Tag Archive: Milam



The trek of the Milam Valley – On the trail of Nanda Devi

October 2012

Lonely Planet says that this trek is difficult. When studying maps and topography, we can be surprised: the average difference in height is small as the maximum altitude (4000m approx.) Indeed, many mountain walks lead us to altitudes above 5000m. But as we will see, LP is not wrong. This six-day trek to a minimum for which we spent 11 days sometimes becomes a real hell with collapsed and deflected slopes, tracks of loose stones on which we try to choose the aisles, when there, to avoid twisting ankles…

Our goal : to come as close as possible from the monster that is the Nanda Devi, a sacred mountain of 7811 m, by joining one of the base camps, east of the summit. A secondary objective is to cross the glacier Milam from its left bank before returning to the lower valley.

Background: Travelling with minimum weight to be flexible is our motto for this type of trip. To avoid excess baggage weight while permitting a maximum of autonomy for being at the center of events, even if taking some risks is necessary. The ideal period is autumn following the summer monsoon, especially long and abundant this year 2012 (there were reports of landslides due to flooding in lowland to mid September). October is also the month of migration of the inhabitants from the upper valley: as no more pastoral activity is possible in winter and since the trade route  was abandoned in 1962, the upper valley is emptied of its inhabitants for the six winter months. Many villages are temporarily totally abandoned.

Preparation: This trek was in our heads for several years because the range of time when it is made possible with a sufficiently clear weather is very narrow, from late September to late October. We used Google Earth, Lonely Planet and the Lonely Planet forum, very useful. We have not found any valid map on Paris because this region is virtually unknown there. The accuracy of the satellite photos was sufficient to create a marked route using GPS. As we shall see, this preparation is not sufficient because recent landslides have changed the track’s places sometimes on several kilometers.

GPS : the daily journey must be recorded for keeping the daily distances traveled. This has not been done this time.

This year we did not perform any special physical preparation outside jogging, walking and swimming. We are in good physical condition before leaving. Sylvie is a little tired.

Backpack: initial weights are 16 and 14 kg including in particular a 1.5kg tent, two sleeping bags -9 ° C so-called « comfort » of 1.5kg each and food for at least 5 days including dried ham, semolina, sausage, county, chocolate, instant coffee, dried fruit for 4 kg.

They are too heavy. We absolutely need to reduce weight for the next treks.

Access to the Milam Valley: The first part was made with Air India from Paris to Delhi 22:30. to 9:30. Flights with this company are always pleasant and punctual until now, with competitive rates. What more to ask for?

The train from Old Delhi at 16: 00 is a good alternative to avoid night buses starting from Ghaziabad evening around 22: 30. It stops after 7h route in Haldwani where is the bus station and jeeps. Jeeps are a flexible and cheap way to reach Munsyari from Haldwani. It does not seem possible to go there directly. One or two changes on the road are surely needed.

Without wasting much time, we reached Munsyari in 38h from Paris.

Travel and trek  daily

• October 6:

We may be accustomed to travel in this megalopolis but we are always overwhelmed by events. This time, we learn at the entrance of the new metro that it is closed for maintenance. More than 2 weeks after, it will still be closed. It is amazing to see a so recent work paralyzed in this way.

We arrive at New Delhi Railway Station at 11am to buy Delhi – Haldwani train tickets. Indeed, there is a special office in NDRS for tourists and tickets are issued on specific quotas. We know that a train leaves at 16:00 but booking in France on the Indian Railway website is impossible due to an obligatory No. Indian phone required! Upon arriving, we are told that the office was moved to Connaught Square and we stupidly believe it. In reality we are taken to a travel agency. The lost hour prevents us to book because the minimum delay is 4 hours before departure.

It is also good to anticipate a wait of at least 1 hour because the queue can be long.

We change euros in Main Bazar Street in order not to be caught in the mountain villages where our Western currencies must do the effect of Monopoly money.

Unless absolutely necessity, do not change at the airport because the change would make you lose 6% of the value.

We go to Old Delhi Railway Station considering to take a night bus at Ghaziabad if we can’t book our train seats. There, happily, we buy our tickets 136Rs/billet less than 2 € for 7 hours by train. There is a McDonalds in ODRS. It’s not that I like this type of restaurant, but we are happy to delay spicy food experience until it will be necessary.

The train leaves on time.  We enter a car by random. Controllers are kind and let us sit at numbered seats for which we have no right. But how could we know where to go when nothing is specified? Fortunately, this time, the train is not crowded.

The night is long on the hot and humid plain. For our picnic dinner we blend discreetly a fresh coke bought on the way with some Ballantine purchased at duty-free shop. We no longer feel the fatigue of travel. We only feel that our new adventure starts correctly…

We arrive in Haldwani at 22:30 as planned. We are on the border of the plain and the Himalaya’s foothills. This is probably why the railway line stops there. A ricksaw takes us a few minutes to the bus station and jeeps. Despite the late hour, we are immediately approached by touts. One of them leads us to the driver of a jeep that leaves just for Munsyari. Some travellers are already waiting. They are happy to see new passengers because the jeep only leaves when the car is full. We go without losing time. It will be impossible to sleep during the second night of the trip.

• October 7:

We are still in good shape when the sun rises and blushes the tropical countryside. We stopped several times to take a tchai at the roadside. We are nodding when the jeep stop at 8:30. The driver tells us that we are still 70km from Munsyari. However, he will not go on. He invites us to get into a new jeep whose driver tells us he will go at 10am for our final destination. The former one makes us pay his share, 650Rs from the 900 he wanted in Munsyari for all the way.

But at 10:00, no new client is present. I feel bad the situation. We really need to rest. I negotiate with the driver a price for an immediate departure. 1000RS. What a luxury! A long bench for each to lie down. We soon get to sleep, not without a bad conscience seeing three passengers crammed in beside the driver.

The air becomes cooler and we are seeing the first snowy peaks.

We arrive at around 13:00. We are looking for a hotel, walking through the big village that is Munsyari. Finally, it is next to the bus station that we find the best one: Pandey Lodge (350Rs) with a great view of the Panchachuli range from the large bay window of the room.

The boss tells us that there is no more authorization to be given by the police. A simple declaration just has to be made. We go to the barracks located few hundred meters from the hotel after a lunch of omelet, rice and coca. Formalities are completed in 5 minutes while we are on a Sunday !

• October 8: Day 1 starting altitude 2157 m, 1634m altitude on arrival

The sun rises around 6: 30 on a clear sky. A light mist covers the valleys and marks the first rays of the sun. We have prepared a package of unnecessary affairs for the trek to let it in the hotel to avoid needlessly burden in our backpacks. We leave at 8:00.

We have decided to walk from Munsyari because there is only 4.5km to the entrance way. A short walk to avoid additional transportation researches… We take the opportunity of crossing the village to buy a flashlight (80rs) because I broke mine during the trip.

Points are carefully recorded in the GPS and we follow our route without difficulty. The path downhill often crosses the loops of the road.

A woman stops us and tell us that the way to Milam is not in the direction we take and that the good track is overhanging. We do not believe her because GPS is formal in its indications. It must be a conspiracy to make us take a guide!

At 13h, as the path narrows and differs only intermittently, I go without backpack to explore the slopes heights. I cannot find anything and I come back, tired. After a quick picnic, I get carried away by the weight of the bag with which I’m not accustomed. I go out with a black eye that will not leave me for the trip. The left wrist is a little sore but nothing is really damaged.

We continue until we hit a huge cone of screes cutting the road. The blocks are unstable and take their source several hundreds of meters above us. Nothing indicates a path overhead. I choose to explore the area without the backpack. Progression, even without the bag is not easy. I find myself facing a vertical wall falling in the Gori Ganga, where I find an open gallery. On the other side of this gallery, a new cone of debris awaits us.

On my return, however, we decide to try our luck. The advance is slow and cautious. Each stone can be a trap. We find the true path to Lilam at above 16h, surrounded by a few inhabited houses. This hamlet has become a cul de sac and people look at us, surprised and compassionate. The track is increasingly steep but we are reassured. We arrive at 17:30, exhausted and unable even to enter in the village, we settle into the first guesthouse bordering the path. The water flows in abundance from rocks and our toilet with icy water regenerates us. Sylvie will be the victim of a greedy leech.

Our misfortune is a serious warning: preparation at distance, however accurate, cannot replace local search for informations and news before leaving.

The owner gives us a good dinner of chai chapatis omelette watered with a bit of local alcohol. We lie at 19h. Our lifes will be linked with the sun as there is not much to do in the dark and it takes advantage of the early morning, still the clearest period of the day. We sleep soundly.

The use of bags and sleeping mats is essential because the bed is a set of planks.

• On October 9, 2nd day arrival altitude 2322m

After almost 13 hours of sleep, our bodies have not forgotten the foolish efforts of the previous day. When we want to get up, our legs reject any effort. We stagger for several minutes before we can move in and go out of the shack. It will take two days to our bodies before they get used to the demands of the trek.

It is 8: 00. The sky is blue, but dotted with some clouds. We do not start until about 10: 00 after breakfast (chai, chapati and omelette). We double the village of Milam quickly.

If the GPS indicates a walk of 12 km, the real life will ​​learn us that nearly twice must be actually performed in difficult conditions. Indeed, the frequent landslides due to the verticality of the valley continue to destroy large portions of the path. They are most often deflected by difficult climbs and descents on the still stable parts of the mountain.

