Delhi

Ô Delhi la Poisseuse                                     Ô Delhi la Moghole
Lorsque tes mendiants                                                Quand au soleil levant
Leurs regards suppliants                             De tes minarets flambloyant
Alourdissent nos pas                                    Filtrent toutes les couleurs
De ton ventre sortant                                  Exhalent toutes les senteurs
Ils s’agrippent à nos bras                             Que l’on a oubliées
Chaque petit matin                                       A peine retrouvées
Libère tes entrailles                                       Dans tes jardins brûlants
Pour que chaque erre enfin                      Ô Delhi la Moghole
A son destin s’en aille
Ô Delhi la Poisseuse                      écrit dans le train sur la route de Dharamsala juin 2011

Delhi

Publicités