vallée de la Markha. A l’intersection se situe Skiu. On sent bien que d’ici peu, une route arrivera en provenance de Chilling sur la droite. Une pelleteuse a été débarquée, certainement par hélicoptère ? C’est toujours un mystère ces gros engins au milieu de nulle part. L’électricité encore incertaine est déjà là pour désenclaver la vallée.

L’état des troupes n’est pas très brillant et les filles envisageraient bien de tourner à droite, justement, pour éviter les prochaines ascensions. Il faut que je leur fasse croire que les montées sont encore plus raides de ce côté et aboutissent à un cul de sac pour qu’elles changent d’avis. Un pieu mensonge pour leur redonner du courage…

Nous restons dans un homestay à l’entrée de Skiu où nous avons reçu un accueil très chaleureux pour le déjeuner. La luminosité est particulière ici  avec l’alternance de gros nuages gris et de soleil blanc. Nous nous promenons dans les jardins alentour.

DSCF6325comp DSCF6327comp

Le 2 juillet Skiu – Sara 3571m

DSCF6339comp DSCF6345comp DSCF6349comp

C’est encore une petite étape pour ne pas provoquer les deux filles rapidement enclines à râler.

La vallée de la Markha est bien large.  La route est devenue moins pentue et nous profitons d’un temps plus clément à partir de Skiu. La vallée offre des paysages grandioses opposant le vert des champs et le gris des rocailles composant les versants des montagnes.  Les gens ici vivent simplement, avec un confort rudimentaire qui n’affecte pas leur bonheur de vivre, au moins en apparence. Il est vrai que nous sommes en plein été.

DSCF6352comp DSCF6360comp

A Sara, nous plantons la tente dans la propriété d’un homestay. Les propriétaires  en profitent pour se débarasser de leur gamin très curieux et turbulent. Il nous rejoint pour arracher les piquets de la tente. Nous frisons l’incident diplômatique avec les parents. Cool.

Toilette complète dans la Markha.

Le 3 juillet Sara- Markha 3767m

DSCF6367comp DSCF6370comp DSCF6374comp

Le chemin continue de monter tranquillement vers le plus gros bourg de la vallée s’il a donné son nom au torrent. Nous effectuons nos premiers passages à gué.  Rien que du bonheur pour les pieds.

Depuis que nous avons pris notre rythme, nos étapes sont pratiquement la moitié des étapes décrites dans les guides. Nous profitons à plein du temps qui passe, avec les gens ou simplement à contempler les paysages. Le temps revenu au beau fixe nous a remis définitivement de bonne humeur.

DSCF6384comp DSCF6391comp DSCF6394comp

Nous passons deux premiers homestays en lisière du village pour en chercher  un en ville. Il n’y en a pas. Nous n’en trouvons pas plus à la sortie. Nous sommes obligés de revenir sur nos pas. Nous plantons les tentes une nouvelle fois.

Nous faisons une rare rencontre avec des trekkeurs. Ils sont suisse australien et autrichien et nous sommes heureux de pouvoir échanger avec eux et passer une soirée bien sympa.

Le 4 juillet Markha – Hankar 3976m

DSCF6399comp DSCF6402comp DSCF6415comp

Nous partons avec un temps très couvert mais il s’éclaircit dans la journée. Dommage pour les photos de Markha. Nous passons deux fois à gué. Les versants des montagnes rejoignent de plus en plus le cours du torrent. Nous découvrons, par derrière, le cône d’un 6000  majestueux. Nous arrivons à Hankar pour déjeuner (riz et légumes pour 60Rs).

Lessive et toilettes dans la Markha l’après midi. Nous abandonnons la vallée demain. Ce sera aussi la dernière nuit sous la tente dans des conditions confortables de température.

DSCF6427comp

Le 5 juillet Hankar – Camp du lac 4662m

DSCF6435compDSCF6425comp

Nous sommes partis tard ce matin à 9 :30 car je me suis aperçu que mon carnet de bord avait disparu.Nous cherchons dans la maison et dans le jardin. Je le retrouve finalement caché sous un bosquet par le gamin (5 ans !) de nos hôtes…, il faut décidément surveiller ces mioches aux allures si sympathiques  de premier abord.

L’ambiance change aujourd’hui avec la pente du chemin qui s’accentue. Finies les promenades champêtres. Il nous faut aborder les contreforts qui nous mèneront au Kongmaru la. La vraie épreuve commence…

DSCF6442comp DSCF6445comp DSCF6466comp

Nous nous arrêtons pour déjeuner au bord du torrent. Un troupeau de gorals dégringole de la montagne. On compte une cinquantaine de têtes. J’avais mal situé Nimaling sur GE et mon point hypothétique se révèle faux. A chaque fois que nous croisons un berger, nous lui demandons si nous sommes encore loin. Ils répondent invariablement 2 à 3 heures. Mais le temps passe et nous nous épuisons dans la montée. A 16 :30, nous nous rendons compte qu’il sera très difficile d’atteindre cette dernière halte avant le col.