The notion of bird’s kilometer sees the day. And we would be birds to avoid unnecessary ascents sometimes requiring the use of our hands to go up!

Because late  departure  and frequent deviations, the night comes before we arrive to Boudiyar. We stop in a place overlooking the Gori Ganga and sheltered from the wind. The first drops surprise us when we finish setting up the tent in a wall cavity. I just have the time to look for 2 liters of turbid water in the stream for cookery.

The wood is abundant for the fire. The rain intensifies during the dinner (semolina, sausage and sweets). We see that the tent seams are leaking. The water pearl inside and pants Sylvie turned into mop. Bags and shoes are protected by their tarps outside. The rain thankfully stops at 22h.

The earplugs come to the end of the roar of the torrent, thunder and the sound of the rain on the tent.

• On October 10, the third day, arrival altitude: 2450m

We get up at 8: 00. The sky has been washed from clouds during the night. It will be a day of rest because we are close to Boudiyar. We take the time to dry affairs in the sun business and enjoy the scenery.

We arrive at the village after an hour’s walk. We go directly to the barracks positioned at the entrance. We are welcome by soldiers who offer seats and water. The procedure seems poorly implemented or very recent because the military are hesitant. It must also be said that there are so few foreigners on the way: I note on the register only one passage per day in recent weeks. Anyway, we are far from recordings with mandatory photocopy of passport and announced confiscation of cameras.

We have to investigate whether these flexibilities are implemented also for Sikkim trekking regulations (obligation to go through an agency, to be four or more trekkers, to have official guide mandatory with so many carriers and so on.) We never came to Sikkim because of these impossible regulations.

There is a guesthouse in Boudiyar, rustic and expensive (285Rs). The owner of the restaurant is very nice. We spend the afternoon sunbathe on the lawn. We make our first laundry in the brook.

The evening is exquisite with muleteers who try to get us drunk with local alcohol. I vacuum the bottom of their filthy jerry can, smoking a divine bidi: we will not be drunk but a serious headache awaits us at night! (oddly, my heart beats very slowly 50-60)

• On October 11, the fourth day, the arrival altitude: 3128m

It’s been a long time that the noisy traffic of mule on the road separating guesthouse and restaurant started when we go out of bed at 6: 30.

We let 4 kg of luggage including 500g semolina and books. We hope to be a little more comfortable in future ascents. The guesthouse owner asks us 300rs we negotiate with 100RS. We still have five days of autonomy, which is more than enough.

It is imperative to gain weight and to be more precise in the preparation of menus for next treks.

Muleteers offer us to take charge of our bags  to let them at Rilkot for 300Rs. We refuse. We’ll see how far we can go on our own!

It is a beautiful time and we walk a lot better.

We religiously open Bayonne ham and Comté for lunch at a shepherd hut where we order tchai. They will be tasted with 5 chapatis taken in Boudiyar.

We go through extraordinary gorges where a wonderful location for camping is possible (30 ° 14’8 .79 « N – 80 ° 12’57 .04 » E). Returning, we will stop there for a night if possible.

The environment has changed from the tropical vegetation to conifers and pasture when we arrive in Railkot 16h.

Railkot is abandoned by most of its inhabitants, permanently or for the winter period. Two out of three families have already gone. We are fortunate to find someone who offers rice dal vegetables and a place in his attic. We share it with an old Indian and some large mouse that preys on our backpacks.

• On October 12, 5th day, the altitude reached: 3416m

We wake up naturally at 5: 30. We are now in line with the sun. Our host does not really want to serve chapatis for breakfast. This will be a spicy Maggi. Must be adaptive! We start at 7: 15 without being able to freshen up: there is no water. On the way, we bump into one of many families who settle in the lower valley during the winter. Who will be there when we arrive?

The path has become easy because the valley widens.  We even meet a bulldozer! This is surprising and we must believe that local authorities want to turn the mule track in motorable road? We are concerned by the sky. The clouds have piled up quickly on the northern ranges .

The sun is not strong enough to warm us when we stop. At the level of Burphu, at around 10: 30, we take lunch in a small and friendly hut. This is our last civilized point because we will separate from the main road on the left bank of Gori Ganga, staying on the right side to reach the valley glacier of Pachhu.

On leaving, the owner pursues us because he is afraid that we’re taking a wrong track!

We lose a little in the fields but we arrive at Ganghar at about 15h after passing through two abandoned and walled houses villages. Bad weather prevails in the lower valley and the cold wind pierces us. The village was completely abandoned by its unhabitants as we expected. We sit in what can be described as the central square of Ganghar (30 ° 24’2 .38 « N – 80 ° 9’15 .00 » E). The water flows from a tap in a small fountain. Handy!

We are looking for firewood and we place a refuge in a small stone building to shelter us from the wind. The wood does not fail. The collapsed structures provide us with dry birch branches.

Following the installation, we explore the hill to find the entrance to the path that will lead us tomorrow at the base camp of Nanda Devi. We find it easily behind a small temple. It is a chance because we did not find any sign of it in the satellite photo of Google Earth.

Snow falls softly when we light the fire at 16h. We prepare a tea to warm us.

The night is cold and long. The two sleeping bags have been linked together. But the cold awakes us regularly.

• On October 13, the 6th day, the arrival altitude: 3954m

The sun rises at about 5: 30. The tent walls are lined with a thick layer of ice from our breaths. It falls in fine particles on our frozen faces.

The sky is completely clear and we can now see a dome of the Nanda Devi, standing as an invitation. I scrape the ice to avoid its melting with the heat of the sun coming. We rekindle the fire for breakfast (muesli and cappuccino galore!)

We are not starting before 8: 25 because storing the package took time. The path on the right bank we could also theoretically take seems more direct but also more dangerous with unstable screes. We don’t regret our choice: our way is very steep but correctly marked.

The snow appears on the trail. We see a lot of traces of a big plantigrade. They are as wide as my shoe print and twice shorter. Sylvie is afraid and wants already to go back. We have a strong feeling of isolation here. In the description of the area, I only read the presence of the snow leopard, harmless and endangered. It seems to be from a biped. It should not be a bear because we do not see a trace of claws. It would thus be a child yeti? Sylvie is not more reassured, but we continue.

Meanwhile, the clouds collect on the Nanda Devi massif. We arrive at 12: 15 on the plateau overlooking the Nanda Devi’s glacier. At its limit, an avalanche trail dug deep furrows, difficult, maybe impossible to cross with our backpacks. We decide to stop there. We are 1 km from the base camp.

We set up the tent in the last groves of rhododendron (30 ° 23’28 .78 « N, 80 ° 7’1 .81 » E). It must be beautiful in the spring. Dead wood is abundant and we have no difficulty in raising enough to protect us from the cold and for the cookery. We get the snow with a spoon to melt it because there are no water sources here.

The night will be difficult with our not too suitable equipments. I have 6 superimposed clothes layers. We are trying to protect us with survival aluminized blankets. Nevertheless, we shiver all night!

• On October 14, the 7th day arrival altitude: 3186m

The wake up around 5:30 rewards us for our efforts: Nanda Devi is revealed in a clear sky at daybreak. It occurs first in shades of gray and dark blue then domes become golden in the early sunlight. Finally, masses glitter with contrasts of white, gold, blue and black. We are stunned by this so awaited show. Breakfast will wait! We are rewarded a hundredfold for efforts of previous days and nights.

We leave at 9am to Ganghar. We decide not to continue to Pachhu then to Milam glacier because we think we have sufficiently suffered from cold. We have fully filled our main objective by camping at the foot of Nanda Devi. We strive for a minimum of comfort for us to recover from the ordeal. We miss a step adventure on tracks that may be erased, and on crossing a glacier that may be impossible but certainly for new incomparable shows. This is certainly what is called wisdom. Revising our agenda allows us a day of rest in Almora.

The equipment is essential to advance properly at high altitudes. We will review uncompromising before the next trek, probably to the Makalu base camp. We have to resolve the paradox between the weight and the quality.

The view is much clearer than yesterday and Nanda follows us down.

The arrival at 11: 25 allows us to wash in the site of the former camp and lunch quietly. We have still in profusion valuable Bayonne ham, chocolate and Aldi’s Comté. We lack a bit of bread. It is a strange feeling to be alone at the heart of this abandoned village, to be for a few hours its only inhabitants.

We choose the low road rather than the high one where we were a bit lost on the way. The path is clearly crossed by a few stones, indicating a dead end. We hope to overcome difficulties because we are lighter than convoys of mules!  All goes well until the track disappears into the void. We decide nevertheless to go on. Letting our bags, we go sticking to the wall. The exercise is relatively perilous. Sylvie goes to a wrong point at some moment and difficultly turns back.

The rope is a very useful element in this trek!

A truck strangely crashed into the ravine while there appears to be no road … Is the military’s intention to make a road, but to where? There is nothing strategic in the region unless to reopen the border with Tibet and seeming India’s irreducible enemy China.

We arrive at Burphu that seems dead city but we are soon taken over by one of the few people who leads us into his home. He offers a very clean room for 100RS in its traditional house. Lila, his wife is a fine cook and both are very welcoming. They count on us to advertise, what we will surely do! (Their coordinates: 30 ° 22’2 .29 « N – 80 ° 11’1 .72 » E)

They descend to Munsyari for 6 winter months, on November 10. They will return to Burphu in April.