DSCF6454comp DSCF6472comp DSCF6475comp

Nous trouvons un endroit extraordinaire pour passer la nuit, au bord d’un petit  lac et protégés du vent  par les murets d’un refuge probablement de berger. Il y a assez de bois pour faire la cuisine sommaire et se réchauffer un peu. Je trouve une source à l’amont  du lac. Nous assistons au coucher de soleil sur le Yang Yatse 6401m. Il semble à deux pas de nous.

Il n’était pas possible de trouver meilleur emplacement pour passer la nuit. Nous exploitons l’intégralité de notre équipement sans l’avoir vraiment prémédité. La peine des kilos portés jusqu’ici n’a pas été vaine. C’est un plaisir double.

Grandiose diner de pâtes soupe et pâté.

DSCF6490comp DSCF6495comp DSCF6497comp

Le 6 juillet Camp du lac – Camps du col 4864m

DSCF6511comp DSCF6512comp DSCF6514comp

Nous étions encore bien loin de Nimaling (33°47’11.45″N ; 77°35’38.80″E, c’est évident quand on y est passé!). Ce grand espace de prairies est agréable pour se reposer avant la grande montée en zigzag menant au Kangmaru la. Il est bien possible de s’y restaurer et d’y dormir sous des tentes installées au moins pour l’été. Les bergers ont l’air d’être installés ici une grosse partie de l’année.

Il faut être patient dans la montée, éviter de regarder plus loin que ses pieds pour éviter de déprimer. La respiration est difficile. Un rythme lent doit impérativement être trouvé pour ne pas s’essouffler. Les deux filles se transforment en tortues bougonnes. Elles s’arrêtent de plus en plus fréquemment. Le temps reste au beau mais je crains que les nuages ne viennent gâcher le panorama tout en haut. Je fais quelques aller retours pour décharger Alexia de son sac à dos.

DSCF6519comp DSCF6528comp DSCF6532comp

La victoire n’est pas mince quand on passe enfin les drapeaux de prières. Alexia s’est chopé une grosse migraine qui disparaîtra dans la descente.

Nous descendons rapidement de l’autre côté car le vent nous transperce. Il faut descendre longtemps avant de trouver un point d’eau où camper. Voilà encore un endroit fantastique où passer la soirée et la nuit. Le petit bois n’y manque pas.Nous ne sommes pas les premiers à nous y arrêter. Il est dommage que les droits d’entrée dans le parc ne soient pas utilisés pour un nettoyage de printemps même sommaire. La quantité de détritus, ici comme ailleurs, n’est pas très importante, mais visiblement là de longue date !

DSCF6541comp

Le 7 juillet Camp du Col – Sumdo 3672m

DSCF6552comp DSCF6561comp DSCF6562comp

Le temps est toujours très correct. Les deux filles se croient déjà arrivées au bout du périple. Elles sont enthousiastes à l’idée de dormir entre quatre murs ce soir, sur un matelas. La fatigue aidant, Sylvie glisse sur une pierre en traversant un gué, entraînée par son sac à dos. Elle s’abîme l’épaule.

Il n’est plus question de bifurquer sur la gauche après Chodgo pour aller tenter l’ascension du mont Hemis. Nous n’avons plus de nourriture et nous sommes trop fatigués. Une telle aventure pourrait se concevoir indépendamment d’une longue  marche préalable.

Les parois de la montagne sont parfois découpées en languettes dentées formant  des multitudes de scies parallèles. Nous traversons le village de Chodgo inutilement. Il ne semble pas y avoir de homestay ni de tea stall pour se restaurer.

DSCF6555comp DSCF6557comp

A Sumdo, nous retrouvons la civilisation mécanique après 10 jours d’un bénéfique sevrage. Un bus nous prend à 9:00 . Direction Leh, presque sans arrêt.

Annexes  Mémoires de voyageurs

Sortir de la ville.

DSCF6105comp DSCF6109comp

Delhi – Au petit matin les quais sont déjà bondés. On enjambe les corps, endormis pense-t-on. Dorment-ils ? Nous cherchons dans cet imbroglio notre chemin et nos sacs nous ralentissent. Rien n’est affiché et les gens ne comprennent pas vraiment ce que nous leur disons. Ils nous indiquent des plateformes aux chiffres inexistants.

Un quai plus probable que les autres pour finir. Ici les mauvaises odeurs sont pestilentielles car les gens font leurs besoins sur les voies. C’est l’Appel de la Terre: Tout le monde en même temps, sans pudeur. J’ai déjà vu ces rituels lors d’un précédent voyage mais les gens étaient dehors, dans leurs bidonvilles dégringolant sur les voies.

Nous nous invitons dans ce monde curieux de notre présence. Il n’est pas possible de poser nos sacs par terre. Car la fange les salirait inexorablement. Nous attendons au milieu de la foule. Le jour est maintenant bien levé.  Un train entre en gare lentement et les gens s’agglutinent  contre les voitures encore en marche. Ils essaient de rentrer par les fenêtres trop petites lorsqu’elles ne possèdent pas de barreaux. Quand ils ne peuvent pas entrer, ils posent leurs affaires sur les sièges pour réserver leurs places.