It is in the course of this month a trek can arranged, well before the first monsoon rains. It is good to know!

Warning: in many guesthouses, there is no blanket. Even without the intention of camping, it is important to travel with a good sleeping bag.

• On October 15, the 8th day, arrival altitude: 2653m

We start at 8: 15 after a breakfast of roti (chapati with butter) well watered with tchai. Lila has prepared four chapattis for our lunch without being asked. We reach the river outside the village for our toilet because the water is supplied by jerry cans in homes.

The road becomes more difficult because of the ups and downs bypassing frequent landslides in the hills in the valley becoming very deep. In fact, the path becomes longer and more difficult with time. The several thousand year old Milam trade track degrades over time. If the military road is built, there will be no problem but the reason for the trek will disappear at the same time!

We have lunch with ending ham and Comté. The weather is beautiful up to 15 – 16h then a few raindrops announce the bad weather. Fatigue is feeling when we come to the great place planned for a camp when going up. Sylvie wants to continue arguing she remembers a shack at a short distance. I follow her, reluctantly. We arrive quickly but I don’t find the place very nice: there are rats, numerous empty liquor bottles and a big ax laid down. We put our bags and Sylvie begins installing the mattress on the loose boards. I convince her with difficulty to go back to our last night in the tent. (30 ° 14’8 .79 « N – 80 ° 12’57 .04 » E)

But night falls quickly and we set the tent in the dark. I found plenty of wood carted by the Gori Ganga but it’s now too dangerous to take water in it. I build the fireplace in a corner to be not too visible because we are totally alone and I stay impressed with the big ax.

it is 10 °C higher than in Burphu here.  The heat of the fire penetrates us enough for a comfortable dinner. We go to bed at 19: 30, crushed and fascinated by the verticality of the place.

• On October 16, the 9th day, the arrival altitude: 2450m

I wake up with the sunrise but I stay in my bag, hoping the arrival of the sun as it blows a cold wind outside. It seems that it will never come to the camp instead. I finally go to start the fire and prepare breakfast. I get turbid water in the Gori Ganga.

The water is really cold. Fortunately, the sun has come and I dry myself with delight on the burning sand. We enjoy the spectacular sight of these gigantic mountains licked by the sun, these corridors dug by the hand of man since immemorial times. Everything seems simultaneously massive and domesticated here, created by giants. We find here and there delicious raspberries that bring us vitamins that we lacked since several days.

We don’t leave before about 10:40, our record: we are close to Boudiyar where we will stop for the next night. We walk to a lighter step and jump from stone to stone rather than stumble over them. Is it because habit taken on chaotic paths or lightweight bags?

We reach Boudiyar by browsing 3 km an hour. A few drops of rain begin to fall when we find our favorite restaurant. We also find our bag. We will give much of the food because these provisions are useless in Munsyari and more in France!

Sylvie invents the world’s smallest pocket Rumikub by cutting squares of paper from her notebook. We will spend very good afternoons’ ends with this game!

We reach the kitchen just after two Rumi parties to warm the fireside. We are not the first.We spend a great evening with the mule owners with a meal of rice, vegetables (sibzi for Turkish sebze surely!) and dal with a very little local alcohol to avoid headache. The atmosphere is cozy. We are lulled by the gentle and joyful conversations that we do not understand a word. When I wake up, I stagger, and this time, it’s not caused by forced marches.

On October 17, the 10th day, arrival altitude: 1699m

The alarm rings at 6: 00 but it’s a good half hour that we were awakened by mule owners commanding loudly their animals. We start at 8h under a perfectly blue sky but it will take a long time to be warmed by the first rays of the sun.

Sylvie falls at the third running hour. Tired, she did not see that there was a vacuum along the path overlooking the ground of more than one meter. She falls into the loose soil and is more scared than hurt. She could kill herself. This is the second fall in the trek.

Shortly after, we see beautiful white gray monkeys clinging to the mountain wall. This is not a mirage, we really join the tropic regions. We decide to stop for lunch in their company, near a hut where a grumbling boy serves us tchai. We meet the second tourists group from the beginning of the trek, three Anglo-Saxon women accompanied by their guide. We will see their carriers following with a heavy caravan of mules. (We also met a couple to go traveling our way up to Martoli). We are far from the valley of Kumbu’s congestions of trekkers!

We arrive at about 15: 30 to Milam government guesthouse which is already closed for winter. An inhabitant offers us a nice room (285Rs) and food. We sleep well but are awakened by repeated blows in the door at 2am. No voice. I dreamed? I imagine a thief trying to enter into our room. Then footsteps spread on the roof. This is surely a monkey or a (very) large rodent. Sylvie, courageous, finally sent a furious blow with a stick in the ceiling. The individual flees without asking for his rest.

• On October 18, the 11th day, the arrival altitude: 2157m

Breakfast consists of delicious potato chips with chapattis and tchai. It cost us 250Rs for dinner and breakfast.

The last part of our journey consists as usual of steep ascents and descents which make pester Sylvie. We ask people we meet near a bridge, from which the deviation starts towards Darkot. All show a narrow path, impassable with mules. At some places, It is necessary to undo bags and use our hands. We will never understand where begins and ends officially the Milam path!

We are overtaken by a group of men. They seem to wait for us on an overhang. We imagine that we will need the complete day to reach Munsyari because we do not see the end of this steep path and we are not heading to Darkot, according to the GPS.

The group does not wait for us. They wait for a vehicle! We come on a rough track. We believe that we may have arrived at a place where jeeps can pass. An old lady with her daughter also seems to wait. We sit shortly before seeing a jeep loaded with many packages and an iron sedan chair on the roof rack.

The men take the parcels from the jeep. Among them, I see bottles of whiskey. The evenings are long in winter. We imagine that the sedan chair will serve to take down to the valley the old woman. This possibility suit us well because everyone could not enter in the jeep! But men seem to reject the option of sedan chair and begin to link pieces of bamboo. Grandmother will go down on a bamboo chair! The driver tells that he will take us to Munsyari. We load the bags on the roof after the sedan chair was relocated there.

The group takes from the jeep a last heavy package they install with difficulty in the bamboos. They say it is a « mantar ». We understand that this is a votive stone they want to take down into the valley. The grandmother will have both feet to follow!

Unfortunately, we do not have time to see our crew moving off as our driver has other races in perspective.

Here ends our trek to the valley of Milam.

We skim campaign to pick up passengers before joining Munsyari

Munsyari seems very noisy after the quietness of the mountain. After lunch at our Pandey Lodge hotel, we look for solutions to reach Almora, a small famous resort town in the foothills of the Himalayas between Munsyari and Haldwani.

The son of the boss find a jeep for us (350Rs * 2) in the evening. The hotel is not heated and we take our dinner in the cold, condemning the gate so that it does not open with the air currents caused by the icy wind. The Chicken curry warms us a little bit.

• October 19,

The alarm rings at 5: 30. Our bags are ready. We take our breakfast at 5: 50, only with toast and tchai because of the early hour. The taxi takes us to 6:20. We travel with a young Indian couple on holiday. They are editors in Mumbai and have abandoned their work to visit India as they have enough resources. This is the emerging indian middle class!

There are not enough travelers to pick up on the road and the driver must stop halfway for us to take another taxi. It becomes a habit! We have time and we enjoy fully the bucolic scenery during the pause imposed by the waiting. Everything is quiet and charming after the immense mineral of Nanda Devi range. Nanda Devi always follows us in our descent. We arrived around 15h in Almora. The jeep drop us because it continues further, probably to Haldwani. We pay 700Rs agreed with the first driver.

We go to the uptown as we were advised to find a hotel. We find a very nice one in the Lala Bazar (Ban Sal Hotel 500Rs 29 ° 35’56 .36 « N – 79 ° 39’34 .80 » E). In this district, the worlds of Islam and Hinduism are forced to live side by side. The marriage is not a love one apparently: when I salute an imam in his mosque by joining my hands on the chest as it is customary in India, he greets me with a very dry tone.

We only tame the city when we find a bar. It is tucked away in a side street. Only men are walking in these places and the owner of the hotel asks me to go there alone. He is unfamiliar with the character of Sylvie who goes with determination with me! (375ml of McDowell Indian 220Rs, very nice, a bit sweeter than Scotch whiskies)

• On October 20

We quickly make our last laundry. We head with GPS in the direction of the Nanda Devi hidden by the hill overlooking the city. We would like to say goodbye before joining the dreary plain. We take streets and tracks that lead us directly into a park where Nanda Devi discovers his massives floating in the sky through the pine forest. We must cross a fence with barbed wire surrounding a military place to raise enough. (29 ° 37’13 .85 « N – 79 ° 40’39 .80 » E). On this promontory, the view is superb. It is a tribute as it has to be to this mountain that made us suffer a few and dream so much.

After a lunch of momos, we go to the bus stand, fortunately close to the hotel. A bus leaves Delhi every morning at 7:00. We are happy to make the journey in one shot.

We visit this lovely and colorful town where the monkeys took their neighborhoods. We buy two indian outfits for Sylvie, a tablet for chapattis (90Rs) for exotic meals in Thimécourt and a cheap pair of sneakers (200Rs) for me but as we discover in France, both feet are the same!

• On October 21

The alarm rings at 5: 30 and the owner brings us breakfast in our room at 5: 50. What kindness!