Nos sacs sont nos ennemis. Ils nous empêchent d’être assez fluides dans ses marées humaines sans cesse refluantes. Une porte enfin ouverte où tous ceux qui ne sont pas passés par les fenêtres s’engouffrent.  C’est bien parce que l’on a pitié de nous que nous trouvons finalement à nous asseoir.

Et puis les choses et les gens se tassent dans un semblant d’ordre, avec calme, avec résignation. Tout semble immobile, comme dans un équilibre précaire et tendu. La vie est redevenue presque vivable, non que les puanteurs aient disparu, pas plus d’ailleurs que cette chaleur humide qui colle les vêtements et les peaux à la peau.

Le train s’ébranle. Ce soubresaut donne un sens à nos efforts. Nous allons enfin sortir de la ville.

L’imposture de Mac Leod Ganj

DSCF6124compDSCF6124comp détail

Nous en avions rêvé au point qu’il n’était pas envisageable d’organiser notre entrée dans les Himalaya sans passer par là : Dharamsala alias Mac Leod Ganj, la cité refuge des tibétains, la cella du bouddhisme, le centre du monde de la sagesse, le havre de la paix intérieure…

En fait d’imposture, tout a commencé quand notre bus s’est  englué dans un embouteillage inextricable de voitures montant, descendant et garées à l’approche de Dharamsala. Seuls les klaxons fonctionnaient, comme s’ils allaient pouvoir, à eux seuls, arranger la situation. Le chauffeur a trouvé la solution pour finir en nous faisant tous descendre pour faire demi tour. Nous avons fini notre route à pied, excellent entrainement pour les marches futures après tout. Bienvenue à Dharamsala !

Mais ce n’est qu’un commencement, un avant goût de notre séjour  dans ce paradis imaginaire. Dans la cohue et les enchevêtrements métalliques, nous avançons vers un guest house. La pluie s’est entre temps mise de la partie. L’hôtel est aussi plein que la rue. Reste une dernière chambre donnant sur la rue. Elle est propre, le personnel accueillant, la carte alléchante (c’est  un des lieux où nous mangerons le mieux du voyage). Nous décidons de rester et allons déjeuner.

C’est en rentrant dans la chambre pour une sieste bien méritée que nous comprenons notre malheur : la rue s’est décongestionnée : une cacophonie en tut majeur qui nous attend jusqu’à la nuit fort avancée.

La classe moyenne en Inde

DSCF6150compDSCF6152comp

En ce moment, quand on parle de l’Inde en France, c’est bien souvent sous un angle purement économique. L’inde fait peur! Il s’agit d’un de ces fameux pays émergeants qui pourraient bientôt avoir voix au chapitre dans nos instances internationales. Ils nous volent notre travail. Ils travaillent pour une poignet de riz. Et Tata avec sa nouvelle voiture à 2000USD qui a osé racheter nos belles Jaguar. Et Mittal, le Grand Méchant Patron sans humanité qui joue avec nos belles usines comme au Monopoly. On va le virer, hein? Et patati, et patata.

Quand on tente de rejoindre Manali, au pied des montagnes de l’Himalaya, on s’affronte à l’ émergence économique de l’Inde par des aspects beaucoup plus prosaïques. 300 millions d’indiens sont entrés brutalement dans la classe moyenne. C’est-à-dire que ces gens ne travaillent plus seulement pour manger, se loger et s’habiller, survivre quoi! Ils accumulent assez d’argent pour accéder aux loisirs et aux besoins non vitaux plus généralement. A commencer par les vacances et par l’automobile. Ils font comme nous dorénavant. Ils font comme nous il y a cinquante ans et comme nous encore aujourd’hui. Mais ils sont beaucoup plus nombreux d’une part et d’autre part les infrastructures n’ont pas évolué.

Ils sortent donc des mégapoles en voitures particulières et forment d’énormes files continues pour aller en vacances. On dirait qu’ils se sont tous donné rendez vous à Manali. Il faut dire que l’air y est beaucoup plus frais que dans la plaine. Imaginez la neige à Delhi! imaginez un champs d’asperges sur Mars! Voir la neige, glisser sur la neige pour la première fois!

En attendant, les files se sont immobilisées sur de nombreuses dizaines de kilomètres, dans les deux sens. En effet la route est trop étroite pour se croiser et il y en a toujours pour tenter de doubler pour passer coûte que coûte. Ce n’est pas spécialement indien. Les indiens sont par contre plus fatalistes que les occidentaux. L’hindouisme veut cela. On peut donc voir deux files continues bloquées et des segments de files tout autant bloqués, à contre sens. Les gens restent toujours souriants. Ils rouleront sur des autoroutes dégagées dans leur prochain karma…  En attendant, ils nous prennent en photo avec leurs bébés pour constituer leurs albums. Nouveau hobby.

C’est de cette manière que nous battons notre record de lenteur en bus pour atteindre le Ladakh: 115 km en 12 heures, debout, 9.58km/heure.

L’avion ? C’est juste 100 fois plus rapide!

 DSCF6160compDSCF6163comp

%d blogueurs aiment cette page :