When we arrive at the bus stand at 6: 20 bus has not yet arrived. Here’s one that comes at 6: 30 and as I ask the driver if it goes to Delhi, he looks at me like I was a Martian and shows me the sign on the windscreen, written in Hindi. « Obviously, it goes to Delhi!

The journey (331Rs * 2) is very long, especially on the first part of the journey. The kilometers indicated by the GPS are also bird km but this time not because of the numerous deviations but because of traffic jams. The bus rubs with handcarts as well as donkeys and pedestrians. It will just take 12 hours for the 330km to the station of Ghaziabad. The train does not go much faster but it is a much better way for legs to travel when it is not crowded.

The metro would allow us to go to Pahar Ganj but we prefer rickshaw (200Rs) to get some air.

A reel brings us into a decent hotel (600Rs). We find the famous kingfisher and fries in Main Bazar bars. Civilization is not so bad.

In Main Bazar, enter the first bar from NDRS to the left rather than in the second a little further on the right. The staff is nicer, better food and cheaper beer!

• October 22

This time we are woke up at 5am by incantations and ringing of bells from a nearby Hindu temple. Religions are at joy in expressing their rites and Hinduism beats Islam by their durations!

We are looking for a restaurant at 8am for breakfast. We waste our time. The neighborhood is still asleep, as if he had a hangover. We are far from mountains where life begins with and sometimes before sunrise. We head to a small eatery just steps from the hotel. The owner is very welcoming. He works with his father and his son. 4 buttered toast and tchai to 20RS for 7RS.

Sylvie doesn’t want to return to the Friday mosque because she received a stone the last time from a welcoming muslim. She has also to wear a hot synthetic djellabah. But the Friday Mosque is the most beautiful in the world with its white marbles and red sandstones. The brightness is also much better at the end of October. I propose, however, to Sylvie to organize ourselves another visit to complete our last day in India. A museum? Another monument? She cannot find anything to do and, finally, we left for the mosque. Ticket is now prohibitive (300Rs today for 100RS last year, free in 2000). But when you love it doesn’t count! Finally, as she is dressed with Indian clothes, the guards let her enter with no disguise!

We will then go shopping: a silver ring with a beautiful amethyst for Sylvie, jeans and a tea shirt for me. We find my usual patchouli supplier to whom we order his largest bottle (400Rs)

We take a great butter chicken for dinner (first bar) watered with abundant beer.


Trek de la vallée de Milam – Sur la piste du Nanda Devi

octobre 2012

  Lonely Planet affirme que ce trek est difficile. Lorsqu’on étudie les cartes et la topographie, on peut s’en étonner: les dénivelés moyens sont peu importants ainsi que l’altitude maximum (4000m environ). En effet, beaucoup de ballades en montagne nous amènent à des altitudes supérieures à 5000m. Comme nous le verrons, LP ne se trompe pourtant pas. Ce trek de six jours au minimum et auquel nous avons consacré le double de temps devient parfois un véritable enfer: pistes effondrées et déviées, roches en équilibre instable et tapis de pierres disjointes auxquelles on essaie de préférer les bas côtés, lorsqu’il y en a, pour éviter de se tordre les chevilles…

Notre objectif: Il est d’approcher au plus près ce monstre qu’est le Nanda Devi, montagne sacrée de 7811 m en rejoignant un de ses camps de base à l’est de son sommet. Un objectif annexe est de traverser le glacier de Milam par sa rive gauche avant de retourner dans la basse vallée.

Contexte: Voyager léger pour être flexible est notre devise pour ce type de voyage. Eviter le poids de bagages excessifs tout en assurant un minimum d’autonomie pour être en plein au centre des évènements, quitte à prendre des risques. La période privilégiée est l’automne suivant la mousson d’été particulièrement longue et abondante cette année 2012 (on faisait état de glissements de terrains dus aux inondations dans la plaine à la mi septembre). Le mois d’octobre est aussi le mois des migrations des habitants de la haute vallée. Comme plus aucune activité pastorale n’est alors possible et puisque la route commerciale passant par Milam a été abandonnée en 1962, la haute vallée se vide de  ses habitants pour les six mois d’hiver. Beaucoup de villages sont ainsi temporairement totalement abandonnés.

Préparation: ce trek est dans nos têtes depuis plusieurs années car la plage de temps où il est rendu possible avec un temps suffisamment dégagé est très étroite, de fin septembre à fin octobre. Nous avons utilisé Google Earth, Lonely Planet et le forum de Lonely Planet, très utile.  Nous n’avons pas trouvé de carte valable sur Paris car cette région est pratiquement inconnue. La précision des photos satellite nous a paru suffisante pour créer un itinéraire balisé à l’aide du GPS. Comme nous le verrons, cette préparation s’est avérée  incertaine du fait d’éboulements récents ayant modifié les implantations du chemin sur parfois plusieurs kilomètres. Il faut enregistrer chaque jour le trajet afin de conserver les distances journalières parcourues. Cela n’a pas été fait cette fois-ci. Cette année, nous n’avons pas accompli de préparation physique particulière en dehors du jogging, de la marche et de la natation. Nous sommes en bonne condition physique avant de partir. Sylvie est un peu fatiguée.

Sac à dos: les poids initiaux sont de 16 et 14 kg comprenant en particulier une tente 2 place de 1.5kg, deux sacs de couchage -9°C soi disant « confort » de 1.5kg chacun et des vivres pour 5 jours au moins incluant jambon séché, semoule, saucisson, comté, chocolat, café soluble, fruits séchés pour 4 kg. Ils sont trop lourds. Il nous faudra réduire leurs poids pour les prochaines expéditions.

Accès à la Vallée de Milam: La première partie à a été effectuée avec Air India de Paris à Delhi 22:30 – 9:30. Les vols avec cette compagnie sont toujours agréables et ponctuels pour l’instant, avec des tarifs compétitifs. Que demander de plus? Le train au départ de Old Delhi à 16 :00 est une bonne alternative pour éviter le bus de nuit partant de Ghaziabad le soir vers 22 :30. Arrêt après 7h de trajet à Haldwani où se trouve la gare de bus et de jeeps. Les jeeps sont un mode assez flexible pour se rendre à Munsyari à partir de Haldwani. Il ne semble pas possible de s’y rendre directement. Un ou deux changements sur la route sont sûrement nécessaires. Sans perdre beaucoup de temps, nous avons mis 38h pour atteindre Munsyari à partir de Paris.

Le voyage et le trek au jour le jour

  • Le 6 octobre:

Nous avons beau avoir l’habitude de circuler dans cette mégapole, nous nous faisons toujours dépasser par les évènements. Ainsi, c’est dans la bouche d’accès au nouveau métro que nous apprenons qu’il est fermé pour maintenance. Il le sera aussi à notre retour, plus de 2 semaines après. C’est étonnant de voir un si récent ouvrage paralysé de cette manière. Nous arrivons à New Delhi Railway Station vers 11h pour acheter des billets de train ND – Haldwani. En effet, il existe un bureau spécial à NDRS pour les touristes et des billets sont délivrés sur des quotas spécifiques. Nous savons qu’un train part à 16:00 mais la réservation en France sur le site internet est rendue impossible du fait qu’il faut donner un n° de téléphone indien! En arrivant, on nous dit que le bureau a été déplacé sur Connaught Square et nous le croyons bêtement. Il faut dire que nous essuyons la fatigue d’une nuit blanche. En réalité nous sommes emmenés dans une agence de tourisme. L’heure perdue nous empêchera de réserver nos places car le délai minimum est de 4 heures avant le départ du train. Il est bon par ailleurs de prévoir une attente d’au moins une heure car la file d’attente est longue. Nous changeons des euros dans Main Bazar Street afin de ne pas être coincé dans les villages de montagne où nos monnaies occidentales doivent faire l’effet de billets de Monopoly. Sauf si cela est vraiment nécessaire, il ne faut  jamais changer à l’aéroport car le change vous fera perdre 6% de la valeur. Nous filons à Old Delhi Railway Station en pensant prendre un bus de nuit (Ghaziabad) si nous n’arrivons pas à réserver directement nos places sur place. Là, nous achetons nos billets pour 136Rs/billet soit moins de 2€ pour 7 heures de train. Il y a un McDo à ODRS. Ce n’est pas que j’aime ce type de restau habituellement mais nous sommes trop heureux d’éviter la nourriture très épicée à laquelle il sera bien temps de s’y habituer par la suite.

Le train part à l’heure et nous sommes montés dans une voiture au hasard. Les contrôleurs sont bienveillants et nous laissent nous asseoir à des places numérotées auxquelles nous n’avions pas droit. Mais comment savoir où aller quand rien n’est indiqué? Heureusement, pour une fois le train n’est pas bondé. Nous devons quand même laisser 6 fois nos places à des voyageurs en règle. La nuit est tombée depuis longtemps sur la campagne chaude et humide. J’ai acheté un coca frais que nous mélangeons discrètement au Ballantine acheté au duty free pour arroser notre pique nique dînatoire. Nous ne sentons plus la fatigue du voyage. Nous sentons seulement que notre nouvelle aventure commence bien… Nous arrivons à Haldwani à 22:30 comme prévu. Nous sommes à la frontière de la plaine et des premières collines, contrefort des Himalaya. C’est probablement pourquoi la ligne de chemin de fer ne va pas plus loin. Le taxi nous conduit en quelques minutes à la gare des bus et des jeeps. Malgré l’heure tardive, nous sommes tout de suite abordés par des rabatteurs. L’un d’eux nous conduit vers le chauffeur d’une jeep qui part juste pour Munsyari. Des clients attendent déjà. Ils sont heureux de voir de nouveaux passagers car ils ne partiront que lorsque la voiture sera pleine. Nous ne tardons pas et nous nous engageons dans les premiers lacets sans voir grand chose. Serrés à quatre sur une des 2 banquettes arrière il nous sera impossible de dormir lors de cette seconde nuit du voyage.

  • le 7 octobre:

Nous sommes toujours en forme et de bonne humeur lorsque le soleil se lève et rosit la campagne tropicale que nous traversons. Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois pour prendre  un tchai réconfortant dans une échoppe au bord de la route. Nous somnolons lorsque la jeep s’arrête vers 8:30. Sommes nous déjà à Munsyari? Le chauffeur nous détrompe. Nous sommes à Thal à 70km de Munsyari. Pourtant, il n’ira pas plus loin. Il nous invite à monter dans une nouvelle jeep dont le chauffeur nous dit qu’elle part à 10h pour notre destination finale. Il nous fait payer sa part, 650Rs sur les 900 qu’il demandait au départ. A 10:00 aucun nouveau client ne s’est présenté. Je sens mal la situation. Nous avons vraiment besoin de nous poser. Je négocie avec lui le prix d’un départ immédiat. 1200Rs. Quel luxe! Nous voilà repartis, chacun couché sur sa banquette. Nous ne tardons pas à nous endormir, non sans mauvaise conscience en voyant les trois passagers entassés à côté du chauffeur…

 

L’air devient plus frais et nous voyons apparaître les premiers pics enneigés.  Nous arrivons vers 13:00. Nous cherchons un hôtel en arpentant le gros village qu’est Munsyari.  C’est pourtant à côté de la gare que nous trouverons le meilleur (350Rs) le Pandet Lodge avec une vue splendide su r le massif du Panchachuli de la grande baie vitrée de la chambre.             

Le patron nous apprend qu’il n’y a plus de demande de permis à effectuer à la gendarmerie. Une simple déclaration doit être faite.Nous l’effectuons à la caserne qui se situe à peu de centaines de mètres de l’hôtel après un déjeuner d’omelette de riz de coca et de thé en 5 minutes. Nous sommes pourtant un dimanche !

  • Le 8 octobre : 1er jour de Munsyari (2157m) à Lilam (1634m)

Le soleil se lève vers 6 :30 sur les massifs vierges de nuages. Une légère brume couvre les vallées et marque les premiers rayons du soleil. Nous avons préparé un paquetage d’affaires inutiles pour le trek que nous laisserons à l’hôtel pour ne pas alourdir inutilement nos sacs à dos. Après un petit déjeuner copieux nous partons à 8:00. Nous en profitons pour acheter une lampe de poche (80rs) car j’ai cassé la mienne pendant le voyage. Nous avons décidé de partir à pied de Munsyari car il n’y a que 4.5km jusqu’à l’entrée du chemin. Une petite marche supplémentaire pour éviter la recherche d’un transport et des attentes non maîtrisées… Les points sont scrupuleusement consignés dans le GPS et nous suivons notre itinéraire sans difficulté. Le chemin en descente croise souvent la route bitumée en lacet. Une femme nous arrête en nous disant que le chemin de Milam n’est pas dans la direction que nous prenons et qu’il est en surplomb. Nous ne la croyons pas car le GPS est formel dans ses indications. Ce doit être une conspiration pour nous faire prendre un guide!

Vers 13:00, je pars explorer les pentes en hauteurs car le chemin s’est réduit et ne se distingue que par intermittence. Nous sommes inquiets. Je ne trouve rien et je reviens fatigué. Après un pique nique rapide,  je tombe, emporté par le poids du sac auquel je ne suis pas encore habitué. Je m’en sors avec un œil au beurre noir qui ne me quittera pas du voyage. Le poignet gauche est aussi un peu douloureux mais rien n’est cassé.

Nous continuons jusqu’à nous heurter à un énorme cône d’éboulis sous lequel disparaît le chemin. Les blocs de pierres sont instables et trouvent leur source à des centaines de mètres au dessus de nous. Nous choisissons d’explorer la zone sans le sac car nous nous voyons mal rebrousser chemin. Rien n’indique un chemin en surplomb. La journée serait pratiquement perdue. La progression, même sans le sac, est mal aisée. J’ai laissé Sylvie et je me retrouve face à une paroi verticale de la montagne dans laquelle je retrouve le chemin creusé en galerie. De l’autre côté, un nouveau cône d’éboulis nous attend.

A mon retour nous décidons cependant de tenter notre chance. L’avance est lente et précautionneuse. Chaque pierre peut être un piège. Nous retrouvons le chemin vers 16h à deux km de  Lilam, bordé de quelques maisons habitées. Ce hameau est devenu un cul de sac et les habitants nous regardent, étonnés et compatissants.  Les montées sont de plus en plus raides mais nous sommes rassurés. Nous n’arrivons qu’à 17:30, épuisés et incapables même de pénétrer dans le village, nous nous installons dans la première auberge qui borde le chemin. L’eau coule à profusion du rocher et nos toilettes à l’eau glacée nous procurent un bien être réparateur. A noter que Sylvie sera victime d’une sangsue gourmande. Notre mésaventure est une sérieuse mise en garde : la préparation à distance, aussi précise soit elle ne peut pas remplacer la recherche d’informations locales avant de partir. Le propriétaire de l’auberge nous fait un bon diner de chapatis  omelette et tchai arrosé d’un peu d’alcool local. Nous nous couchons vers 19h. Nous calerons nos rythmes de vie dorénavant sur le lever et le coucher du soleil car il n’y a pas grand-chose à faire dans le noir et il faut profiter des premières heures du jour, toujours plus limpides. L’usage de sacs et tapis de couchage est pratiquement indispensable car le lit est un ensemble de planches. Nous dormons profondément.

  • Le 9 octobre 2ème jour de Lilam aux approches de Bodiar (2322m)

Après pratiquement 13 heures de sommeil, nos corps n’ont pas oublié les efforts insensés de la veille. Lorsque nous voulons nous lever, nos jambes refusent tout effort et nous titubons pendant plusieurs minutes avant de pouvoir nous déplacer et sortir de notre gourbi de chambre. Il faudra 2 jours encore à nos corps avant qu’ils ne s’habituent aux exigences du trek. Il est 8 :00. Le ciel est bleu, parsemé de nuages. Nous ne partons que vers 10 :00 après un petit déjeuner (tchai, omelette et chapatis) . Nous doublons le village de Milam assez rapidement. Si le GPS nous indique une petite promenade de 12 km, la vraie vie nous apprendra que le double environ doit être réellement effectué, dans des conditions difficiles. En effet, les éboulements fréquents dus au grand encaissement de la vallée continuent de détruire de grandes portions du chemin. Ils sont le plus souvent déviés par des montées et descentes brutales et grossières passant sur les parties encore stable de la montagne.

La notion de kilomètre d’oiseau voit ainsi le jour. Et nous voudrions être des oiseaux pour éviter les ascensions inutiles nécessitant parfois l’usage de nos mains pour nous hisser ! Le départ tardif et les déviations nous empêchent d’arriver avant la nuit à Boudiyar. La pluie menace et nous nous arrêtons en surplomb de la Gori Ganga dans un lieu un peu abrité du vent qui s’est levé et nous refroidit. Les premières gouttes font leur apparition quand nous avons fini de monter la tente dans une cavité de la paroi. J’ai juste le temps de descendre chercher 2 litres d’eau dans le torrent, nécessaires au repas et à un semblant de toilette.

Le bois n’a pas manqué pour le feu. La pluie a redoublé pendant le repas (semoule de saucisson et sucreries). Nous nous apercevons en nous couchant que les coutures de la tente ne sont plus étanches. L’eau perle à l’intérieur et le pantalon de Sylvie s’est transformé en serpillère. Les sacs et les chaussures sont protégés par leurs bâches à l’extérieur. La pluie, heureusement s’arrête vers 22h. Les boules Quies viennent à bout du grondement du torrent, du tonnerre et du clapotis de la pluie sur la tente.

  • Le 10 octobre 3ème jour, jusqu’à Bodiar (2450m)

On se lève à 8 :00. Le ciel s’est lavé de tous ses nuages pendant la nuit. Ce sera une journée de repos car nous sommes proches de Boudiyar. Nous prenons le temps de sécher les affaires au soleil et profiter du paysage.

Nous arrivons au village après une heure de marche. Nous allons directement à la caserne positionnée à son entrée. Nous sommes bien accueillis car on nous offre des sièges et de l’eau. La procédure semble peu mise en œuvre ou très récente car les militaires sont hésitants. Il faut dire aussi qu’il y a si peu d’étrangers sur le chemin : je relève sur le registre un passage par jour sur les dernières semaines. Nous sommes loin en tous cas des enregistrements obligatoires avec photocopie de passeports et confiscation annoncée des appareils photos (j’avais pris un appareil photo supplémentaire pour le cas où…) Il faudra enquêter pour savoir si les assouplissements réglementant le trekking touchent aussi le Sikkim car cette région nous est fermée aux dernières nouvelles (obligation de passer par une agence officielle, guide obligatoire donc nombreux porteurs etc.) Il n’y a qu’un hôtel ouvert à Boudiyar, rustique et cher (285Rs) mais le responsable du restau est très sympa. Nous passons l’après midi à nous dorer au soleil sur la pelouse. Nous faisons notre première lessive à l’eau du torrent.

La soirée est exquise avec les muletiers qui tentent de nous souler à l’alcool local. Je vide le fond de leur jerrican crasseux en fumant un divin bidi : il n’y aura pas de cuite mais une sacrée migraine dans la nuit ! (mon cœur bat très lentement bizarrement à 50 – 60)

  • Le 11 octobre 4ème jour, de Bodiar à Raikot (3128m)

Le réveil nous sort du lit à 6 :30. Cela fait bien longtemps que le trafic bruyant des muletiers a commencé sur le chemin séparant l’hôtel du restau. Nous laissons 4 kg de bagages à l’utilité limitée dont 500g de semoule et les livres. Nous espérons ainsi être un peu plus à l’aise dans les prochaines montées. Le gardien nous demande 300rs que nous négocions à 100Rs. Nous avons encore 5 jours d’autonomie, ce qui est plus que suffisant. IL est impératif pour gagner du poids d’être plus précis dans la confection des menus pour nos prochaines expéditions. Les muletiers nous proposent par l’intermédiaire du responsable du restau de prendre nos sacs pour les laisser à Rilkot pour 300Rs. Nous refusons. Nous verrons bien jusqu’où nous pouvons aller par nos propres moyens ! Il fait très beau temps et nous marchons beaucoup mieux. Nous ouvrons religieusement le jambon de Bayonne et le comté pour le déjeuner dans une auberge où nous commandons du tchai. Ils seront dégustés avec les 5 chapatis emportés de Boudiyar.

Nous passons par des gorges extraordinaires laissant place à un emplacement idéal pour camper (30°14’8.79″N –  80°12’57.04″E). Nous nous y arrêterons pour la nuit au retour si cela est possible.

L’environnement a changé, passant des de la végétation tropicale aux conifères et aux pâturages lorsque nous arrivons à Railkot vers 16h.

Railkot est abandonnée de la plupart de ses habitants, définitivement ou pour la période hivernale. Deux familles sur trois sont déjà descendues. Nous avons la chance de trouver une maison pour nous nourrir (riz dal légumes) et nous héberger dans le grenier avec un vieil indien et quelques grosses souris qui s’en prennent à nos sacs à dos. Coucher à 19h 19:30.

  • Le 12 octobre 5ème jour, de Raikot à Ganghar (3416m)

 

Nous nous réveillons naturellement à 5 :30. Nous sommes maintenant bien en phase avec le soleil. On ne veut pas trop nous servir de chapatis pour le petit déjeuner. Ce sera donc du Maggi. Il faut être adaptatifs ! On part à 7 :15 sans avoir pu faire un brin de toilette : il n’y a pas d’eau. Nous corisons une des nombreuses familles qui vont s’établir dans la basse vallée pendant l’hiver. Qui restera-t-il quand nous arriverons en haut ?

Le chemin est devenu excellent car la vallée s’élargie mais le ciel nous inquiète. Les nuages s’amoncèlent rapidement sur les massifs au nord. Nous croisons même un bulldozer ! C’est surprenant et il faut croire que les autorités locales veulent transformer la piste muletière en route carrossable ?

Le soleil ne suffit plus à nous réchauffer lorsque nous sommes à l’arrêt. Au niveau de Burphu vers 10 :30  nous déjeunons dans une petite auberge sympathique. C’est notre dernier point civilisé car nous allons nous séparer de la route principale passant sur la rive gauche de la Gori Ganga en restant sur sa rive droite pour rejoindre la vallée du glacier de Pachhu.

En partant, l’aubergiste nous poursuit car il a peur que nous nous soyons trompés !

On se perd un peu dans les champs mais nous arrivons à Ganghar face à Pachhu vers 15h après avoir traversé deux villages abandonnés aux maisons murées. Le mauvais temps sévit dans la basse vallée et le vent glacé nous transperce. Le village est totalement abandonné de ses habitants comme nous l‘avions prévu. Nous nous installons dans ce qui peut être qualifié  de place centrale (30°24’2.38″N –  80° 9’15.00″E). L’eau coule d’un robinet dans une petite fontaine. C’est bien pratique.

DSCF9087

Nous cherchons du bois pour le feu et nous installons le foyer dans un petit bâtiment de pierre pour nous abriter du vent. Le bois ne manque pas. Les charpentes écroulées nous fournissent des branches de bouleau bien sèches.

Nous partons ensuite en exploration pour trouver l’entrée du chemin qui doit nous conduire demain au camp de base du Nanda Devi. Nous le trouvons sans difficulté derrière un petit temple. C’est un soulagement car nous n’en avions trouvé aucun signe sur la photo satellite de Google Earth. Il neigeote quand nous allumons le feu vers 16h. Nous préparons un thé pour nous réchauffer.

La nuit sera froide et longue à n’en plus finir. Les deux sacs de couchages ont été liés ensemble. Mais le froid nous réveille régulièrement.

  • Le 13 octobre 6ème jour, de Ganghar au Camp de base du Nanda Devi (3954m)

Le soleil se lève vers 5 :30. Les parois de la tente sont tapissées d’une bonne couche de glace provenant de nos respirations. Il en tombe de fines particules que nous sentons sur nos visages. Le ciel est complètement dégagé et nous pouvons maintenant apercevoir un dôme du Nanda Devi se dressant comme une invitation. Je gratte la glace pour éviter qu’elle ne fonde bientôt avec la chaleur du soleil. Nous rallumons le feu pour le petit déjeuner (muesli et capuccino à gogo)

Nous ne partons qu’à 8 :25 car le rangement du paquetage a pris du temps. Le chemin de la rive droite que nous pouvions aussi théoriquement emprunter est plus direct mais nous semble plus dangereux à distance en passant dans des éboulis instables. Les montées de notre chemin sont fort raides mais bien marquées. Nous ne regrettons pas notre choix.

La neige apparaît sur le sentier. Les traces très précises d’un plantigrade y sont inscrites. Elles sont aussi larges que mon empreinte de chaussure et deux fois moins longues. Sylvie a peur et veut déjà redescendre. Nous avons un sentiment de fort isolement ici. Dans la bibliographie de la région, je n’ai retenu que la présence de léopards des neiges, peu visibles et en voie de disparition. Il semble que ce soit un bipède. Il ne devrait pas s’agir d’un ours car on ne voit pas de trace de griffes. Il s’agirait donc d’un enfant yéti ? Sylvie n’est pas plus rassurée mais nous continuons .

Pendant ce temps, les nuages s’agglutinent sur le massif du Nanda Devi. Nous arrivons à 12 :15 sur le plateau qui domine le glacier du Nanda Devi.

A sa limite, une traînée d’avalanche a creusé de profonds sillons difficilement franchissables avec nos sacs à dos. Nous décidons de ne pas aller plus loin. Nous sommes à 1 km d’oiseau du camp de base.

Nous installons la tente dans les derniers bosquets de rhododendron (30°23’28.78″N- 80° 7’1.81″E). Ce doit être magnifique au printemps. Le bois mort est abondant et nous n’avons pas de difficulté à en amasser suffisamment pour nous protéger du froid et pour la cuisine. Nous récupérons la neige à la cuillère pour la faire fondre car il n’y a pas de sources à cet endroit. La nuit sera difficile avec un équipement trop peu adapté au froid. J’ai 6 couches de vêtements superposées. Nous tentons de nous protéger avec les couvertures de survie  mais rien n’y fait, nous frissonnerons toute la nuit !

  • Le 14 octobre 7ème jour de NDBC à Burphu (3186m)

Le réveil vers 5:30 nous récompense de nos efforts : le Nanda Devi se découvre à nous dans un ciel pur au jour naissant. Il surgit d’abord par nuances de gris et de bleus foncés Puis ses dômes se dorent aux premiers rayons du soleil.  Enfin les masses resplendissent dans des contrastes de blancs, ors, bleus et noirs. Nous restons médusés devant ce spectacle tant attendu. Le petit déjeuner attendra ! Nous sommes récompensés au centuple des efforts des jours et des nuits précédentes.

Nous partons à 9h vers Ganghar. Nous avons décidé de ne pas continuer vers Pachhu puis le glacier de Milam car nous estimons avoir trop souffert du froid. Nous avons rempli pleinement notre objectif en campant au pied du Nanda devi. Nous aspirons à un minimum de confort pour nous remettre de l’épreuve. Nous ratons une étape d’aventure sur des pistes peut être effacées, la traversée du glacier peut-être impossible et de nouveaux spectacles certainement incomparables. C’est certainement ce que l’on appelle la sagesse. La révision de notre agenda nous permet une journée de repos à Almora. L’équipement est essentiel pour avancer correctement  à haute altitude. Nous le réviserons sans concession avant le prochain trek, probablement pour le camp de base du Makalu. Il faudra résoudre le paradoxe opposant le poids à la qualité. La vue est beaucoup plus dégagée que la veille et le Nanda Devis nous accompagne longtemps dans la descente.

L’arrivée vers 11 :25 nous permet de nous laver sur le site de l’ancien campement et de déjeuner tranquillement. Il nous reste toujours les précieux jambon de Bayonne, Comté et chocolat noir Aldi. Nous manquons un peu de pain. C’est une impression bizarre de se retrouver seuls au cœur de ce village abandonné, d’en être pour quelques heures les seuls habitants.

Nous choisissons la voie basse plutôt que la voie haute où nous nous étions un peu égarés à l’aller. Le chemin est clairement barré de quelques pierres qui nous indiquent une voie sans issue. Nous espérons pouvoir surmonter les difficultés car nous sommes plus légers que les convois de mulets. Tout va bien jusqu’au moment où la piste disparaît dans le vide. Nous décidons, malgré tout, de passer en défaisant nos sacs et en nous collant à la paroi. L’exercice est relativement périlleux : Sylvie s’engage mal à un certain moment et peine à faire machine arrière.

La corde est un élément très utile dans ce trek ! Nous arrivons à Burphu qui nous semble ville morte. Un camion s’est bizarrement écrasé dans le ravin alors qu’il n’y semble pas y avoir de route… Les militaires ont bien l’intention d’en faire une mais pour aller où ? Il n’y a plus rien de stratégique dans la région, à moins de rouvrir la frontière avec le Tibet et la Chine colonisatrice, ennemie irréductible, semble-t-il, des indiens.

Mais nous sommes vite pris en main par un des rares habitants qui nous conduit dans sa maison et son échoppe. Il nous propose une chambre très propre à 100Rs dans sa maison traditionnelle. Lila, son épouse est une fine cuisinière et tous les deux sont vraiment très accueillants. Ils compteront sur nous pour leur faire de la publicité, ce que nous ne manqueront pas de faire ! (leurs coordonnées : 30°22’2.29″N – 80°11’1.72″E ) Attention : comme dans de nombreuses guesthouses, il n’y a pas de blanquette, il est important de voyager avec un bon sac de couchage même sans l’intention de camper. Ils descendent à Munsyari pour les 6 mois d’hiver, le 10 novembre. Ils remonteront à Burphu en avril. C’est donc dans le courant de ce mois que l’on peut organiser un trek, bien avant les premières pluies de mousson. C’est bon à savoir !

  • Le 15 octobre 8ème jour, de Burphu au campement près de Bodiar (2653m)

Nous partons à 8 :15 après un petit déjeuner de roti (chapatis beurré) bien arrosés de tchai. Lila nous a préparé 4 chapattis pour le déjeuner sans qu’on lui demande. Nous rejoignons le torrent à l’extérieur du village pour faire notre toilette car l’eau est apportée par jerricans dans les maisons. La route redevient plus difficile à cause des montées et descentes intempestives contournant les fréquents éboulements par les hauteurs dans la vallée à nouveau très encaissée. En fait le chemin devient de plus en plus long et difficile avec le temps. Le chemin commercial multimillénaire de Milam se dégrade au fil du temps. Si la route militaire se construit, il n’y aura plus de problème mais la raison d’être du trek disparaîtra en même temps !

Nous déjeunons en finissant le jambon et le comté.

Le temps reste beau jusque 15 – 16h puis quelques gouttes de pluie annoncent le mauvais temps. La fatigue se fait bien sentir quand nous arrivons au Lieu Merveilleux. Sylvie veut continuer en arguant qu’elle se rappelle un gourbi à peu de distance. Je la suis à contre cœur. Nous y arrivons effectivement rapidement mais je ne trouve pas le lieu très agréable : il y a des rats, de nombreuses bouteilles d’alcool vides et une grosse hache posée par terre. Nous déposons nos sacs et Sylvie commence à installer les matelas sur les planches disjointes.  J’arrive avec difficulté à la convaincre qu’il faut retourner à l’emplacement de rêve repéré à l’aller pour notre dernière nuit sous la tente. (30°14’8.79″N – 80°12’57.04″E) Mais la nuit tombe vite et nous plantons la tente dans la pénombre. Je trouve du bois en abondance charrié par la Gori Ganga. Je construis le foyer dans un recoin pour ne pas être trop visibles car nous sommes fort à découvert et la hache m’a impressionné.

Il fait bien 10°c de plus qu’à Burphu ici. Si nous n’avons pas vraiment chaud, la chaleur du feu nous pénètre suffisamment pour un diner confortable. Nous nous couchons à 19 :30, écrasés et fascinés par la verticalité du lieu.

  • Le 16 octobre 9ème jour, jusqu’à Bodiar (2450m)

Je me réveille avec le lever du jour mais j’attends longtemps dans mon duvet en espérant l’arrivée du soleil car il souffle un vent froid dehors. Il semble qu’il ne parviendra jamais au lieu du campement. Je sors pour allumer le feu et préparer le petit déjeuner. Je vais chercher l’eau dans la Gori Ganga.

J’y fais ma toilette. L’eau est vraiment glacée. Heureusement le soleil est de la partie et je me sèche avec volupté sur le sable fin déjà chaud. Nous profitons du spectacle extraordinaire de ces montagnes gigantesques léchées par le soleil, de ces couloirs creusés par la main de l’homme en des temps immémoriaux. Tout semble en même temps gigantesque et domestiqué ici. Nous trouvons ça et là des framboises délicieuses qui nous apportent les vitamines dont nous manquions depuis plusieurs jours. Nous ne partons que vers 10:40 notre record. Nous sommes proches de Boudiyar où nous nous arrêterons pour la prochaine nuit. Nous marchons d’un pas plus léger et nous sautons de pierre en pierre plutôt que de buter dessus. Est-ce l’habitude prise des chemins chaotiques ou le poids des sacs déchargés au fur et à mesure des leurs réserves de nourriture ?

Nous parvenons à Boudiyar en parcourant 3 km en une heure (TGV= Trekkeur Grande Vitesse). Quelques gouttes d’une pluie naissante  commencent à tomber quand nous retrouvons notre restau préféré. Nous retrouvons aussi notre sac. Nous laisserons une bonne part de la nourriture sur place car il est inutile de redescendre ces provisions à Munsyari et plus encore en France ! Sylvie invente le Rumikub de poche le plus petit du monde en découpant des carrés de papiers de son carnet. Nous passerons de très bonnes fins d’après midi avec ce jeu !

Nous rejoignons la cuisine rapidement après deux parties de Rumi pour nous réchauffer au coin de feu. Nous ne sommes pas les premiers. Nous passons une très bonne soirée avec les muletiers devant un repas de riz, de légumes (sibzi sûrement du turc sebze !) et de dal arrosé d’alcool local bu avec relative parcimonie pour éviter le mal de crâne. L’ambiance est feutrée. Nous sommes bercés par les douces et joyeuses conversations dont nous ne comprenons pas un mot. Quand je me lève, je titube et, cette fois, les marches forcées de notre périple n’y sont pour rien.

  • Le 17 octobre 10ème jour, de Bodiar à Lilam (1699m)

Le réveil sonne à 6 :00 mais cela fait bien une demi heure que les muletiers nous ont réveillés en commandant bruyamment leurs bêtes. Nous partons vers 8h sous un ciel parfaitement bleu mais il faudra attendre longtemps avant d’être réchauffés par les premiers rayons du soleil.

Sylvie tombe à la troisième heure de marche. Fatiguée, elle n’a pas vu qu’il n’y a que le vide bordant le chemin, surplombant le sol de plus d’un mètre. Elle tombe dans la terre meuble et se fait plus peur que mal. Elle aurait pu se tuer. C’est la seconde chute du trek.

Nous voyons peu de temps après de beaux singes gris blanc accrochés à la paroi montagneuse. Ce n’est pas un mirage, nous avons bien rejoins la zone tropicale. Nous décidons de nous arrêter déjeuner en leur compagnie, à proximité d’une auberge où un garçon, peu aimable, nous sert du tchai en maugréant. Nous croisons les seconds touristes du voyage, trois femmes anglo-saxonnes accompagnées de leur guide. Nous verrons leurs porteurs suivre avec une lourde caravane de mulets. Nous avions aussi rencontré à l’aller un couple voyageant à notre manière à hauteur de Martoli.

Nous sommes bien loin de la vallée du Kumbu et ses embouteillages de trekkeurs ! Nous arrivons vers 15 :30 à Lilam où le guesthouse gouvernemental est déjà fermé pour l’hiver. Un habitant nous récupère pour nous proposer une belle chambre (285Rs) et le couvert. Nous dormons bien mais nous sommes réveillés par des coups répétés et inquiétants dans la porte. Pas de voix. Ai-je rêvé ? j’imagine un brigand tentant de rentrer dans notre chambre. Puis des bruits de pas se propagent sur le toit. Il s’agit sûrement d’un singe ou d’un (très) gros rongeur. Sylvie, courageuse, envoie finalement un furieux coup de bâton dans le plafond. L’individu se sauve sans demander son reste.

  • Le 18 octobre 11ème jour, de Lilam au point final du trek  30° 7’57.61″N –  80°14’46.58″E (1807m)

Le petit déjeuner se compose de pommes de terre délicieuses un peu frites, des chapattis et du tchai national. Il nous en coûte 250Rs pour le diner et le petit déjeuner.

La dernière partie de notre marche se compose comme d’habitude de montées et descentes abruptes qui font pester Sylvie. Nous interrogeons les personnes que nous croisons à proximité du pont à partir duquel nous pensons que démarre la déviation allant vers Darkot. Tous nous indiquent un chemin étroit, infranchissable par les mulets. Il faut pour nous hisser à certains endroits défaire les sacs et user de nos mains. Nous ne comprendrons jamais où commence et finit officiellement le chemin de Milam ! Nous nous faisons doubler par un groupe d’hommes. Ceux-ci semblent nous attendre sur un surplomb. Nous imaginons qu’il va falloir toute la journée pour rejoindre Munsyari car nous ne voyons pas le bout de ce chemin escarpé. Nous ne nous dirigeons pas vers Darkot selon le GPS qui ne sait pas se tromper. Le groupe ne nous attend pas. Il attend un véhicule. Nous débouchons sur une piste grossière. Nous pensons que nous sommes peut-être arrivés à un endroit où passent des jeeps. Une vieille dame avec sa fille semblent attendre également. Nous nous asseyons peu de temps avant de voir arriver une jeep chargée de colis nombreux et d’une chaise à porteur en fer forgé sur la galerie de toit.

Les hommes la descendent ainsi que les colis. Parmi eux, je vois des bouteilles de whisky. Les soirées sont longues en hiver. Nous imaginons que la chaise à porteur va servir à descendre la vieille femme. Cela nous arrangerait bien car tout le monde ne pourrait pas monter ! Les hommes semblent rejeter l’option de la chaise à porteur pour se mettre à lier des morceaux de bambou. La grand-mère descendra sur des bambous ! Nous attendons sagement. Le chauffeur nous fait comprendre qu’il va nous emmener  à Munsyari. Nous chargeons les sacs sur la galerie après que la chaise à porteur y a été réinstallée. Les hommes descendent un dernier colis très lourd qu’ils installent avec difficulté sur les bambous. Il s’agit d’un « mantar ». Nous comprenons que c’est une pierre votive qu’ils vont descendre dans la vallée. La grand-mère n’aura que ses deux pieds pour les suivre ! Nous n’avons pas le temps malheureusement de voir notre équipage partir car le chauffeur a d’autres courses en perspective. Ici s’achève pour nous le trek de la vallée de Milam. Nous écumons la campagne pour prendre des voyageurs avant de rejoindre Munsyari.

Munsyari paraît bien bruyante après le calme de la montagne. Après un déjeuner à notre hôtel Pandey Lodge, nous recherchons les moyens de rejoindre le lendemain Almora, petite ville de villégiature renommée dans les collines en contreforts des Himalaya.

Le fils du patron nous trouvera une jeep (350Rs*2) dans la soirée. L’hôtel n’est pas chauffé et nous prenons notre diner dans le froid, en condamnant la porte d’entrée pour qu’elle ne s’ouvre pas avec les courants d’air glacés provoqués par le vent. Le Chicken curry nous réchauffe.

  • Le 19 octobre

Le réveil sonne à 5 :30. Nos sacs sont déjà prêts. Nous prenons notre petit déjeuner à 5 :50, se résumant du fait de l’heure matinale à des toasts et du tchai. Le taxi nous prend vers 6:20. Nous voyageons avec un jeune couple d’indiens en vacances. Ils sont éditeurs à Bombay et ont abandonné leur travail pour visiter l’Inde tant qu’ils ont des ressources. Voilà la classe moyenne émergeante indienne.

Il n’y a pas grand monde sur la route et le chauffeur doit s’arrêter à mi chemin pour nous transvaser sur un autre taxi. Cela devient une habitude ! Nous avons le temps et nous goûtons pleinement au repos imposé par le trajet dans des décors magnifiques, de plus en plus bucoliques. Tout est calme et charmant après les immensités minérales du Nanda Devi. Il nous suit toujours, majestueux, dans notre descente. Nous arrivons vers 15h à Almora. La jeep nous dépose car elle continue plus loin, probablement vers Haldwani. Nous payons les 700Rs convenus avec le premier chauffeur.

Nous partons vers la ville haute comme on nous a conseillé pour trouver un hôtel. Nous en trouvons un très sympa dans le Lala Bazar (Hôtel Ban Sal 500Rs   29°35’56.36″N – 79°39’34.80″E). Dans le quartier les mondes de l’ islamisme et et de l’hindouisme se cotoient. Le mariage est plus de raison que d’amour apparemment : quand je salue dans sa mosquée un imam en joignant mes mains sur la poitrine comme il est d’usage en Inde, il me reprend sur un ton très sec. Nous domestiquons la ville en trouvant un débit de boissons. Il est bien caché dans une rue parallèle. Seuls les hommes se promènent dans ces endroits et le patron de l’hôtel m’a demandé de m’y rendre seul. C’est mal connaître Sylvie ! (375ml d’un McDowell indien à 220Rs, très agréable, un peu plus sucré que le whisky écossais)

  • Le 20 octobre

Nous faisons rapidement une dernière lessive que nous accrocherons sur la terrasse. Nous nous dirigeons avec le GPS vers le Nanda Devi caché par la colline qui surplombe la ville. Nous aimerions le saluer avant de rejoindre la morne plaine. Nous empruntons des routes qui nous conduisent directement dans un parc où il se découvre dans son massif au travers de la pinède. Il nous faut franchir une clôture de fils barbelés entourant un terrain militaire pour nous élever suffisamment. (29°37’13.85″N – 79°40’39.80″E). Sur ce promontoire, la vue est superbe. C’est un hommage comme il se doit à cette montagne qui nous a fait tant souffrir et rêver.

Après un déjeuner de momos, nous nous rendons à la gare, heureusement proche de l’hôtel. Un bus part pour Delhi tous les jours à 7:00. Nous sommes heureux de pouvoir faire le trajet d’un coup.

Nous visitons cette ville très agréable et colorée où les singes ont pris leurs quartiers. On achète deux tenues indiennes pour Sylvie, une tablette à chapattis (90Rs) pour les repas exotique de Thimécourt ainsi qu’une paire de baskets pas chère (200Rs) mais les deux pieds sont identiques !

  • Le 21 octobre

Le réveil sonne à 5 :30 et le patron nous apporte le petit déjeuner dans notre chambre à 5 :50. Quelle amabilité ! Quand nous arrivons au bus stand à 6 :20 le bus n’est pas encore arrivé. En voilà un qui arrive à 6 :30 et je demande au chauffeur s’il va à Delhi. Il me regarde comme ci j’étais un martien et m’indique l’écriteau en hindi « Evidemment qu’il va à Dehli ! » Le trajet (331Rs*2) est très long, surtout sur la première partie du trajet. Le reste de la route indiqué par le GPS sont aussi des km d’oiseau mais cette fois non pas à cause des nombreuses déviations et lacets mais à cause des embouteillages. Le bus cotoie les voitures à bras aussi bien que les ânes et les piétons.  Nous mettrons juste 12 heures pour parcourir 330km jusqu’à la gare de Ghaziabad. Le train ne va pas beaucoup plus vite mais c’est une bien meilleure façon de voyager tant qu’il n’est pas bondé. Le métro nous permettrait de nous rendre à Pahar Ganj mais nous lui préférons un ricksaw (200Rs) pour prendre un peu l’air. Un rabatteur nous amène dans un hôtel convenable à 600Rs. Nous retrouvons les kingfisher et les frites dans les bars de Main Bazar. La civilisation a du bon. Dans Main Bazar, rentrer dans le premier bar à partir de NDRS sur la gauche plutôt que dans le second un peu plus loin sur la droite. Le personnel y est plus sympa, la nourriture meilleure et la bière moins chère !

  • Le 22 octobre

Cette fois, nous sommes réveillés vers 5h par des incantations et des tintements de cloches émanant d’un temple hindouiste voisin. Les religions sont un vrai bonheur dans l’expression de leurs rites !  L’hindouisme bat l’islamisme par leurs durées ! Nous cherchons vers 8h un restau pour prendre le petit déjeuner. C’est peine perdue. Le quartier dort encore, comme s’il avait la gueule de bois. Nous sommes moins des montagnes où la vie commence avec et même avant  le lever du soleil. Nous nous rabattons dans une petite gargote à deux pas de l’hôtel. Le patron est très accueillant. Il travaille avec son père et avec son fils. 4 toasts beurrés pour 20Rs et tchai à 7Rs.

Sylvie ne veut plus retourner à la Cuma camii car elle a reçu une pierre la dernière fois. On l’oblige aussi à s’accoutrer dans une sorte de djellabah étouffante en tissu synthétique. Mais la mosquée du vendredi est la plus belle du monde avec ses marbres blancs et ses grés rouges. La luminosité est aussi bien meilleure en cette fin de mois d’octobre. Je propose cependant à Sylvie de nous organiser une autre visite pour remplir notre dernière journée en Inde. Un musée ? Un autre monument ? Elle ne trouve pas et nous voici repartis pour ce sanctuaire au ticket d’entrée prohibitif (300Rs aujourd’hui, 100Rs il y a encore un an. Mais quand on aime on ne compte pas). Pour finir et habillée en indienne, on la laissera passer sans déguisement ! Nous allons ensuite faire des emplettes : une bague en argent avec une belle améthyste pour Sylvie, un jean et un tea shirt pour moi. Nous retrouvons mon vendeur de patchouli à qui nous commandons le plus gros flacon possible (400Rs) Nous prenons un butter chicken extraordinaire au diner (premier bar) arrosé à la bière.

%d blogueurs aiment cette page :